8 mois plus tard

 

Salut à tous,

Tout d’abord, avis aux amateurs de t-shirt qui puent, de cacas dans les bois, et de pâtes trop cuites au thon, la Grand-Messe du voyage à vélo aura lieu les 17 et 18 Janvier prochain. Bon, ça c’est cool déjà.

Affiche CCI 2015

Mais ce qui est vraiment cool, et là avis aux amateurs de bogossitude, de tanks tchèques, de Pieds Devant et d’écureuils morts, nous y participerons ! Et ouais, on rentre dans le panthéon les gars ! Le début de la gloire, les tapis rouges, la coke, les soirées choucroutes, les filles sans culottes (strings tolérés), la Golf 2.0 JTD Bon Jovi jantes 18′,  le menu XL au Mc Do, les jeans Kaporal, l’ I-Pad black edition, l’I-Phone 6 coque carbon, la télé 3D, les vacances à Center Park… la vraie vie quoi ! Un clip de Booba ! Un bonheur insoutenableLe Meilleur des Mondes, loin de ce triste Monde enfin !

On donnera un cours d’aventurisme aventurier d’aventure à travers une vidéo de 20 minutes retraçant nos 4 mois gourmands aux USA. RDV le 18 janvier à 16h à Vincennes. Tout le programme ici. Attention, il vaut mieux réserver ses places. Nos amis de la Fahmeuly seront là également, à ne pas manquer.

Un p’tit teaser du festival, le seul passage vraiment intéressant est à 1 minutes 11 sec :

Sinon, quoi de neuf ?

Bah déjà presque 8 mois qu’on est rentré. 8 mois, c’est même pas le temps que j’ai passé dans le ventre de ma génitrice (que j’appelle « Maman » pour lui faire plaisir, je suis pas rancunier mais quand même, j’aurais bien aimé sortir complètement fini).

Que dire de ces 8 mois ? Passons le fait qu’on a retrouvé nos jobs et ce sentiment si enthousiasmant de participer à la croissance infinie dans une société de plus en plus philanthrope. Le retour a été difficile, tout paraissait fade et ennuyant, comme si on passait d’Into The Wild en 3D surround 5.1 DTS à Joséphine ange-gardien en noir et blanc, sur un smartphone, en hiver, dans une cave, à côté d’un rat crevé. En gros.

Petit à petit, on s’habitue, comme l’histoire de la grenouille dans l’eau bouillante. Et puis faut bien gagner sa croute et on était bien content de retrouver un salaire illico. Les mecs qui voyagent tout le temps sont soit rentiers, soit héritiers, soit ont payé leur culs à des sponsors de fou, soit ils bouffent de la semoule tous les soirs (dédicace à mon ami David/Cyclonomas).

On se rend compte que rien n’a changé, à part nous et notre vision des choses. Les souvenirs du voyage sont précis et puissants et relire le blog nous fait bien marrer. Je crois qu’on ne rentre pas complètement d’un truc pareil, une partie de nous est restée là-bas, entre un bivouac sur la carretera australe avec James & Margit et un feu de bois en Terre de Feu avec Tom & Flo.

P1070188

Y’a un paquet de truc qui nous manquent comme :

  • être dehors, bouger, faire du sport utile, morfler un peu
  • l’imprévu
  • avoir très très faim
  • avoir très très envie de dormir
  • avoir très très envie d’une douche
  • être avec des gens qui ont très très envie qu’on prenne une douche
  • réparer une chambre à air, au bord de la route, sous la pluie, comme une merde
  • faire caca dans les bois (c’est un truc qui revient beaucoup, j’ai un soucis avec ça)
  • rêver d’un coca avec des glaçons
  • la simplicité du voyage à vélo
  • écrire qu’est-ce que j’veux dans ce blog, avec mon orthographe à moi
  • lire vos commentaires
  • faire des listes à puce, trop bon
  • avoir toutes nos affaires dans 4 sacoches
  • cuisiner avec une bouteille de combustible explosif sous pression
  • rencontrer des gens nouveaux, même s’ils n’ont pas beaucoup de dents
  • manger des truc qu’on connait pas
  • voir des choses qu’on a jamais vu

P1070180

Pour ça, les 3 semaines de rêves qu’on a passé dans le Jura en Septembre ont été un grand bol d’oxygène, un retour aux sources, un nouvel éloge de l’énergie vagabonde. Donc toujours autant de plaisir à rouler, même pas loin, même pas longtemps. On a retrouvé nos potes pipi d’Ushuaïa ainsi que Pascal qui revenait du Maroc avec ses magnifiques mèches dorées.

P1070125

Flo a vraiment une pose bizarre… heureusement, on a trouvé des toilettes pas loin

P1070181P1070165

En seulement un millier de kilomètre, on a :

  1. roulé quelques jours avec une nana de 70 piges qui nous cramait dans les côtes. Respect
  2. rencontré par hasard Yves Chaloin, qui nous a acceuilli chez lui et raconté ses voyages à vélo par -35°C
  3. rencontré par hasard le projectionniste du festival CCI, qui voyageait avec sa femme, en même temps que nous, en Amérique du sud
  4. rouler seulement 2h sous la pluie, tout le reste sous le soleil. La bonne grosse veine.
  5. pris des kg, la faute aux fromages du Jura (+ saucisson + pâté en croute + vin de paille + Adelscott + chocolat)
  6. vu des trucs qui valent bien certains coins à l’autre bout du monde
vu sur Genève et le Mont-Blanc tout au fond

vu sur Genève et le Mont-Blanc tout au fond

P1070179

campings vers Premanon

campings vers Premanon

région des lacs en Argentine ?

région des lacs en Argentine ?

un air de Macchu Picchu

un air de Macchu Picchu

carretera australe ?

carretera australe ?

bivouac chilien ?

bivouac chilien ?

A-t’on envie de repartir ?

Comme dirait Tesson : « une fois ankylosé dans la graisse du conformisme et enkysté dans le saindoux du confort, on est mûr pour l’appel de la forêt ».

 

Bises à tous et joyeuses orgies de Noël fêtes

partirlespiedsdevant.com, le blog de la joie de vivre
Publicités

De la Basquerie à la Picardie – Fin du voyage

  • 12/04/14 Kidnapping et séquestration à Itxassou
  • 13/04/14 Gavage et pelote basque
  • 14/04/14…Retour à la maison = 15 km – Fin du voyage

L1030502

Bonjour à tous,

Ça y est, c’est fini, pour de bon. La dernière fois, j’avais dit que ça serait « presque » fini arrivé à Chantilly mais en fait, c’est complètement fini. Oui car j’avais prévu d’aller seul en Normandie à vélo et ajouter 3 jours et 1 article à ce voyage mais non, plus envie de pédaler, plus de motivation, plus d’énergie. Pas facile d’envisager un Chantilly-Caen quand t’as encore les images de la Terre de Feu en tête. Même si certains normands ont vraiment des têtes de guanacos;)

On a retrouvé la vie normale et les trucs cool comme le chauffage, un canapé, l’eau courante, une super cuisine, des toilettes qu’on est presque les seuls à utiliser, une douche qui peut pas t’électrocuter, un lit dans lequel t’as pas peur de choper la galle, des vêtements qui te font pas ressembler à une pub pour Decathlon, un wifi que tu ne partages pas avec d’autres putain de touristes occidentaux, du pain grillé, des paupiettes de veau… La liste est longue mais faut bien reconnaître que tout est un peu fade comparé à ce qu’on a vécu. Ça va passer, c’est comme quand on rentre de vacance. Des super méga vacances.

Passons au récit des derniers jours.

A Hendaye, c’est carrément avec un camion qu’on a été enlevé, corps et biens. Mais notre ravisseur, Piares (prononcé Pierrèche), était plutôt sympa. Il a même pris sa petite voix de faussé pour faire son guide touristique. D’après lui, Itxassou (prononcé Itchazou, ou Itssassou ou Itssazou… le débat fait rage là-bas) est la plus belle ville du monde, juste devant Mendionde et Espelette (prononcé Espelette). C’est vrai que c’est un coin superbe et incroyablement vivant sachant qu’il n’y a que 2000 habitants, sans compter les moutons. Alors nous on lui dit que Chantilly c’est pas dégueux non plus avec sa forêt géante et son château de princesse. Là, main sur le cœur, l’œil brillant, il prend son plus bel air condescendant et nous lâche : « Pffffff, on a aussi un château à Mendionde !».

5

En haut, Chantilly. En bas, l’autre.

Arrivé chez lui, passée la surprise de voir qu’ils ne vivent pas dans une grotte sans électricité, on retrouve notre vieille amie Céline. C’est pas qu’elle est vieille mais ça fait déjà plus de 10 ans qu’on se connaît. Dans les bras, elle tient un truc tout rond, presque chauve, incontinent, illettré, bavant comme un St Bernard mais adorable et plein de promesse : Gilen, un gros bébé de 5 mois, fierté de toute la Basquerie.

regardez, il m'admire déjà.

regardez, il m’admire déjà.

On doit bien reconnaître qu’on a été traité comme des otages VIP : saucisses et pâté maison, piperade, axoa de veau, et plein d’autres trucs qui ravissent les artériologues.

4

Et pour digérer tout ça, on a joué à la pelote basque. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un peu le tennis du pauvre : tu joues contre un grand mur avec une raquette de plage. Génial comme sport.

P1060938 P1060934 P1060943

On s’est bien entendu avec Piares car lui et moi avons au moins 4 points communs :

  • une bogossitude évidente
  • l’amour du vélo (lui préfère la descente sur un vélo léger, moi la montée sur un char d’assaut)
  • se moquer gentiment de notre compagne
  • une mère complètement tarée quand elle voit un bébé

Merci les amis pour ce super séjour.

Pour nos followers qui aimerait écrire à Gilen, voici son e-mail : gilenleplusbeauquinaimepaslespicards@gmail.com , il pourra vous répondre dans 6 ans environ. Merci de lui écrire en Basque.

P1060930

Le samedi soir, ils nous libèrent déjà (oui, on est en plein syndrome de Stockholm) et Piares nous dépose à la gare d’Hendaye. On a un compartiment pour nous seuls et les vélos sont juste à côté, les dents du pédalier bien enfoncées dans la cloison. C’est sympa le train-couchette : sans faire un long trajet ni changer de fuseau horaire, t’es complètement jetlagué en arrivant.

P1060968 P1060967

On arrive à Austerlitz à 7h30 : pas de tapis rouge ni de comité d’accueil. Personne ne vient nous parler, juste un gars qui nous dit à peine bonjour et enchaîne de suite avec 2 questions à la con : « Ils pèsent combien vos vélo ? Ça coûte combien ? »… Encore un qui ne passera pas au vélo couché.

On est bien à Paris, pas de doute. Une pollution visuelle oppressante qu’on ne voit nulle part ailleurs : écrans LCD, publicités, affiches. Des p’tits dej’ hors de prix : 7,60 € pour avoir encore faim 2h plus tard. Des roumains qui mendient. Du béton, des voitures et du béton. La plus belle ville du monde.

Heureusement, nous sommes dimanche matin et profitons tranquillement des pistes cyclable pour rejoindre la gare du Nord. C’est ce que j’aime à Paris, c’est tout de même assez commode d’y circuler à vélo (si on se fait pas écraser par un bus bien sûr).

On monte direct dans un TER pour Orry-la-ville et y arrivons à 9h30 au lieu du 11h28 prévu. On avait donné rdv à nos chers followers alors on poireaute pendant 2h. On n’est pas mal là à bouquiner sous un p’tit rayon de soleil.

L1030489 L1030497 L1030508

A 11h30, tout le monde est là, on peut filer. Nos followers avaient sûrement peur de ne pas arriver à nous follower à vélo puisqu’il n’y a que mes courageux parents et le vaillant Robert (77 ans). Merci à vous ! Bande de feignasse pour les autres !

On passe comme prévu par les étangs de Commelles et poussons les vélos pour traverser les pistes de sables pour ces foutus chevaux de course.

L1030514

On arrive à la maison, pas d’émotion particulière. On est content mais sans plus. Comme je l’avais écris avant, l’arrivée n’est ni une victoire ni un soulagement.

L1030517

Mes parents ont organisé une petite réception en notre honneur : Champagne, buffet, des ballons et un énorme drapeau français. J’ai adoré cette petite ambiance « Garden partie du FN » !! Il y a des voisins, mon pote Nico avec Isa et Lucas et aussi Patrick et Anne-Marie. Patrick, plus connu sous le nom de Zwoofff, part avec sa femme, le 20 Avril, pour Las Vegas. Et ils vont pédaler pendant 1 an sur des vélos couchés, les fous. Ça vous rappelle quelque chose ?;)

Si vous voulez les suivre, ça se passe ici : http://zwoofff-autour-du-monde.blogspot.fr/

C’était sympa ce passage de relais. A un âge ou certains pensent à leur retraite en charentaise, eux ont posé un congés sabbatique et se barrent à vélo. Bravo.

1

Tikky, mon p’tit chien, me reconnaît et me fait la fête. Ça ne dure pas car pour lui, je suis parti y’a 3 heures.

Les gens ne sont pas venus les mains vides : cadeaux, alcool, chocolat. Mon père m’a même offert un Opinel, comme celui que j’avais perdu à Cuzco. Ophélie, elle, reçoit des fleurs, même si elle n’en a pas perdu à Cuzco. Merci à tous !

Voilà, donc fin du voyage. On passe les jours suivants à remettre en état les vélos comme si on devait repartir demain (Fred), à aller chez le coiffeur (Ophélie) et à cuisiner comme des dingues (Fred + Ophélie). Flo, la mousse au chocolat au Toblerone est une grosse tuerie, comme à Puerto Natales. On fait aussi les comptes, ce voyage nous aura coûté un peu moins de 10 000 € chacun, tout compris : billets d’avion, vie de tous les jours, assurances, équipement, pièces de vélos… et même le déménagement avant le départ. Je crois qu’on a moins dépensé que pendant une année normale, faudra que je fasse le calcul.

Demain, nous partons en Normandie pour le rassemblement de vélo couché puis nous aurons encore quelques jours de vacances avant le plus gros défis du voyage : retourner bosser !!

Alors que dire de cette année ? Comment répondre à la question qu’on te pose toujours quand tu rentres de vacance «  alors, c’était comment ? » ?

Pas facile de résumer ce voyage en quelques mots. C’était géant, beaucoup mieux que ce qu’on pouvait espérer. Certains cyclo disent que ça passe vite, pour notre part, on a le sentiment que ça a duré bien plus d’1 an. Surtout bien plus qu’une année normale entre boulot, week-end, RTT et congés payé.

On avait pas imaginé que ce voyage serait si bien. Il y a des trésors partout.

7

Ce qu’on a préféré ? Impossible de répondre à ça. Le voyage était un tout mais certains passages ressortent forcément : nos 4 mois de rêves aux US, Grand Teton avec Aude & Alan, Baker City avec Doctor Wood & Betty Joe, Crater Lake, Les Redwoods avec Brendon & Emma, Sebastopol avec Cynthia & Tony, San Francisco avec Roy & Ann, Cuzco avec les lapins Duracell, l’Altiplano Bolivien avec Laurent & Anne et les vigognes, la traversée des Andes, Tucuman chez les crados, le jour des 10000 km sur le Rio Grande, la pampa avec les guanacos, la Carretera Australe avec James & Maggie, le Fitz Roy, la Terre de Feu avec nos Tom & Flo et enfin la Basquerie avec Céline, Piares et le baveux. Mais même entre tout ces endroits, c’était super. Rien à jeter à part Juliacaca.

Putain de merde, c’était génial tout ça.

Souvenir d'El Calafate. Plaque en étal d'au moins 500 grammes

Souvenir d’El Calafate. Plaque en métal d’au moins 500 grammes

Et le blog ?

Même si on a failli l’abandonner plusieurs fois au début, j’y ai pris goût de plus en plus, surtout grâce à toute cette énergie positive qu’on recevait à travers vos commentaires.

Moi qui crache sur Facebook et Twitter, je vous ai raconté notre vie pendant 1 an, ça m’a toujours fait un peu bizarre. Mais ce blog était pour nous également, c’était notre carnet de bord, le truc qu’on se marrera bien à relire quand on sera hyper vieux, pas loin de partir les pieds devant, pour de bon.

Le blog s’arrête là. On va mettre à jour les chiffres, peut-être faire une dernière vidéo et rédiger un bilan matériel.

Merci de nous avoir suivi avec tant d’enthousiasme.

Ofelia redevient Ophélie

Federico redevient Fred

Mais nous restons  Les Pieds Devant…!

6