Notre Dakar à nous

03/11/13 Uyuni – milieu du Salar = 100 km (D+ = 16m ah ah ah)
04/11/13 Milieu du Salar – Colcha K = 96 km
05/11/13 Colcha K – Avaroa = 88 km

1

Uyuni, 7h, 4°C. Les sacoches sont pleines à craquer. Je vous épargne le détail cette fois mais je trimballe 11 L d’eau et au moins 4 kg de nourriture.

Ecussons trouvés à Uyuni. J'ai fait ma petite couturière. Ca détend bien ce truc

Écussons trouvés à Uyuni. J’ai fait ma petite couturière. Ça détend bien ce truc

C’est un grand jour car nous allons rouler sur le Salar, lieu mythique pour beaucoup de cyclotouristes. C’est aussi le départ pour notre Dakar à nous : pas de bitume pendant quelques jours, que de la piste, du sable, du sel et de la tôle ondulée.

Message pour Desh : le FAB existe vraiment !!! Aux armes mon frère, il est temps de reprendre le combat !!

Message pour Desh : le FAB existe vraiment !!! Aux armes mon frère, il est temps de reprendre le combat !!

Et ça commence dès la sortie d’Uyuni. Ça roule bien jusqu’à Colchani, on ne poussera que quelques mètres.

P1020414

Amis futurs voyageurs, sachez qu’une route est en construction, ça va être un vrai billard d’ici 1 an ? 2 ans ? On ne sait pas à quelle allure vont les travaux dans ce pays ou tout reste à moitié terminé, sauf les bières.

A propos de ça d’ailleurs : à Colchani, un gars nous arrête. Précisons qu’on est dimanche – 9h. Il est complètement bourré, 3 grammes dans chaque œil.  Bourré mais généreux puisqu’il nous offre une canette de bière à chacun plus une qu’on partage tout de suite avec Laurent.

P1020427

3 km plein ouest nous mènent au début du Salar. Ici aucuns panneaux, on choisit la piste à la boussole.

P1020466

On s’attendait à ce que ça roule mieux, on oscille entre 14 et 19 km/h. Au bout d’une quarantaine de km, on se rend compte qu’on est beaucoup trop au nord. Là, on fait un truc que je déteste : on vérifie sur l’application GPS du téléphone de Laurent. Le couperet tombe : on a pris la mauvaise piste… Il semble que les boussoles soient perturbées sur le Salar.

2

pause déjeuner

On oblique donc plein sud pour récupérer la bonne piste. Pas de stress, on a plein d’eau. On est vraiment au milieu de rien, ou de tout, ça dépend comment on voit les choses. Pédaler devient éprouvant à cause du vent de face et des jointures entre les plaques de sel. Anne et Laurent en prennent plein le dos et les bras. Nous, on est bien sur nos vélos tout suspendus, nananère !

on vous a présenté Fluffy ? Il nous accompagne depuis le début

on vous a présenté Fluffy ? Il nous accompagne depuis le début

Au bout de 30 km, l’île d’Incahuasi en vue, nous retombons enfin sur la piste.

3 4

On avait prévu de camper aux abords de cette île mais ça fait 7h qu’on pédale, y’a faim et faut qu’on soit prêt pour le coucher de soleil. Et finalement, c’était terrible de camper là avec tout cet espace à 360°. Le vent tombe et il fait un silence extraordinaire, uniquement troublé par le foutu réchaud de Laurent ; )

P1020496 P1020513 P1020516

On assiste à un coucher de soleil incroyable, ça valait vraiment le coup de venir là pour ça.

P1020521 P1020529 P1020530 P1020540 P1020543

Rouler sur le salar n’a finalement rien d’extraordinaire, c’est même vite monotone, sauf si on rajoute un peu de piquant en s’égarant comme on l’a fait. Mais camper en plein milieu, ça, c’est mémorable.

P1040464 P1040489

elle claque celle-là. Elle est de Laurent, avec un bridge Lumix

elle claque celle-là. Elle est de Laurent, avec un bridge Lumix

P1020557

P1020556

Pour info, le sol étant extrêmement dur, j’avais trimballé une pierre d’un bon kilo et c’était vraiment nécessaire pour planter les piquets. Surtout que ça a pas mal soufflé pendant la nuit.

vue de la chambre

vue de la chambre

Le matin, c’est toujours aussi super vachement jolie et c’est dans ce décor que nous disons « à plus tard » à nos amis Laurent & Anne. Ils retournent à Uyuni afin de prendre un train qui les emmènera plus au sud, dans des coins moins désertiques. On espère sincèrement se retrouver plus loin, c’était sympa ces 2 semaines ensemble. Laurent a presque la larme à l’œil en disant au revoir à ma poêle à frire. Fini les omelettes mon gars !!

P1020577

Pour nous, direction l’île des cactus à 17km pour faire le plein d’eau. On y rencontre 2 français un peu arrogants et 2 grands argentins. Ces derniers vont au sud, comme nous, on fera donc route ensemble.

Nico & Mika

Nico & Mika

On discute beaucoup et le temps passe vite sur cette partie rugueuse du salar.

P1020596

zoom sur l'arrière-plan. C'est cadeau. jamais vu des comme ça en Bolivie...

zoom sur l’arrière-plan. C’est cadeau.
jamais vu des comme ça en Bolivie…

Au km 60, à la sortie du salar, on s’arrête à une petite tienda pour acheter une bouteille de coca. La nana à le malheur de nous proposer des empenadas. On en prend une, trop bon. J’enchaîne avec une 2eme et la nana, super sympa, en offrira une à chacun d’entre nous. Vraiment généreux.

P1020599 P1020604

Elle nous indique également une piste qui nous évitera 20 km de ripio pourri. Et en effet, ça roule super, avec un bon vent dans le dos. Malheureusement, au km 85, on arrive sur un chemin difficile avec du sable et de la tôle ondulée sur 5 km. On pédale 50m, on pousse 10m… Point positif : j’aperçois 4 autruches. Pas le temps de sortir l’appareil, ça court vraiment vite ces piafs.

Avec Ophélie, on a notre dose pour aujourd’hui et on se dit qu’on pourrait demander l’hospitalité à la caserne de Colcha K alors que nos copains argentins continuent. Z’ont peut-être même une douche qui sait ?

J’ai vraiment besoin de me laver les pieds, le cocktail scandale + crème solaire +sable + poussière + transpiration + poussage de vélo est vraiment pas beau à voir. On s’arrête à la grille et rien qu’à voir la tête des gus, on dit juste bonsoir et on se casse. C’est des légionnaires ! Ils ont pas vu une nana depuis des mois ! Là encore, j’aurais pu me faire un paquet de fric avec ma blonde, mais elle ne veut pas. Les tournantes, c’est pas son truc. Tant pis pour la douche.

Bref, on pousse 3-4 km et on se fait un bivouac pas moche du tout. C’est juste pénible de cuisiner avec le vent. Et de se laver les pieds avec des lingettes pour bébé.

P1020605

Avant de s’endormir (19h20 pour Ophélie, on approche du record), on se rend compte qu’on a fait une belle boulette : sachant qu’on quitte la Bolivie dans 2 jours, on a rien retiré à Uyuni et il ne nous reste que 160 Bols, soit environ 17 €… Le hic, c’est que le prochain distributeur est à Calama, à près de 300 km, soit 3 ou 4 jours de vélo !! Et qu’il faut payer un droit de sortie de 30 bols/pers à la douane bolivienne. Et qu’on a plus de PQ. Et qu’à la frontière Chilienne, ils confisquent tout ce qui est fruit (frais, sec ou cuisinés), légume, miel, produits laitiers… tout sauf les pâtes et le corned-beef en fait. Pourvu qu’ils touchent pas à notre avoine ! On aurait plus rien d’autre pour le p’tit dej’. Ophélie est déjà prête à pleurer pour amadouer les douaniers.

Heureusement, il nous reste encore pas mal d’autres trucs et on trouvera de l’eau du robinet sur notre chemin. Avec l’argent qui reste, on devrait s’en sortir. Mais vous nous connaissez un peu maintenant et vous savez qu’on a une relation très étroite avec la bouffe, alors on a une petite pression.

Ils ont oublié le panneau "dermerdes-toi saleté de gringos". Heureusement y'a qques 4x4 qui passent et nous renseignent

Ils ont oublié le panneau « dermerdes-toi saleté de gringos ». Heureusement y’a qques 4×4 qui passent et nous renseignent

Pour ce 3eme jour de Dakar, on se lève à 6h et on est sur les vélo à 7h15. Belle perf, ceux qui connaissent Ophélie le matin savent de quoi je parle.

P1020614

La piste n’est pas terrible sur les 1ers km mais ça roule pas mal ensuite jusqu’à San Juan de Rosario. Là, on a toujours le petit espoir de trouver une banque mais dès qu’on commence à voir le bled à 10km, on sait que c’est mort. Mais bonne nouvelle, on trouve un robinet et je leste mon vélo de 13L.

P1020620

Ophélie demande à un camionneur quelle piste il faut suivre. Le gars est tellement sympa qu’il descend son vélo du camion, nous accompagne sur 2 km et nous montre le volcan Ollague qui sera notre repère. Une fois encore, la piste est pourrie et on descend fréquemment des vélos.

P1020622

Heureusement, ça ne dure que 5 km et ensuite ça défile facilement avec notre fidèle vent dans le dos. C’est là que nos argentins nous rattrapent : ils sont arrivés à San Juan hier à 19h et ne sont repartis le matin que vers 11h. On mange ensemble à une ancienne base militaire au milieu de nul part, sur une table ! C’est là que nos routes se séparent : ils vont traverser le Sud Lipez, bon courage les gars.

P1020633

Avec Ophélie, on file sur la piste, excellente au début puis se dégradant, nous secouant sur les 20 derniers km. Depuis San Juan,le paysage est grandiose. Non, grandiose, ça ne va pas en fait. C’était… dinosauresque !

P1020629

P1020636

regardez bien

On était là, presque seuls au monde, roulant au milieu de volcans dans un environnement aride. On roule beaucoup en ce moment, la raison ? Pas d’arbre, pas d’ombre, rien pour se poser. Alors on s’arrête juste le minimum pour manger, prendre une photo, cracher (on n’arrête pas ici), mettre de la crème solaire et cracher.

Ophélie, enfant de la lune

Ophélie, enfant de la lune

Tôle ondulée. Mais y'a pire : le sable !

Tôle ondulée. Mais y’a pire : le sable !

On arrive à Avaroa, point de sortie de la Bolivie.

6

Ophélie va demander au bureau de douane à quelle heure il ouvre le lendemain matin et ou on peut planter notre tente. Ça, généralement, c’est la bonne technique pour obtenir l’hospitalité, surtout avec la gueule cramée d’Ophélie. Ça loupe pas. Le gars, en plus d’être tamponneur de passeport de temps en temps, est également le prof de l’école juste derrière. Il nous met un gros matelas de gym dans la salle de classe et une ampoule au plafond. Le monde est plein de gens sympa, surtout en Bolivie.

P1020657 P1020655

En sortant de l’école, les enfant nous crient « Buenas Tardes Cavalleros », ce qui veut dire « Fred, t’es vraiment hyper musclé ». ‘sont drôlement observateurs ces gosses.

P1020659

On passe une bonne nuit, à l’abri du vent. Sergio, le prof-tamponneur, passera le soir et tôt le matin, il avait sûrement peur qu’on reparte avec un bureau d’écolier.

elle est méchante celle-là mais la carcasse n'a pas l'air atteint. Pneu avant.

elle est méchante celle-là mais la carcasse n’a pas l’air atteint. Pneu avant.

La suite au prochain épisode. C’est comme le chocolat, pas trop d’un coup. Enfin, pas plus de 2 plaquettes. 3 pour Frisounette.

Publicités

24 litres au 100 km

31/10/13 et 01/11/13 Sud Lipez en 4×4 = 1000 km et 240 L d’essence

02/11/13 Uyuni = glandouillage

*** Un GRAND merci pour vos nombreux commentaires sur les derniers articles ! Continuez,ça motive bien pour la suite du blog. Pour pédaler, on a toute la niak qu’il faut, pour allumer le PC, c’est différent… ***

1

La veille, avec Ophélie, nous sommes allés visiter le cimetière de train d’Uyuni, à 10 minutes à vélo du centre-ville. C’était le soir, au coucher du soleil, il n’y avait personne. Endroit unique avec le désert en toile de fond, et un millier de déchets accrochés aux arbustes rachitiques. Fallait bien cadrer pour les photos.

2

P1020087 P1020111 P1020123 P1020126 P1020137

Y’a pas à dire, c’est vachement plus sympa que les cimetières classiques pleins de tombes. Ici, on a le droit de tout escalader et de prendre pleins de photos en souriant.

P1020036 P1020044 P1020047

Le lendemain, c’est parti pour 2 jours de 4×4 dans le Sud Lipez. Primo, Primo c’est le nom de notre chauffeur/guide. Secundo, on roule dans un gros Lexus V6 avec des pneus de tracteur, il vole sur les pistes, à plus de 100 km/h parfois. Tertio, une vrai ambiance Dakar, ce dernier passant par Uyuni dans quelques semaines, en pleine saison des pluies… ‘vont morfler avec les pannes électriques.

San Christobal. Eglise de style gaulois très probablement

San Christobal. Eglise de style gaulois très probablement

P1020159

Valle de las rocas

P1020165

Ce désert est vraiment gigantesque et incroyable de diversité : rochers, canyons, grandes plaines de sable, lagunes, volcans, geysers, flamands roses, vigognes et lamas à gogo. La constante : un temps sec, venteux, souvent froid voire glaciale la nuit, une impression d’être sur Mars et surtout des pistes plus ou moins bonnes. Nous n’avons cessé de les étudier de nos yeux de cycliste. Bilan : on aurait poussé sur environ 30 % du parcours.

P1020170 P1020174

Cette estimation se confirmera avec la rencontre d’un couple suisse à la Laguna Colorada. Ca faisait déjà 5 jours qu’ils « roulaient » dans le Lipez et ils n’étaient qu’à mi-parcours. Ils ne regrettaient pas d’être là mais reconnaissaient avoir poussé pratiquement toute la journée et que les rares fois ou ils ont pu pédaler, ils ne pouvaient pas profiter du paysage à cause de l’état de la piste : sable, tôle ondulée, cailloux, poussière venant de ces salauds de touristes en 4×4…

P1020192 P1020202

On les croisera à nouveau le lendemain, poussant les vélos. Ça donnait pas trop envie pour le coup.

P1020212

La montagne aux 7 couleurs

P1020207

Mais c’est vrai que tout ce décor doit avoir une saveur particulière et beaucoup plus intense du haut d’un vélo. Déjà qu’en 4×4 c’était très impressionnant, on imagine ce que ça doit être après avoir galéré des heures sur la piste.

Bonjour chez vous !

Bonjour chez vous !

3 4 5

Trêve de bla-bla, voici des photos. Ça se passe de commentaire.

P1020235 P1020243

Laguna Colorada

Laguna Colorada

la plus grande concentration de flamands James au monde

la plus grande concentration de flamands James au monde

P1020281

Geysers à 5000m

Geysers à 5000m

P1020305 P1020308 P1020315

un p'tit bain chaud à 7h30

un p’tit bain chaud à 7h30

le désert Dali

le désert Dali

Laguna Verde, à une encablure de San Pedro de Atacama au Chili, notre destiation

Laguna Verde, à une encablure de San Pedro de Atacama au Chili, notre destiation

le célèbre Arbol de Piedras

le célèbre Arbol de Piedras

P1020379 P1020386 P1020397

le FLNC est partou

le FLNC est partout

P10204118 6