L’incroyable histoire d’Igmard Washboard

 Igmard est né au Pays-Bas dans les années 20 à une époque ou un être extrêmement désabusé et mélancolique se laissait pousser la mèche et la moustache, mais c’est une autre histoire.

Alors qu’il n’a que 3 mois, son père meurt tragiquement pendant une partie de pêche à la mouche. S’étant accroché l’hameçon accidentellement à la paupière droite, il fut déséquilibré et tomba dans les palles du pédalo. Il aurait pu s’en sortir si son ami Franz ne pédalait pas comme un fou pour remonter le courant. Les 2 bras arrachés, surtout le gauche, c’est finalement d’une hémorragie massive du gros orteil qu’il mourra. Depuis ce jour, la pêche au pédalo est interdite au Pays-Bas. Tout comme le Poney-Kayak, un sport pourtant très prisé à l’époque.

Élevé par sa mère Yolanda, Igmard doit souvent se débrouiller seul. Yolanda travaille le matin dans une conserverie de hareng et passe l’après-midi à pleurer son mari, devant un petit autel composé d’un cierge, d’une palle de pédalo, d’un hameçon et d’un bout de paupière droite.

Tout comme les enfants un tant soit peu intelligents et perspicaces, Igmard éprouve rapidement un dégoût profond pour l’école. Il continue tout de même et poireaute jusqu’au Bac, qu’il obtient avec succès, en grande partie grâce à Hedmund, son fidèle camarade de classe, borgne de l’œil gauche, assis à sa droite, incapable de le voir recopier pendant les examens. Il y a beaucoup de borgnes dans cette histoire, mais tout est véridique.

Hedmund mourra 12 ans plus tard, pendant la guerre, bêtement écrasé par une ambulance venant de la gauche. Évidemment.

Son diplôme en poche, Igmard refuse poliment de faire carrière en tant que videur de hareng dans la conserverie de Yolanda. Il manque cruellement d’ambition professionnelle, à tel point qu’il préfère partir découvrir son pays à vélo. Il fait son balluchon, embrasse sa mère, la paupière droite de son père et enfourche sa bicyclette, à 3 vitesses, ce qui est 3 fois trop pour les Pays-Bas. Il fait le choix de partir léger : pas de téléphone, pas de netbook ni de GPS. De toute façon, rien de tout ça n’existera avant une bonne quarantaine d’année, et il le sait bien. Comme disait souvent son oncle Aart : « rien ne sert de s’encombrer de choses qui n’existent pas ». Et il avait bien raison le bougre. Aart mourrut exactement 232 jours après le départ d’Igmard, piqué par un scorpion dans la banlieue de Copenhague. Ce fait divers reste encore inexpliqué, les scorpions ayant désertés la banlieue pour le centre-ville depuis longtemps déjà.

Igmard remonte le Glürmenrmphel, le Schlokraftsen, ainsi que les Sprunglarfirschenkeinschloss, les fameux cours d’eau néerlandais. L’été bat son plein en ce mois d’août et il ne pleut que 14 heures par jour. Ces 1ers tours de roue lui font découvrir rapidement non seulement l’ivresse du voyage à vélo mais aussi l’ennui mortel de journée sur des routes tristement plates.

Et ceci marque le tournant de notre histoire.

Lors d’une pause, couché dans l’herbe, sous la chaude caresse du crachin, Igmard se mit à cogiter. A l’époque, il n’y avait pas Google, les gens cogitaient parfois. Comment rendre ces longues journées de pédalage moins monotones ? Comment secouer son quotidien de pédaleur ? Comment rendre son trajet moins linéaire ?

La réponse ne vint pas ce jour-là et il attrapa un rhume. Il fallut attendre encore 3 jours et la mort violente de Klögpfülk.

Klögpfülk veut dire abruti en néerlandais ancien, et la même chose en néerlandais moderne. Klögpfülk était le chat de Mr et Mme Van Der Plogenschkassfrösckeinscluss, qu’on surnommait amicalement et par plus de commodité les Plogenschkassfrösckeins. Ces derniers venaient de trouver la mort 5 jours auparavant dans un accident d’une stupidité humiliante. Sans rentrer dans les détails, Mr Plogenschkassfrösckeinscluss fît une chute dans son arrière court. Une chute qui aurait dû être sans gravité si elle n’avait été sur une faux aiguisée le matin même, ni même près des braises encore rouges qui enflammèrent la manche de son gilet sur lequel il avait renversé son digestif à midi. Un bon en plus, du 12 ans d’âge. Entendant ces cris, Hilda, sa femme (Mme Van Der Plogenschkassfrösckeinscluss si vous suivez bien) déboula en courant, abandonnant à regret la cuisson de son fabuleux Schtromfäuse, saisi le premier seau qui lui tomba sous la main et le renversa sur son mari. Elle ne mit que quelques secondes à comprendre que c’était l’huile de vidange de leur bon vieux tracteur. Foutu pour foutu, elle finit par abandonner son désormais ex-mari et retourna sauver ce qui pouvait l’être encore : son fabuleux Schtromfäuse. Malheureusement, dans la précipitation du fâcheux incident précédent, elle n’avait fait qu’ouvrir le gaz du four. Quelle fut sa surprise quand elle craqua l’allumette ! Elle en aurait presque rit si elle n’avait pas été pulvérisé instantanément contre le plafond et les murs en papier peint. Un très jolie bleu pastel orné de lys, désormais méconnaissable sous une couche de ce que les enquêteurs qualifieront plus tard de « lasagne bolognaise ». Les policiers Néerlandais ne sont pas dénués d’humour, ni de connaissances en gastronomie italienne.

Klögpfülk, le chat, n’aimait pas du tout l’odeur d’huile de vidange mêlée à du cochon grillé. Alors il parti. Et comme son nom ne lui avait pas été donné par hasard, il décida de faire une sieste sur la route, à la sortie d’un virage.

Igmard ne le vit pas mais il entendit clairement un léger et adorable miaou suivi immédiatement d’un double craquement de la colonne vertébrale du félidé. Klögpfülk ne mourut cependant que suite à la chute du balluchon d’Igmar sur son crâne. Balluchon contenant une belle cocotte en fonte. Les popotes ultra-légère en titane n’existait pas à l’époque et Igmar avait donc pris la sage décision de s’en passer.

Ayant souvent fait des cauchemars à cause de ces foutus calendriers avec des chatons, Igmard haïssait les chats et cet incident, loin de l’attrister, égaya grandement sa journée, jusque là affreusement plate de monotonie. En quelques instants, il avait pris un virage (1ere bonne chose), écraser un chat (2eme bonne chose) et trouver une réponse à ces questions (3eme bonne chose).

Voilà, la solution à son ennui était enfin là, devant ses yeux, tout poilu et plein de sang : écraser un chat, sentir ses roues rebondir sur quelque-chose, ébranler le vélo, être secoué !

Mais un chaos ne suffit pas, ça serait tellement mieux de ressentir ça tout le temps ! Malheureusement, à l’époque, les chats ne courraient pas les rues, principalement à cause du tout nouveau sport en vogue : le lancer de chatons. Le poney-Kayak étant interdit, il fallait bien trouver autre chose de rigolo. Nous ne décrirons pas ce jeu mais c’est extrêmement divertissant, les enfants adorent. Les chatons beaucoup moins.

Il fallait donc trouver autre-chose. Des cochons d’Inde ? Des lapins ? Des belettes ? Trop compliqué. Igmard dû une fois de plus cogiter dans l’herbe et il attrapa un nouveau rhume, fichtre.

La solution vint, mais il fallut encore attendre 2 jours et la mort d’une bonne centaine de personnes.

En ce 25 août 1941, pendant que certains s’éclataient (littéralement) au combat, Igmard faisait gaiement du vélo. Soudain, un vent terrible se leva, un truc de guedin comme diront les jeunes dans 50 ans. De peur d’être anachronique, Igmard ne le dit pas et se contenta de dire « quel vent terrible qui se lève là ». Des toits furent arrachés, des maisons s’écroulèrent, des palles de moulins volèrent sur les malheureux assistant à la fête de la tulipe de la ville de Klügen. Ce ne fut pas beau à voir et nous ne décriront pas les détails sordides tels que ces corps embrochés comme des gambas. Non, respectons ces morts et passons sous silence tout ces membres volant en tout sens comme des quilles de bowling. Oui, même si l’image est comique, soyons discrets sur ce sujet.

Bref, ça soufflait pas mal et toutes les clôtures du pays tombèrent, pour la plus grande joie de notre pédaleur errant. Le pied pour lui, des milliers de poteaux couchés sur les routes, rien que pour lui avec, en bonus, quelques bras et jambes. Ses prières étaient enfin exhaussées, avec quelques dégâts collatéraux inévitables. Comme disait sa tante Uthe : « on ne fait jamais d’omelette sans casser des oeufs », et elle avait bien raison la bougresse. Uthe mourut exactement le 15 octobre 1962, en tentant d’inventer le 1er jacuzzi de l’histoire grâce à sa baignoire et un sèche-cheveux. L’expérience ne fut pas concluante. Un célèbre chanteur français l’imitera quelques années plus tard en essayant d’inventer l’eau lumineuse grâce à sa baignoire et une ampoule.

La tôle ondulée fût donc inventée par Igmard Washboard. La suite est évidente et, une fois de plus, nous ne rentrerons pas dans les détails. Disons simplement que sa façon d’apprécier le vélo connut un succès fou et que le célèbre lobby des fabriquants de jantes, rayons et cadre de vélo, associé à celui des ostéopathes sentirent le bon filon et développèrent le concept dans le monde entier, à grand coup de pioche rageur afin de bosseler la route au maximum. Aujourd’hui, les routes étant goudronnées un peu partout, il ne reste de la tôle ondulée que dans certaines pistes paumées ou des cyclistes un peu con sur les bords aiment encore s’aventurer.

Quant à Igmar, il mourut dans un accident d’une violence incroyable. Mais nous ne rentrerons pas dans les détails. Disons juste qu’il y avait en jeu une catapulte artisanale, un baril de fuel, un fléau et 3 malheureux chatons qui passaient par hasard. Victimes collatérales, tante Uthe a toujours raison.

FIN

Épilogue :

L’origine de la tôle ondulée reste un mystère. Certains affirment que c’est un effet du vent, d’autres de l’entrée en résonance des suspensions de véhicules, d’autres d’un effet conjugué des 2 précédents. C’est faux. Cette histoire que je viens de vous conter est la vérité, la seule, celle apprise d’un vieux cycliste Hongrois nain, chauve, borgne et joueur de flûte à bec, un habitant normal de la Vallée de l’Automne.

Parce que la tôle ondulée (washboard en anglais), cette chienne, méritait un article à elle seule.

Faudra que je vous raconte aussi les histoires de ces gens n’ayant pas rendu nos vies plus simples : Joseph Nidepoule, Bob Dodane, Steve Jobs, Pedro Ripio De Mierda, Horace Diarrhée, Bernadette Crevaison, Vladimir Rustinekikolpa, Gunter Ortliebpahetansch et Hans Van De Fass (le pire des cons celui-là).

Publicités

Bilan des 4 mois aux Etats-Unis

P1060252

  • 6900 km

  • 401 heures de pédalage

  • 55800 mètres d’ascension

  • 94 étapes

  • Altitude maxi= 2700 m (Yellowstone)

  • 16 crevaisons (Ophélie = 3 , Fred = 13)

  • Entre 15 et 17 € par jour et par personne (nourriture + camping + entretien vélo + nourriture + frais divers + hamburgers)

Je voulais faire le point sur les 4 mois que nous avons passé aux US. Mais est-ce vraiment nécessaire ? Les articles ont bien montré à quel point on a adoré ce pays et ses habitants. Avec le recul, on se demande si on vivra un jour une meilleure expérience cyclotouristique. On en est carrément nostalgique à 2 jours de nous élancer sur les routes d’Amérique du Sud.

Team rouge et Team jaune

Ça tient peut-être du fait que c’était nos 1ers mois de voyage et que tout était si nouveau, différent, grand, gras et mmmmbop mais ces 4 mois ont très largement dépassé nos espérances.

D’abord, les Américains. Si chaleureux, courtois, accueillants, calmes, jamais en colère, civiques et diplomates. Il est vrai que ça fait bizarre au début. On se demandera souvent si ce n’est qu’une apparence, une façade bien sucré cachant une autre nature. Comme ces caissiers/caissières si souriants te demandant comment ça va et si on a bien trouvé tout ce dont on avait besoin. Ok, ça c’est sûrement surjoué mais on se prend au jeu, on sourit et ça rend de bonne humeur.

Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley ? Sûrement pas. On a tout de même rencontré beaucoup de gens, passé du temps chez eux, partagé un peu leur quotidien et on peut dire que la très grande majorité sont intrinsèquement gentils, et pas seulement pour flatter leur ego en aidant 2 cyclistes, aussi magnifiques soient-ils (ça, j’étais pas obligé de le mettre, j’avoue). C’est vrai qu’ils rechignent énormément à décevoir autrui, à dire non ou à critiquer. C’est juste leur façon d’être, déroutante pour une grande gueule de français.

En Gaulle, on est beaucoup plus direct, cynique et rentre-dedans. Un mélange des 2 serait super : un sorte de Teletubbies parlant comme Bigard, en gros quoi.

Parler couramment la langue a été un sérieux atout, nous n’aurions pas fait le quart de nos rencontres sans ça.

Ensuite les paysages. Vous avez vu les photos, ce pays est riche de tout : montagnes, côtes, falaises, dunes, vallées, prairie, plaines, cratère plein de flotte, canyons, forêts géantes, plages, belles routes… La palme revient à l’Oregon qui possède tous les attrait, nous l’aurons traversé de tous les côtés, profitant de toute sa diversité et de ses campings de rêve. Le Wyoming et le Montana ont été très marquant également. Il n’y a que la Californie qui nous a un peu déçu : moins sauvage, plus de voitures. Mais largement contrebalancés par nos séjours à Sebastopol et San Francisco.

P1060115

Les routes sont en très bon état et nous n’avons souffert que très rarement du trafic routier : un peu dans l’Idaho et l’Oregon avec les camions grumiers et un peu sur la highway 101 avec les touristes. Rien de méchant, on ne s’est pas senti en danger.

La bouffe ? Vous avez bien vu qu’on est des fins gourmets et qu’elle tient une place importante. Là, pas de surprise, c’est pas très varié dans les restos mais il est possible de mangé équilibré. Un bon hamburger, c’est pas mauvais pour la santé. Les gens qui nous ont accueillis savent pour la plupart très bien cuisiner et ils sont bien conscient que la culture culinaire de leur pays doit évoluer. Rien ne nous a manqué pendant ces 4 mois et, en camping, on arrivait à se faire de bon p’tit plat.

135 km, ça se récompense

après

P1050401

Enfin, le plus important, les amis. On avait déjà fait la liste pour les 2 premiers mois. En tête, Roy & Ann qui nous ont accueillis à San Francisco, 3 mois après les avoir quitté dans le désert du Colorado. Ensuite, Cynthia et Tony avec qui nous sommes resté 4 jours à Sebastopol, Ethel à Missoula, Dr Wood et Betty-Jo à Baker (the seat is still ok!) aussi bien sur. Et tout nos potes de la route : Emma et Brendon (we fucking miss you fucking Aussies!!), Smokey the Bear, Taï, Pierre-Luc, James (spécialiste des S’mores), Ed & Helen à Redmond, tous les Rangers des States Parks et tout les autres que j’oublie.

géant ce drapeau

On ne voit rien de négatif sur ces 4 mois et on ne regrette rien, à part de ne pas avoir mangé plus de ribs peut-être. Mais on reviendra peut-être un jour, on n’a pas fait toute la Transamerica, ni vu le Grand Canyon, Monument Valley, Glacier National Park, le Mont Rainier, Yosemite, le Canada et la tombe d’Elvis.

Et pour finir, voici quelques généralités sur les US (en plus de celles citées plus haut) :

  • c’est un pays riche, même pour un français : grosses voitures (le parc automobile est très récent), grosses maisons, des quads, des Harleys, des kayaks…
  • moins de chômage : comme en France, ça doit être concentré dans les grandes villes. Il y a pleins de petits boulots. Par exemple, pour un même resto, il y a 3 serveurs aux US contre 1 seul en France.
  • ils aiment leurs soldats et leur patrie : des drapeaux partout
  • dans les coins qu’on a traversé, ils semblent très attachés à leur passé, celui des pionniers, des cowboys
  • l’histoire de l’Amérique du Nord commence à l’arrivée des Blancs. C’est comme si les Indiens n’avaient pratiquement pas existé. Difficile de trouver des traces ou témoignages de leur civilisation. Est-ce dû au fait qu’ils n’avaient pas d’écrit et que le culture était principalement transmise oralement ? Ou bien l’Homme blanc a t’il honte des carnages et des vols commis à leur encontre ?
  • tout est pensé pour les gens en fauteuil roulant, partout : trottoirs, accès à tous les bâtiments, à tous les transports. Vraiment pratique pour nous à vélo.
  • Obama est un nazi en puissance pour certains : on a vu des affiches de lui avec la petite moustache, proclamant qu’il était en train de déclencher la 3eme guerre mondiale.
  • c’est la même daube qu’en France qui tourne en boucle à la radio
  • c’est impossible de regarder un film à la téloche car il y a des pub toutes les 5 minutes
  • on peut acheter des médicaments, des armes et des munitions au supermarché
  • les gens sont cools et moins pressés : on était à la campagne, c’est vrai
  • il y a beaucoup de service publique : parcs nationaux, bureaux de poste même dans des bleds minuscules, toilettes (le genre de truc qu’on kiffe à vélo), librairies (avec clim et wifi gratos !), campings d’état, offices du tourisme, parcs publiques
  • tout est propre et bien entretenu : on l’avait déjà mentionné, les ricains sont très civiques. Pas de tags, pas d’ordures jetées n’importe où, pas de dégradations
  • on a souvent pu laisser nos vélos avec tout le matos sans surveillances et sans cadenas
  • ils utilisent énormément le bois pour faire des maisons, des ponts et même des immeubles. Leurs maisons sont très belles, le bois permet plus de liberté, plus d’originalité et plus de volumes que la pierre ou le parpaing. Et ça doit revenir moins cher également.
  • ils adorent les gazons nickels, même dans le désert
  • parfois, on avait l’impression que peu de gens travaillent : il y avait beaucoup de monde au supermarché, en semaine, en pleine après-midi. Peut-être que beaucoup de gens travaillent-ils en horaire décalée
  • un bon diplôme = un bon travail
  • les médecins sont des gens riches
  • les gens ne travaillent pas plus qu’en France mais ont souvent moins de congés que nous. En revanche, il leur est plus facile d’avoir des congés sans solde ou même de démissionner pour faire un break pour ensuite retrouver facilement un autre job.
  • les français ont une réputation de gros branleurs : grèves, 35 heures, RTT, CP… Mais de ce qu’on a vu, on est plus productifs : moins de blabla, moins de pauses, moins de conference call, on tourne moins autour du pot avant de bosser vraiment.

Félicitations à ceux qui ont lu jusque là ! Voici un clip pour vous récompenser !

Yellowstone, c’était vachement mmmmbop !!!

P1050065 P1050066