Les Pieds aux étriers

 

Villeneuve-Loubet – Latte (Italie) = 58 km
Latte – Albenga = 77 km
Albenga – Varazze = 63 km
Varazze – Lavagna = 87 km

IMG_2505

Nous en Playmobil

D’abord, merci pour tout vos p’tits commentaires sur l’article précédent, ça fait vraiment du bien. On a reçu aussi des mails vraiment sympa. On a vraiment des followers au taquet, vous êtes déjà près de 360 !

Echauffement des index et langue tirée pour la concentration, c’est parti pour le récit de ces 1er kilomètres.


Départ à 9h30 sous un presque soleil. On est fébrile, dans nos têtes, nos jambes et jusque dans mes bras me dirais-je en voyant l’appareil photo m’échapper des mains et tomber par terre. La 1ere fois de sa vie. Il a traversée une bonne partie de l’Amérique du sud et a failli finir brisé dans un camping pourri de la Côte d’Azur. Mais ça va, pas de bobo en fait.

IMG_2529
On part la boule au ventre, c’est pas la grande joie, c’est pas l’euphorie. On a peur, on doute. C’était pareil la 1ere fois, on se souvient un peu, on se dit que ça passera.
On démarre sur le périphérique aux heures de pointe : plein de bagnoles, des immeubles partout et des panneaux publicitaires. Heureusement qu’il y a des palmiers et parfois une belle vue sur la mer pour nous rappeler qu’on est dans le sud. Doit-on préciser qu’on aime pas tellement la côte d’Azur ?

On croise Igor, l’un des 2 membres du club velomobile de Monaco. Le velomobile, c’est un vélo carréné hyper aérodynamique. Alors, 2 membres, pour un club, ça fait pas lourd c’est vrai. Mais c’est autant qu le club des supporters de l’ASM quand même.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Ensuite, c’est Eze, Beaulieu, l’horrible Monaco, Menton… On ne se sent pas à notre place ici, des vrais Tuches à vélo. A Monaco, alors qu’on crève la dalle, on n’osera même pas s’arrêter pour sortir nos sardines à l’huile de crevard. C’est là qu’on dit au revoir à mon papa qui nous a gentiment amené à Villeneuve-Loubet en voiture et qui nous rejoint ici pour un au revoir, pas le dernier vous verrez.

P1070921
On sort vite-fait de la ville en essayant de ne pas écraser les Porshes, Bentley, Ferrari et autres joujous de riches aux petits zizis. Doit-on préciser qu’on n’aime pas tellement les riches ? Alors je vous raconte pas les ultra-riches du coin, au secours. Ils sont sur une autre planète ceux-là.
Tiens, en parlant de zizi, je pense à un truc. En longeant la côte entre Menton et Vintimille, je me souviens y être passé il y a un paquet d’année avec mon pote dont je tairai l’identité mais qu’on appellera Nico par commodité. On était en voiture, une magnifique R5 ou 309, le genre de truc qui te rend hyper beau-gosse à Monaco. Bref, je me souviens que Nico avait lourdement insisté pour s’arrêter à une plage. J’avais trouvé bizarre qu’il insiste comme ça, et encore plus bizarre de voir plein de monsieur tout nu sur cette plage. Moi j’ai gardé mon maillot de bain. Pour Nico, je n’en dirais pas plus, c’est un homme marié désormais ( à une femme).
On finit la journée assez tôt au camping de Latte; le vent, le traffic et les adieux nous ont crevés. Ici, impossible de faire du bivouac, chaque mètre carré disponible est construit / bétonné / transformé en parking.

Le lendemain, le vent est tombé et on se fait une belle étape avec un passage sympa par San Remo et ses 20 km de piste cyclable. Le soir au camping, on rencontre Marie-Cecile et Gael, 2 autres cyclo Français en route pour un tour d’Europe de 8 mois. Ca fait du bien de voir des gens qui ont cette même idée bizarre de partir pédaler pendant des mois en dormant sous une tente. Soirée agréable avec, forcément, un apéro.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Le 3eme jour, c’est l’été. Short et t-shirt dès le départ. Toujours énormément de trafic, c’est incroyable. Y’a pas d’heure de pointe ici, c’est tout le temps l’heure de pointe. Un défilé permanent qui, même si on est rodé, use le mental. On croise beaucoup de cycliste aussi.

IMG_2564
Le midi, on se pose à un bled de pêcheur et on se tape un bout de pizza, vendue au kilo ici. Une tuerie, même froide, un gout de reviens-y. C’est vraiment la région des pizzas cette côte, on en voit partout. Mais on se retient, ça donne trop soif après ces cochonneries.
A Varazze, on arrive au camping les gueules rouges comme des tomates bien mûres, au bord de l’insolation et de l’hypoglycémie après une côte à 13%. Du coup, c’est pour des raisons purement médicales qu’on ira se prendre une bonne glace. Ils les font aussi bien que les pizzas. Le camping est sympa, presque désert, vue sur la mer et à côté d’un champs d’artichaud. C’est serein, mais j’ai failli arracher le carrelage des sanitaires quand j’ai entendu Maitre Gims à la radio. Pauvres italiens, ils sont épargnés par Daesh mais ils font face au pire terrorisme auditif.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Le quatrième jour, on longe tranquillement la côte jusqu’à un tunnel fermé. Pas d’échappatoire à part faire demi-tour et prendre l’autoroute, c’est à dire une chance sur deux de mourir. Alors qu’on se dit qu’on va passer les barrières et y aller quand même  un gars vient nous expliquer qu’on peut grimper et prendre un chemin ensuite. Paf, une côte avec des passage à 15%. Dominico, le gars, 70 ans, nous accompagne en scooter pour bien nous monter ou il faut tourner pour le chemin qu’il faudra descendre « piano piano » parce que mega pentu. Sont sympas les ritaux.
On retrouve donc notre SS1 (c’est le nom de la route côtière) et on arrive à Genova (qu’Ophélie traduit en Genève). On fait une pause Focacceria et rencontrons Hans qui revient de 11 mois et 21000 km depuis le Cambodge. Blablabla… c’est cool l’Iran ?… blablabla… Chouettos la Turquie ?…. Blablabla… t’as pleuré combien de fois pour avoir tes visas ?…

IMG_2583
Ensuite, c’est Hanoi avant l’heure avec un traversée éprouvante de Gêne : 20 km au milieu des bus, des scooters et des voitures. Les Italiens ne roulant pas tous dans des bons diesel propres Peugeot ou Wolkswagen qui emettent seulement de la vapeur de fleurs bio équitables, on prend une bonne bouffée de particules. Hop, déjà 50 km au compteur, on est rincé. Mais on vise Lavagna pour faire une journée de pause, alors on enchaine. Et là, on se bouffe 3 petits cols bien piquants. On arrive complètement mort au camping avec 1000 de D+ et 6h30 de pédalage au compteur.
Pfffuuuiii, grosse révélation pour nous : le vélo, c’est dur et ça fait mal aux cuisses !! Ca faisait 6 mois qu’on avait pas roulé  et on a eu beau suivre les cours de « rigolade intense » de coach Farid (coucou au GASC de Chantilly !!), il n’y a que rouler sur un vélo de 40 kg qui prépare à rouler sur un vélo de 40 kg.
Pendant le trajet, j’arrêtais pas de confondre Lavagna avec Lasagna et ça m’a donné faim. Du coup, on s’est fait un resto. Trop crevés pour sortir le réchaud et manger parterre. Mais point de lasagne ici, c’est pizza pizza pizza. Alors va pour une pizza. Très bonne et moitié moins cher qu’en France. En revanche, leur tiramitsu n’arrive pas à la cheville de celui d’Ophélie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Sinon, en vrac :
– Les Italiens sont beaucoup moins volubiles qu’on ne pensait : pas de klaxon, pas de « mama mia », pas du tout curieux de nos vélos. On passe inaperçu.
– Le traffic est intense, partout, tout le temps. Ils nous doublent de prêt mais on ne se sent pas en danger bizarrement. On sent qu’ils sont attentifs tout de même. Mais en fin d’étape, on a quand même envie de bruler 1 ou 2 bagnoles. Comme ça, pour se détendre.
– Les campings sont vraiment moches et chers (20€ en moyenne). Si Lidl se lançait dans le camping, ça ressemblerait à ça. Heureusement qu’on est en basse saison.
– La langue italienne est beaucoup trop proche de l’espagnol pour qu’on ne s’emmêle pas les pinceaux. Du coup on parle espagnol. Alors ils nous demandent si on est espagnol, on répond qu’on est français et puis on parle anglais. On fait quand même des efforts pour faire bonne figure.
– On n’aura jamais le temps de gouter toutes les bonnes choses de ce pays. C’est un peu comme la France, presque chaque ville est le nom d’une spécialité, d’un fromage, d’un vin ou d’une pizza.

IMG_2556

La suite bientôt avec une courte traversée des Apennins, un séjour 4 étoiles à Modena et une ligne droite pour Venise. Désolé pour le retard, on se met dans le rythme pour l’instant.

IMG_2549

Publicités

Nouveau départ !

 

Salut à tous,

Beaucoup d’entre vous sont déjà au courant mais il était grand temps d’annoncer la nouvelle aux autres : on repart les pieds devant ! Badaboum, c’est reparti pour, on l’espère, une autre super aventure qu’on essayera de vous faire vivre à travers ce blog chatoyant et pimpant. J’ai appris plein de nouveau mots, z’allez voir. Côté orthographe, c’est toujours pas la fête en revanche, désolé.

DSCF8502

Cantal – septembre 2015

Départ imminent puisqu’il est prévu à Nice le 5 Avril. C’est de là qu’on commencera en douceur à taquiner la pédale, à chatouiller le dérailleur, à faire chanter nos roues, à faire voler nos cheveux aux vents (surtout Ophélie en fait), à se brûler les cuisses, à faire puer nos t-shirt, à avoir la dalle toutes les 2 heures, à se demander si on a pris la bonne décision, la bonne direction, à rêver d’un vrai lit, à rêver de steppes et de yaks, à galérer dans une langue inconnue et à se dire qu’il faut prendre un jour après l’autre en donnant un maximum de vie à nos sens.

DSCF8175

à l’assaut du Vercors – septembre 2015

En rentrant de notre précédent voyage aux Amériques, Ophélie n’était pas vraiment partante pour remettre le couvert, à part sur la table pour manger ses bons petits plats. J’ai du batailler ferme pendant 1 an pour la convaincre et j’ai du utiliser la méthode que même un Balkany ou autre grand homme du pouvoir trouverait moche : les 4 M

Manipulation avec des cadeaux très orientés : des sacoches à vélo, le livre au titre très énigmatique L’Asie à vélo couché, des mails assassins le lundi matin avec nos photos de la Carretera Australe et un p’tit commentaire du genre « Tu te souviens comment c’était trop bien ? Aller bosses bien, plus que 4 jours avant le week-end et plus que 8 mois avant les prochains CP  ah ah ah », d’autres mails tirés au sniper avec des photos du Tadjikistan et « ça va faire short pour y aller en 3 semaines, dommage »,  des soirées devant l’ordinateur ou on tombe – quel hasard ! – sur des blogs de cyclos s’éclatant sur la route de la soie. J’avais aussi pensé lui murmurer à l’oreille pendant qu’elle dort  » Voyage -chocolat – vélo – voyage – hamburger – vélo – voyage – cote d’agneau – vélo…  » mais je m’endors trop vite le soir. Vous noterez quand même la présence de mots subliminaux, ça aurait pas mal marché.

Menaces : En désespoir de cause, j’ai tenté mais ça marche pas. Elle est moitié normande, moitié bretonne.

Maltraitance : Vous le savez, la violence résout beaucoup de conflits. J’ai pensé qu’une grosse mandale dans la gueule enchainée avec une clef de bras et une bonne vieille balayette lui remettrait les idées en place. Mais je suis un gars sympa. Du coup j’ai envisagé le Taser. Mais c’est trop cher. Et puis quand j’ai vu les difficultés pour se procurer de simples grenades aveuglantes ou un tout bête gaz paralysant, j’ai abandonné l’idée.

Michel Sardou : l’arme ultime, à lui faire écouter à fond, en boucle, enfermée dans le noir. Mais j’ai pas l’étoffe d’un dictateur tchétchène et j’ai eu peur d’être arrêté pour crime contre l’humanité rien qu’en achetant le CD. Après j’ai pensé à Mike Brant ou Maroon 5 mais c’est moins efficace. Y’a Madonna aussi, mais ça rend sourd trop vite.

M’enfin, tout ça n’a servi à rien, suffisait d’attendre un peu et de laisser la routine du taf faire son lent travail de sape.

DSCF8282


 

Ensuite, ça s’enchaîne. Ruptures conventionnelles avec nos employeurs, organisation du voyage, déménagement, préparation des vélos, vaccins, paperasse, pot de départ émouvant, re-pot de départ, re-re-pot de départ… Une période pas facile, pleine d’appréhensions, on quitte notre quotidien, nos amis, notre famille, nos salaires et notre confort. Heureusement qu’il y a eu tout ces gens nous disant qu’on a raison, qu’on a qu’une vie, que c’est chouette… Car dans tout ce remue-ménage, on en arrive presque à oublier pourquoi on part. Ça montre bien que ce n’est pas le fait de voyager, que ça soit à vélo, à pied, à dos de poney ou en skateboard, qui est difficile, mais de prendre la décision de le faire.

DSCF8243

Donc un très grand MERCI pour les encouragements, un ENORME merci à nos collègues pour les supers adieux qui font chaud au cœur et les cadeaux qui font chaud au ventre, un gros merci à ceux qui gardent une partie de nos meubles et un monumental merci à nos parents qui acceptent de se taper un autre ulcère, le reste des meubles et 2 Tanguy pour quelques jours.

Le blog a été entièrement mis à jour, on vous invite à aller jeter un œil à tous les petits onglets en haut, y’a 2 ou 3 trucs sérieux au milieu du reste. Vous pourrez découvrir ce qu’on emporte, une ébauche d’itinéraire, quels êtres formidables nous sommes et en savoir plus sur Pottok et Bourriquet, nos gros vélos.

On vous invite aussi, si ce n’est pas déjà fait bande de nazes, à vous inscrire à la newsletter et à en parler autour de vous. Tenir un blog n’est pas facile tous les jours, donc plus on a de followers, plus ça donne envie d’écrire. Et j’vous raconte pas la danse qu’on fera si on atteint les 500 followers…

Petit rappel, il faut cliquer sur la petite bulle en haut à gauche droite de chaque article si vous voulez laisser un commentaire.

capture-20160331-105432

 

Et pour récompenser ceux qui ont eux le courage de tout lire jusqu’au bout, voici la vidéo qu’on avait présenté au festival Cyclo-Camping International de 2015. Installez-vous confortablement, montez le son et préparez-vous à vouloir manger des hamburgers. Ça dure 20 minutes.

A bientôt

Federico y Ofelia