Au pays des Oliviers en fleurs

 

02/05/16  Kato Gatzea – après Glifa = 105 km / + 1080m
03/05/16  … – Bralos = 89 km / + 1100m
04/05/16  … – Delphes = 54 km / + 970m
05 & 06/05/16  Visite du Temple d’Apollon et farniente

IMG_3117

C’est t’y pas tout choupinou comme titre ? Attendez la suite.
On part en pleine forme de Kato Gatzea. La veille, j’ai lubrifié les chaines et on a l’impression que ça roule tout seul.On longe la côte puis nous en éloignons pour voguer dans les oliviers en fleur. Trop choupinou.

P1090188P1090205
Sur la route on croise plein de chats pas choupinou du tout, du genre la tête éclatée par un pare-choc. Du coup, on a composé une chanson, comme ça, à brûle-pourpoint, en pédalant gaiement. Je préviens, c’est du second degrés. Amis des chats, fuyez. Amis d’Hello Kitty… heu non rien, restez là.

Sur l’air du refrain de Qui saura de Mike Brant… 3…4…

Petit chat, petit chat, petit chaaaaaaat
t’étais beaaaau mais maintenant, tu es tout pla-a-at
Tu ne miauleras plus jamais,
car ta tête c’est du pâté
petit chat, petit chat, tout petit chat

On reprend

Petit chat, petit chat, petit chaaaaaaaat
fallait pas traverser devant une Pandaaa-a-a
Ton soyeux pelage blanc
est maint’nant tout plein de sang
petit chat, petit chat, pauvre petit chat

Tous en cœur

Gros matou, gros matou, gros maaaaaaatoouuu
bon chasseur, tu finis dans les égouts-ou-ou
tu n’attraperas plus de souris,
car t’as fini en charpie
beau matou, beau matou, un peu foufouuuuuu

Pour finir, on se lâche un peu

P’tit chaton, p’tit chaton, p’tit chaaatooonnn
Tu ne pourras plus jamais faire du ronrooon-on-on
Tu n’auras plus de caresses,
car ton foie sort par tes fesses
P’tit chaton, p’tit chaton, petit chatoooon

Et là, on se dit que y’a pas de justice. Pourquoi c’est pas les chiens qui se font avoir. On n’a jamais de soucis avec les chats.
Ainsi, on pédale avec cet air guilleret en tête. On croise nos 1er voyageurs, des français dont l’un est prof de Yoga. Ça a l’air d’être le bon plan pour voyager longtemps, c’est la 2eme fois qu’on en croise un. Mais, comme Ophélie me le rappelle gentiment :  » Tu pourrais jamais faire prof de Yoga, avec le balais que t’as dans… » désolé, je suis obligé de censurer. Il ne faut pas  que ce blog devienne un ramassis de gros mots. Bordel de merde.
Au km70, on a toujours la patate malgré le vent de face et attaquons une longue montée nous faisant basculer et redescendre sur le bord de mer via le jolie village de Glifa. On fait le plein d’eau et partons à la recherche du spot de bivouac parfait, le Saint Grââââl.

P1090211

Évidemment, on trouve rien de folichon, il va être 19h et on est rincé. Mais, en haut d’une côte, alors que la pluie s’abat sur nous, la providence met sur notre route une chapelle. Alléluia !

P1090212
On se met à l’abri sous le au-vent, il tombait à pic celui-là. Ophélie n’est pas du tout chaude pour dormir dans la chapelle, mais je le suis encore moins pour monter la tente sous la pluie. En plus ça caille.
Et c’est elle qui avait raison. On a passé une nuit horrible, dormant d’un œil. C’était trop glauque, on flippait au moindre bruit. Je ne sais pas de quoi on avait peur finalement :
– d’un prête psychopathe débarquant en pleine nuit ?
– que du sang se mette à couler des murs ?
– que des stigmates apparaissent sur nos mains et pieds ?
– qu’une armée de chaton débarque pour se venger de notre belle comptine ?

P1090214
On se sent mieux sous la tente, c’est notre chez nous.
On reprend la route complètement vaseux. Au bout de 35km, on hésite même à se poser dans un camping. Mais on résiste et continuons. Au km 65, bien entamés, on se tape 2 heures de montée pour passer un col (sans panneau en haut, tristesse). Et en tout début de descente, on est récompensé par une Kantina (camion-frite). On goute enfin les pitas à 2 euros. C’est bon mais il en faut 2 chacun, minimum.

P1090219P1090226
Une bonne descente et on se trouve un super bivouac dans un champs, pas loin d’un cimetière et de son précieux robinet. Comme y’a un peu trop de passage pour faire les bourrins en se lavant en petite tenue à ce dit robinet, on fait ça dans le champs, chacun sa technique :
– Ophélie en mode petit chat (pas ceux de la chanson) : sous la tente avec un peu d’eau dans la bassine et une petite serviette.
– Fred en mode homme des bois métrosexuel : la poche à eau (froide) suspendue à une branche d’arbre. Faut faire vite, c’est pas chaud 14°C avec du vent.

P1090228
C’était le petit intermède « L’hygiène en bivouac ». Dans notre prochain numéro, vous découvrirez peut-être comment cautériser un hémorroïde avec un réchaud et beaucoup de sang-froid ou comment soigner un ongle incarné avec un Opinel sale, du gouda et une boussole.

P1090230
Le lendemain matin, c’est reparti pour de la grimpette, encore et toujours. La route est superbe et fini en lacet comme j’aime.On se fait un casse-dalle express en haut et attaquons la descente vers Delphes.

P1090232

Arrivé tout en bas, je me rend compte,au bord des larmes, que j’ai laissé ma gourde en haut. Ma belle gourde en inox !! Je suis dégouté, y’en aurait pour 4 ou 5 heures de vélo pour aller la rechercher. Ophélie me réconforte avec des  » fallait vérifier quand t’es reparti » ou des « tu vois, tu fais jamais attention ». Heureusement qu’on croise un chien écrasé juste après pour me détendre. On attaque une dernière côte en plein cagnard (et sans eau pour le héro du jour) pour arriver au camping de Delphes. Superbe, avec piscine, mini-market et vue sur le Golf de Corinthe. Et encore mieux : un buffet à volonté pour le p’tit déjeuner à 6€. On l’a massacré, prenant 2 repas d’un coup à chaque fois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


On y reste 2 jours, le premier pour visiter le site de vieux cailloux et le deuxième pour transformer nos bouts de bois en un ensemble efficace de muscles, tendons et articulations communément appelé jambes.
Le site de vieux cailloux est le temple d’Apollon. On n’y connait rien à la mythologie mais il semble que c’était un Dieu devin qui communiquait ses oracles ici à Delphes. La Evelyne Dhelia locale. C’était bien avant Jésus, Mahomet, Charlemagne ou Skyppi le grand gourou de la pensée Richnou.

IMG_3179
Beaucoup de touristes internationaux sur le site, ils viennent en bus d’Athènes. Ça me fait toujours bizarre cet afflux de gens appareil photo en bandoulière, dont on fait un peu parti, soyons honnêtes. Je suis sûr que la plupart n’en connait pas plus que nous sur la mythologie et ne sont là que parce que c’est dans le Lonely Planet, que c’est un truc « à faire ».  Et ca se voit bien que les 3/4 n’écoutent même pas ce que raconte leur guide. Hop, 500 photos avec le Nikon de 8 kg et retour dans le bus pour aller faire la même chose sur l’Acropole d’Athènes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


De notre côté, on a trouvé le site très jolie de par les alentours et la vue sur la vallée. Et puis c’était sympa d’y arriver à vélo, surtout après tous ces cols.

La suite dans quelques jours avec un dernier bout de Grèce. Le 14 mai, on débarque en aux portes de l’Orient !

Follower du mois : AVRIl 2016

Voilà, le moment est venu. Vous vous êtes vraiment bien battus et vos commentaires nous ont fait très plaisir, nous communiquant un enthousiasme dont on avait besoin en ce début de voyage.
Le Grand Jury composé d’un Président Dictateur et mécanicien vélo, j’ai nommé Fredator 1er dit « cuisses de poulet », assisté de son commandant stratégique et responsable lessive, j’ai nommé Ranger  Ophélie dit « l’éclair blond », n’ont pas eu à délibérer longtemps. D’abord parce que Fred 1er ne délibère jamais et impose ses choix, c’est comme ça et c’est tout. Ensuite car l’un d’entre vous, dévoués Followers de nos cœurs, a su trouver les mots -il est très doué pour ça-, a su réveiller la flamme du voyage en soufflant sur ses braises encore tièdes, a prouver que ce blog a bien un but, au delà de réformer l’orthographe française, :  donner envie de voyager, à vélo et en autonomie si possible.
Alors j’entends déjà les mauvaises langues dire « ouais, ils vous a bien léché les couilles celui-là ! ». Et je répondrais « non, mes Frères ». Car déjà, c’est très vulgaire et Ophélie n’en a même pas. Et puis on a bien senti la patate que lui a filé les 1ers articles, alors que sa chère et tendre nous traitait de, je cite,  » petits bâtards » en sortant la tête du four. C’est une longue histoire.
Mais assez papoté, LE FOLLOWER DU MOIS D’AVRIL … roulements de tambours…EST… re-roulement de tambours…, MESDAMES ET MESSIEURS,… le net entier retient son souffle… PIERROT, plus connu sous le nom de Pierrot des Terrailleurs !

cats

Désolé Pierrot, j’ai ressorti des photos de ton press book « argentin coquin »

Bravo mec. Oui, tu t’y attendais mais je sais que tu es devant ton PC, probablement nu avec des charentaises (je ne sais pas pourquoi je pense ça), tout ébloui de cette nomination. Tu l’as ton titre, ça y est, Hosanna ! C’est officiel !

P1100825

Alors qui c’est Pierrot ? Pierrot, avec sa coéquipière Béa (celle qui avait la tête dans le four) sont les Terrailleurs, un couple ayant pédalé aux Amériques en 2013 sur des vélo-couchés. On s’est connu parce qu’on n’était pas 10 000 français à pédaler aux Amériques en 2013 sur des vélo-couchés. Ainsi, on s’est côtoyé par blogs interposés durant les 7 mois de leur voyage. Aux USA, on a été à 2 doigts de se croiser au Crater Lake, ce qui aurait eu de la gueule faut avouer. Ensuite, ils avaient 1 mois d’avance sur nous en Amérique du Sud et ils ont pu baliser le terrain pour nous, semant ici un compteur, ici un appui-tête de vélo ou encore là une mousse de siège. C’est même eux qui ont inventé le terme Panardos, z’avaient la flemme d’écrire Les Pieds Devant cette paire de feignasse.

P1100935

Le truc à capuche au bout de sa vie sur la gauche, c’est Béa. Ça sent la carretera australe bien fraiche venteuse cette photo

De là est née une sorte d’amitié virtuelle, renforcée par un beau voyage en commun. On ne s’est rencontré qu’une fois, lors de leur passage à vélo il y a 2 ans dans la plus belle ville du monde (dois-je préciser Chantilly ?)
Leur blog est un chef d’oeuvre. Quand je le lisais, j’me disais « les enfoirés, j’aimerais savoir écrire et raconter comme ça ». Même si y’a plein de mots que je comprenais pas, certains devaient être en latin. Ou en Goa’uld. Vivement que ce blog reprenne vie, même si ça raconte un voyage en J9 à Maubeuge, c’est pas grave.

Pierrot Vedett def

Cycliste… mais buveur de bière avant tout.

Pierrot, une réaction à chaud, là tout de suite en direct live ?
« Joie ! Bonheur ! Félicité ! Noël ! Noël ! J’ai enfin décroché une récompense ! Et pas n’importe laquelle : FOLLOWER DU MOIS D’AVRIL !
Vous ne pouvez imaginer mon émotion… Moi qui n’avais rien accroché à mon palmarès depuis le prestigieux titre de « meilleur rouleur de toile de tente » des crêtes pré-ardennaise, catégorie « tentes de moins de 4 places » en réussissant, en finale, à rouler et ranger une 4 places dans un sac décathlon 2 places en 1 minute 23 s.
Je suis tellement ému… Tiens ! Pour vous remercier, je vous offre un petit acrostiche en octosyllabes, comme ça… au débotté !

Partager un moment de gloire
Avec eux me redonne espoir
Ne rien leur donner que ma plume
Apaiser le feu du bitume
Rouler dans leurs pas par mes mots
Donner ma faconde en cadeau
Oser faire sortir de la friche
Sous mon âme un bel acrostiche «