Bilan des 4 mois aux Etats-Unis

P1060252

  • 6900 km

  • 401 heures de pédalage

  • 55800 mètres d’ascension

  • 94 étapes

  • Altitude maxi= 2700 m (Yellowstone)

  • 16 crevaisons (Ophélie = 3 , Fred = 13)

  • Entre 15 et 17 € par jour et par personne (nourriture + camping + entretien vélo + nourriture + frais divers + hamburgers)

Je voulais faire le point sur les 4 mois que nous avons passé aux US. Mais est-ce vraiment nécessaire ? Les articles ont bien montré à quel point on a adoré ce pays et ses habitants. Avec le recul, on se demande si on vivra un jour une meilleure expérience cyclotouristique. On en est carrément nostalgique à 2 jours de nous élancer sur les routes d’Amérique du Sud.

Team rouge et Team jaune

Ça tient peut-être du fait que c’était nos 1ers mois de voyage et que tout était si nouveau, différent, grand, gras et mmmmbop mais ces 4 mois ont très largement dépassé nos espérances.

D’abord, les Américains. Si chaleureux, courtois, accueillants, calmes, jamais en colère, civiques et diplomates. Il est vrai que ça fait bizarre au début. On se demandera souvent si ce n’est qu’une apparence, une façade bien sucré cachant une autre nature. Comme ces caissiers/caissières si souriants te demandant comment ça va et si on a bien trouvé tout ce dont on avait besoin. Ok, ça c’est sûrement surjoué mais on se prend au jeu, on sourit et ça rend de bonne humeur.

Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley ? Sûrement pas. On a tout de même rencontré beaucoup de gens, passé du temps chez eux, partagé un peu leur quotidien et on peut dire que la très grande majorité sont intrinsèquement gentils, et pas seulement pour flatter leur ego en aidant 2 cyclistes, aussi magnifiques soient-ils (ça, j’étais pas obligé de le mettre, j’avoue). C’est vrai qu’ils rechignent énormément à décevoir autrui, à dire non ou à critiquer. C’est juste leur façon d’être, déroutante pour une grande gueule de français.

En Gaulle, on est beaucoup plus direct, cynique et rentre-dedans. Un mélange des 2 serait super : un sorte de Teletubbies parlant comme Bigard, en gros quoi.

Parler couramment la langue a été un sérieux atout, nous n’aurions pas fait le quart de nos rencontres sans ça.

Ensuite les paysages. Vous avez vu les photos, ce pays est riche de tout : montagnes, côtes, falaises, dunes, vallées, prairie, plaines, cratère plein de flotte, canyons, forêts géantes, plages, belles routes… La palme revient à l’Oregon qui possède tous les attrait, nous l’aurons traversé de tous les côtés, profitant de toute sa diversité et de ses campings de rêve. Le Wyoming et le Montana ont été très marquant également. Il n’y a que la Californie qui nous a un peu déçu : moins sauvage, plus de voitures. Mais largement contrebalancés par nos séjours à Sebastopol et San Francisco.

P1060115

Les routes sont en très bon état et nous n’avons souffert que très rarement du trafic routier : un peu dans l’Idaho et l’Oregon avec les camions grumiers et un peu sur la highway 101 avec les touristes. Rien de méchant, on ne s’est pas senti en danger.

La bouffe ? Vous avez bien vu qu’on est des fins gourmets et qu’elle tient une place importante. Là, pas de surprise, c’est pas très varié dans les restos mais il est possible de mangé équilibré. Un bon hamburger, c’est pas mauvais pour la santé. Les gens qui nous ont accueillis savent pour la plupart très bien cuisiner et ils sont bien conscient que la culture culinaire de leur pays doit évoluer. Rien ne nous a manqué pendant ces 4 mois et, en camping, on arrivait à se faire de bon p’tit plat.

135 km, ça se récompense

après

P1050401

Enfin, le plus important, les amis. On avait déjà fait la liste pour les 2 premiers mois. En tête, Roy & Ann qui nous ont accueillis à San Francisco, 3 mois après les avoir quitté dans le désert du Colorado. Ensuite, Cynthia et Tony avec qui nous sommes resté 4 jours à Sebastopol, Ethel à Missoula, Dr Wood et Betty-Jo à Baker (the seat is still ok!) aussi bien sur. Et tout nos potes de la route : Emma et Brendon (we fucking miss you fucking Aussies!!), Smokey the Bear, Taï, Pierre-Luc, James (spécialiste des S’mores), Ed & Helen à Redmond, tous les Rangers des States Parks et tout les autres que j’oublie.

géant ce drapeau

On ne voit rien de négatif sur ces 4 mois et on ne regrette rien, à part de ne pas avoir mangé plus de ribs peut-être. Mais on reviendra peut-être un jour, on n’a pas fait toute la Transamerica, ni vu le Grand Canyon, Monument Valley, Glacier National Park, le Mont Rainier, Yosemite, le Canada et la tombe d’Elvis.

Et pour finir, voici quelques généralités sur les US (en plus de celles citées plus haut) :

  • c’est un pays riche, même pour un français : grosses voitures (le parc automobile est très récent), grosses maisons, des quads, des Harleys, des kayaks…
  • moins de chômage : comme en France, ça doit être concentré dans les grandes villes. Il y a pleins de petits boulots. Par exemple, pour un même resto, il y a 3 serveurs aux US contre 1 seul en France.
  • ils aiment leurs soldats et leur patrie : des drapeaux partout
  • dans les coins qu’on a traversé, ils semblent très attachés à leur passé, celui des pionniers, des cowboys
  • l’histoire de l’Amérique du Nord commence à l’arrivée des Blancs. C’est comme si les Indiens n’avaient pratiquement pas existé. Difficile de trouver des traces ou témoignages de leur civilisation. Est-ce dû au fait qu’ils n’avaient pas d’écrit et que le culture était principalement transmise oralement ? Ou bien l’Homme blanc a t’il honte des carnages et des vols commis à leur encontre ?
  • tout est pensé pour les gens en fauteuil roulant, partout : trottoirs, accès à tous les bâtiments, à tous les transports. Vraiment pratique pour nous à vélo.
  • Obama est un nazi en puissance pour certains : on a vu des affiches de lui avec la petite moustache, proclamant qu’il était en train de déclencher la 3eme guerre mondiale.
  • c’est la même daube qu’en France qui tourne en boucle à la radio
  • c’est impossible de regarder un film à la téloche car il y a des pub toutes les 5 minutes
  • on peut acheter des médicaments, des armes et des munitions au supermarché
  • les gens sont cools et moins pressés : on était à la campagne, c’est vrai
  • il y a beaucoup de service publique : parcs nationaux, bureaux de poste même dans des bleds minuscules, toilettes (le genre de truc qu’on kiffe à vélo), librairies (avec clim et wifi gratos !), campings d’état, offices du tourisme, parcs publiques
  • tout est propre et bien entretenu : on l’avait déjà mentionné, les ricains sont très civiques. Pas de tags, pas d’ordures jetées n’importe où, pas de dégradations
  • on a souvent pu laisser nos vélos avec tout le matos sans surveillances et sans cadenas
  • ils utilisent énormément le bois pour faire des maisons, des ponts et même des immeubles. Leurs maisons sont très belles, le bois permet plus de liberté, plus d’originalité et plus de volumes que la pierre ou le parpaing. Et ça doit revenir moins cher également.
  • ils adorent les gazons nickels, même dans le désert
  • parfois, on avait l’impression que peu de gens travaillent : il y avait beaucoup de monde au supermarché, en semaine, en pleine après-midi. Peut-être que beaucoup de gens travaillent-ils en horaire décalée
  • un bon diplôme = un bon travail
  • les médecins sont des gens riches
  • les gens ne travaillent pas plus qu’en France mais ont souvent moins de congés que nous. En revanche, il leur est plus facile d’avoir des congés sans solde ou même de démissionner pour faire un break pour ensuite retrouver facilement un autre job.
  • les français ont une réputation de gros branleurs : grèves, 35 heures, RTT, CP… Mais de ce qu’on a vu, on est plus productifs : moins de blabla, moins de pauses, moins de conference call, on tourne moins autour du pot avant de bosser vraiment.

Félicitations à ceux qui ont lu jusque là ! Voici un clip pour vous récompenser !

Yellowstone, c’était vachement mmmmbop !!!

P1050065 P1050066

Publicités

16 commentaires sur “Bilan des 4 mois aux Etats-Unis

  1. Fred tu pourrais m’expliquer tes maths stp ? : 10 + 3= 6 ?

    Merci pour ce post très instructif qui ne fait que confirmer la lecture du blog et finir de casser nos préjugés sur nos amis américains.

    Ça donne vraiment envie d’y aller.

    • Oups… c’est réparé…
      Super si ça donne envie, c’est bien le but.
      On s’est bien efforcé de voyager sans péjugés, ni guide, ni attentes spéciales. Ca a été payant
      A+ Phil

      • Damned je croyais que c’était fait exprès et que tu nous réservais une bonne vanne dont tu as le secret !!
        Sinon j’avais oublié, le budget reste super raisonnable aussi.
        Bon comme d’hab, on attends la suite avec impatience, c’est toujours la joie quand le mail apparaît dans la boite et qu’on a un peu de lecture.
        Profitez bien.

        • même pas… Pour le budget, ça va en effet. Je pense que d’autres voyageurs auraient pu dépenser beaucoup moins mais on s’est pas privé. Tu le sais, ça coute pas cher de voyager à vélo. Ici, ça risque d’être divisé par 2, dès qu’on reprendra la route.
          Tu vas kiffer le prochain article, y’a du rebondissement !

  2. Aussi doués à la prise de vues et au montage qu’à l’écriture.
    Quel plaisir de vous suivre et de vivre vos « aventures » par procuration » !

  3. est-ce l’altitude? est de l’humour pas large puisque 16 c’est très étroit… ?
    voila un petit bilan bien sympathique qui prouve encore votre bonheur d’avoir parcouru ce pays. Super.
    Par contre pour les tags, n’est ce pas une création originaires des USA?Bref, c’est gentil d’avoir laissé des zones que nous pourrons à notre tour vous faire découvrir.
    Espère qu’Ophélie se porte mieux…
    Très bon la vidéo et super d’avoir pu capturer des images rares comme celle du loup.
    . J’en ai profiter pour regarder celles des treks. J’ai juste pas bien saisie sur la même vidéo, le changement de sac à dos entre le vert et le noir étanche…

    @+

    • Merci Pat
      Oups, je viens de voir la coquille, c’est modifié… la vache, 1″ crevaisons pour ma poire !!
      Le noir étanche, c’est le mien, celui sur le vélo comme tu le sais. Le vert, c’était celui de ma mère que je prenais au début du 1er trek.
      D’ailleurs, super ce sac à dos Ortlieb. Confortable, léger, solide et spacieux. bien mieux que mon vieux millet

      C’était pas un loup, c’était un coyote 😉

  4. Beau bilan, magnifiques souvenirs, chouettes rencontres ! Bravo pour la gestion du blog qui contribue pour beaucoup à une expérience de lecture enthousiasmante : Le ton décalé, le choix des musiques, etc… (ça va je cire bien ?).
    Bon alors je peux un petit peu nuancer votre expérience de fait ! Je remarque comme d’habitude que les récits sont parfois très différents selon les gens qui les racontent ! Je pense que déjà là, il y a un décalage qui se produit : Une attitude ouverte dépourvu de jugement hâtif, permet bien évidemment de plus belles rencontres ! Mais, il me semble, qu’il y a autre chose également : On va spontanément vers ce qui brille de la couleur qui nous rassure ! Je dirais qu’en gros, on ne traîne pas dans les rues qui ne sont pas de notre niveau social, on ne va qu’exceptionnellement vers les personnes d’une autre catégorie social (et c’est valable dans les deux sens). Lors d’un voyage comme celui-ci (je veux dire dans un pays dit riche), forcément, on est accueilli par des gens ayant un état d’esprit similaire et qui on les moyens de le faire ! Je ressens un peu la même chose en allant à un ciné débat organisé par attac ou autre : C’est toujours les mêmes gens que l’on retrouve et très vite on s’y s’en en famille (après plusieurs événements) et çà a un côté rassurant mais également désespérant… En fait, les catégories sociales ne se mélangent que très peu. Les petites gens restent dans leurs quartiers (pas les plus clean, où on va pas (qui a envie d’aller visiter Détroit en faillite ?), ne vont que rarement (et comment ?) se balader dans la nature luxuriante, ne fréquente pas les mêmes magasins. Et puis, la pudeur empêche également le (la) caissière de laisser entrevoir qu’il (elle) cumul plusieurs emplois, à besoin de l’aide social, etc… (amplifié par le caractère positif en toute circonstance de l’américain, ce qui le rend attachant, et c’est vrai que c’est chouette (j’entends la même chose dans mon bouleau (relativement aisé), ou certain se plaignent comme s’ils étaient dans la plus grande misère, là ou d’autre, arrivent à bien faire la différence entre une organisation absurde et leur place enviable malgré tout. Et ça change tout en terme de discussion, et me fais fuir certain, pour refaire le monde avec d’autre).
    Dans un pays beaucoup plus pauvre, il est difficile d’échapper à la misère et c’est une tout autre expérience pour nous riche de faire ce voyage (Attention, tout ceci n’est pas une critique hein !), et je pense, à ce que je glane ici et là de voyageurs, que les histoires ne sont pas moins belle dans un pays plus ou moins aisé (surtout quand ce sont les mêmes personnes larges d’esprit qui s’y promènent).
    Ceci dit, vous m’avez donné envie d’y «trainayer» par monts et par vaux dans la case de l’oncle Sam !!! Encore merci pour ces chouettes récits, continuer vos reportages colorés !!

    Poutoux, moi.

    • t’as complètement raison. Le fait est qu’on a pas vu de misère ni de classes populaires aux US. On est resté loin des villes. On a pas vu de petites gens. Mais, même opulent, c’était authentique.
      Et en effet, ça ne sera probablement pas moins beau ici dans le Sud, mais différent.
      A+ amigo

  5. sympa ce petit compte rendu .
    On a vraiment apprécié vos commentaires sur ce pays qui tranche avec ce qu’on peut lire d’habitude même dans les autres blogs de voyageurs .

    C’est sur qu’on peut se dire que les coins choisis ont une forte influence sur la population rencontré, Mais je me dit quand même qu’en france et certain autres pays limitrophes qui n’ont rien a envier en terme de niveau de vie , on est souvent accueilli comme des m.. .et surtout dans les coin les plus touristiques d’ailleurs .

    Ceci dit , je pense aussi qu’on provoque les bonnes rencontres par une attitude ouverte et positive ( l’inverse du français moyen)
    Vous connaissant un peu , je suis persuadé que quelques soit le pays traversé vous allez avoir une bonne impression et la boule au ventre qd il faudra partir .

    Merci encore de nous faire rêver a travers vos récits et photos .

    Christophe .

    • Bon, je t’embauche comme pigiste pour les prochains articles, ok ?
      Je pense que le fait d’être en couple, d’avoir des vélos marrant et surtout de parler couramment nous a beaucoup aidé. Pouvoir rigoler avec les gens est génial et ouvre les portes.
      Au niveau tourisme, ce n’est pas vraiment comparable à la France. Même dans les coins les plus touristiques, ça n’a rien à voir avec la France en Juillet-Aout.
      Je ne sais pas si on fera autant de rencontre ici, j’ai peur que les relations ne soient biaisées par l’argent. On est tellement riche ici… Mais on verra bien, on a pas d’attente et on espère le meilleur.

      Pour la boule au ventre, on en reparle au prochain article ; )

  6. quel périple! Si c’était à refaire, je pense que vous fonceriez! Vous vous souviendrez très très longtemps de cette superbe aventure. Bonne continuation à vous deux. Au plaisir de vous lire.

  7. Franchement sympa de lire ce bilan ! Impressionnant, même ! C’est une aventure que beaucoup aimeraient vivre (dont moi) et la vivre par l’intermédiaire de votre blog est un peu partir avec vous. Bravo encore, et vous aurez des choses a raconter a vos – futurs – petits enfants pour le reste de votre vie !

    Bonnes observations sur les américains, au niveau gentillesse, sens civique et tout le reste. Comme quoi, on les critique souvent mais ils ne sont pas pire que d’autres 🙂 Cela dit, il est vrai que ca rend les discussions limitées dans le sens ou on préfère ne pas vexer les autres si on n’est pas d’accord, donc on ne dit rien.

    Et maintenant, l’Amérique du Sud. J’ai loupé quelques épisodes car j’étais en France, mais je ça me fera de la lecture pendant les longues soirées d’hiver (on a de la neige sur les sommets, hein ! donc ca vient !).
    Bonne chance à tous les deux pour le reste du périple, je vous suis de près.

    • content de voir que tu partages le même opinion. On serait né aux US, on serait tout pareil
      C’était bien la France ? T’as vu, il est pas beau le président

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s