Suite du Dakar

06/11/13 Avaroa – Cebolla = 54 km

07/11/13 Cebolla – Chiu-Chiu = 122 km

08/11/13 Chiu-Chiu – Calama = 35 km, fin du Dakar

P1020663

Douane bolivienne, à l'heure des bus

Douane bolivienne, à l’heure des bus

On quitte l’école pour faire la queue à la douane, qui ouvrait à 7h finalement. Et qui ne nous coûte que 15 bols/pers. On traverse un petit no man’s land de 5 km et refaisons la queues à la douane Chilienne. Le préposé est aussi sympa que mon t-shirt est propre.

P1020668

et hop, un nouveau sticker sur le cadre des vélos !

et hop, un nouveau sticker sur le cadre des vélos !

Douane chilienne, même combat

Douane chilienne, même combat

Ensuite, c’est une nouvelle queue pour la fouille des bagages. Là, on a du bol : alors qu’Ophélie se fait fouiller toutes les sacoches (qui ne contiennent que les nouilles chinoises et une douzaine de pièges à écureuil), pour moi, le mec se contente de regarder vite-fait dans une seule et zappe celle qui contient les produits soi-disant interdits. En fait, ils veulent surtout pas voir des fruits et légumes frais. En venant d’Uyuni à vélo, il y avait très peu de chance qu’il nous en reste.

Ollagüe

Ollagüe

Hop, c’est fini pour la paperasse. Cette fois, on a mis nos montres à l’heure mais vous verrez qu’on a eu encore une mauvaise surprise de ce côté-là… On recule d’une heure, youpi ! Il va faire jour à 4h30 !!

On passe les 2 heures suivantes à :

  • trouver quelqu’un assez sympa pour nous changer ce qui nous reste de bolivianos. On frappera à la moitié des portes de la ville
  • faire quelques courses
  • trouver du pain, pas facile quand il n’y a aucuns écriteaux sur les portes
  • remplir les poches à eau

 P1020679

10h, on peut enfin commencer à pédaler. Les cuisses sont fébriles mais ça passera en roulant. On commence par grimper légèrement sur du bitume, puis c’est la piste, tellement sableuse par endroit qu’on est obligé de pousser dans une descente. Pousser dans une descente !! Et pourquoi pas une femme médecin ?! Pire qu’un blasphème, une hérésie !

le volcan Ollagüe

le volcan Ollagüe

surprenantes dunes blanchex

surprenantes dunes blanches

P1020689

On vise un grand panneau pour déjeuner à l’ombre. Je sors mes petits sacs de provisions, on s’installe tranquillement et c’est pile à ce moment là qu’un vent de fou se lève. On se réfugie par terre, derrière nos vélos, pas le choix.

Salar de Carcote

Salar de Carcote

Le bitume reprend, c’en est fini de la piste pour de bon. On passe un petit col à 3900m, pas évident avec ce vent de face et la digestion. Puis c’est la descente, à 15 km/h en poussant sur les pédales.

P1020694 P1020699

Ce vent nous rend dingue, ça doit être du force 4 et il ne s’arrête jamais. On longe alors un salar, pressés de trouver un abris.

P1020701

Salar d'Ascotan

Salar d’Ascotan

On arrive enfin à ce qui ressemble à des baraquements de travailleurs à Cebolla (extraction de minerais ou de sel ??). La technique gueule cramée d’Ophélie marche moins bien cette fois ; à défaut d’une pièce à nous, on profitera d’un bon abri pour poser la tente et cuisiner. Mais en allant fureter vers d’autre bâtisses, on tombe sur des douches ! Les gars sont ok pour qu’on en profite et on ne se gène pas, c’était vraiment inespéré ! L’eau est soufré, il ne faut surtout pas en boire.

Eboulement du mur au fond : 1er rou dans la tente. Il aura fallu une bonne pierre de 3 kg tombant d'1m50

Éboulement du mur au fond : 1er trou dans la tente. Il aura fallu une bonne pierre de 3 kg tombant d’1m50. Costaud la tente

En retournant à la tente, je ne me sens pas bien du tout : plus de force, mal aux bras et aux jambes, froid… mmm mmm, je reconnais ces symptômes dû à l’effort. J’attends un peu mais comme ça ne passe pas, je me décide à vomir les 2 litres de flotte bloquées dans mon bide depuis midi. Ça va mieux mais je suis bien déshydraté et affaibli. Un bol de nouille chinoise et au dodo.

c'est reparti. Yes ! pas de vent !

c’est reparti. Yes ! pas de vent !

Le matin, après une bonne nuit, on est déjà sur les vélo à 6h30. Il est dit que le vent se lève en début d’après-midi, on veut rouler le maximum avant. Je n’ai rien avalé au p’tit dej, juste un thé. La route est sympa, le bitume tout neuf et, chose rare, un renard andin traverse juste devant moi. Comme il a dû sentir le prédateur dangereux, il s’enfuit rapidement vers les hauteurs.

P1020710

Zorro

Zorro

A Ascotan, le bitume s’interrompt le temps d’une montée de 4 km, nous faisant passer de 3740 à 3970 m. Il est 9h, le vent se lève et on est dégoutté. Encore pleine poire ! Cette gr…e p…e brave Mère Nature est sans pitié. Moi, ça m’énerve alors qu’Ophélie le prend pas trop mal.

P1020714 P1020715

Il souffle comme la veille et ça durera jusqu’au coucher du soleil. Heureusement, ça descend car on passe de 3970 à 2719 en 90 km. Encore une fois, on déjeune derrière nos vélos et on pédale en descente. Journée très difficile, élue la pire du voyage, un truc à te dégoûter du vélo. Rien n’arrête ce vent et il n’y a aucun abris dans ce désert de caillasse.

décourageant...

décourageant…

P1020722

« Si c’est ça tous les jours en Patagonie, j’y vais pas » – Ophélie 14h33.

« Puuuuu****ainnnnnnn !!!! » – Fred, toutes les 2 minutes.

 P1020724

le décor pendant 4 heurs

le décor pendant 4 heures

Mais dans nos têtes, il y a le coca qu’on va se payer à Chiu-Chiu au bout de nos 120 km, rien ne peut plus nous arrêter. Après d’interminables lignes droites et toujours ce vent à rendre sourd, on y arrive et on se tape 2,5 L et des empanadas.

Chiu-Chiu, oasis

Chiu-Chiu, oasis

On se trouve ensuite un super coin en bord de rivière pour camper gratos. Une table, de la verdure et le vent qui tombe ! Ouf, ça va mieux !

 P1020732 P1020736

Le lendemain, on se réconcilie avec nos vélos avec 35 km vent dans le dos avalés à 27 km/h de moyenne. A 8h30, on est déjà dans une chambre d’hôtel à Calama en train de vérifier combien on vient de payer… on ne connaissait même pas la conversion euros/chilenos… Ce dernier ne vaut rien : 1000 pesos = 1,37 €. On se retrouve à payer 40000 pesos au supermarché.

P1020738

ça file vers Calama

P1020737

coucou CNH !

coucou CNH !

Oui, vous avez bien lu, un SUPERMARCHÉ ! On a complètement craqué sur du Nutella, de la charcuterie (de la vraie), du Saint Agur (importé de France of course), du chocolat, des fruits et le Saint Graal : du beurre de cacahuète !

on a bien du rester 1 heure

on a bien du rester 1 heure

Nous sommes passés sans transition du désert andin à une ville moderne avec des supermarchés à l’occidentale, des casinos, des mini-jupes, des décolletés, des voitures partout, des travelos, des prostituées et même des travelos prostitués.

Le Chili semble beaucoup plus riche et beaucoup moins traditionnel que le Pérou et la Bolivie. Moins différent et moins dépaysant également.

Mais nous sommes dans une grande ville, que l’on n’aime pas du tout. Et elle nous le rendra bien le lendemain…

Bilan sur ce Dakar

C’était une superbe alternative au Sud Lipez, en moins long et beaucoup moins difficile. Rouler au milieu des volcans, sur le salar, sur les pistes, dans ce désert, c’était… c’était… bah comme sur les photos en fait, en plus gros. Sauf qu’on ne voit pas le vent dessus et qu’il peut être terrible. On est bien crevé quand même. Chapeau à ceux qui font le Sud Lipez.

On s'est fait des p'tites soirées Nivea bien apaisantes

On s’est fait des p’tites soirées Nivea bien apaisantes

 Et comme si vous y étiez, avec la légère brise qui couvre ma voix sur la fin :

Publicités

16 commentaires sur “Suite du Dakar

  1. Encore une bien belle virée et de belles photos. J’avais encore rarement vu ce passage par l’ouest et le Chili à ce niveau. Pas mal aussi. Tellement blanc parfois qu’on pourrait imaginer la neige.
    Ensuite de San Pedro, vous passez en Argentine? Par quel paso? Sico ou Jama? ma prévision à moi serait par le Sico qui semble bien plus joli. A suivre donc!
    Purée sur la fin de vidéo t’as de sacrées craquelures de partout. Heureusement on viens de passer Halloween…
    Bonne route 😉

    • Oui, super alternative au très exigeant Sud Lipez, à toi de voir 😉
      On passe par le Paso Jama car on veut du bitume et on a une carte détaillée avec les ravitos possibles pour l’eau. Le Sico n’a pas l’ai plus dure mais c’est de la piste. Le Jama, du peu que j’ai vu a l’air pas mal du tout.
      Je ressemblais à un Gremlins, ça va mieux maintenant

      • il est clair que rien est sûr . Pour l’instant un parcours de « prévu » mais rien est immobile. Sinon à quoi servirait l’aventure. On verra une fois là bas dans quel état nous serons. 😉

        • Bien dit ! Les montagnes, le désert, le vent, le soleil, l’eau à trimballer, ça fait moins peur sur le net qu’en vrai ! Mais je sais que vous êtes des costauds

  2. Hello les baroudeurs!

    un pti coucou pour vous remonter le moral car j’ai tout de mm l’impression que vous en ch*é un peu (bcq…) depuis que vous êtes parti des ‘States.
    On continue à vous lire, mais perso je sens que vous êtes passez en mode Koh-Lanta depuis quelques postes déjà.
    J’espère que vous tirez tout de mm plus positif que de negatif de tout cela.
    Bon courage tout de mm je suis sûr que le reste de l’aventure va être encore plus formidable.

    Anthony
    PS: dommage vous ne continuez pas la rubrique des « Chiffres » (-> geek spotted)

    • Salut, ah, c’est moins conforts qu’aux US mais ça va.
      C’est des coins à faire à vélo et on savait à quoi s’attendre. On prend du plaisir.
      La rubrique chiffre sera mise à jour dès que j’ai plus la flemme 😉 Je ferais 3 mois d’un coup !

  3. L’Aventure avec un grand A . Je vous envie ..

    J’ai jeté un oeil sur google earth , ben on dirai que vous êtes sur la lune la ..

    La vidéo ca donne un bien une petite idée de ce que vous endurez avec ce vent de ouf .
    Les régions a venir sont pas vraiment réputés pour l’absence de vent . Je croise les doigts pour que vous l’ayez dans le dos ( mais même dans le dos , ca doit miner le moral)
    En tout cas ca doit être la bas qu’on se félicite du bon investissement pour le réchaud multicarburant avec pare vent .

    A votre avis ,sur des étapes difficiles avec pistes caillouteuses voir avec un peu de tôles ondulés comme sur la vidéo , est ce que les vélo droits sont avantagés ? ( par rapport a la perte d’équilibre par ex ou la facilité de poussage )

    • Salut,
      oui, c’est vrai qu’on est un peu dans la partie challenge là mais c’est pas la mort. Yes, heureusement qu’on a un réchaud à essence, et qui ne consomme pas bcp en plus. On peut se faire des oeufs dures et des pâtes 12 minutes ! Impensable avec du gaz, surtout quand tu sais que tu trouveras pas de cartouche avant la prochaine grande ville dans 10 jours. En Bolivie, j’ai quand même eu pas mal de soucis avec le réchaud qui s’éteignait tout seul. Mais depuis que j’ai viré le filtre à essence, plus de soucis. Il crache quand même mieux en-dessous de 4000m, rapport à l’oxygène bien sur.
      Sur les pistes qu’on a emprunté, on plantait les roues dans la sable aux même endroits que les vélos droits. Je dirais avantage au vélo couché car on subit moins les chaos. Vive les suspensions pour ça, j’ai roulé comme un porc sur des nids de poules et ça passe bien. En VD, tu ramasses tes bras et tes fesses, en plus de péter le porte-bagage et de voiler tes roues. Mais je ne suis pas objectif peut-être, on aime encore plus le VC qu’avant. On grimpe bien, sur le plat, tu sais ce que c’est et sur les pistes ça va aussi bien que ça peut aller.
      Pour la facilité de poussage, léger avantage au VD. Mais c’est vraiment chiant de pousser ! c’est pas fait pour ça un vélo !
      A+ en Normandie 😉

  4. je prends beaucoup de plaisir à vous lire, regarder les photos et vidéo. Mais au vu des dernières images (le visage cramé), je me demande dans quel état nous allons vous retrouver lors de votre retour au pays (perte de poids, douleur au ventre, visage cramé….).

  5. Ben alors vous vous aviez rêvé d’un salar à l’américaine ou quoi ? Je serai tentée de vous dire bon vent, mais il est sacrément méchant, et la ligne d’horizon n’a rien à voir avec sa sœur des parcs de l’Ouest State n’est-ce pas ? Vous vous dé…;dez pas mal le jeunots, bon c’est vrai que côté look Fred tu vas devoir revoir ta copie hein parce que tu deviens tout grignoté de soleil et de pustules, diverses et avariées….un vrai de vrai quoi, c’est pas fini, tu vas ressembler au gauchos du sud…..c’est beau Ophélie la Pata. tu verras tu vas aimer, gigantesque de béatitudes à tomber sur le cul, heu poussés par le vent….parfois peut-être ….on adore vous lire; milles bisoux humides de chez nous les bretons …gnac, gnac…..
    Irène

  6. Vraiment magnifique ce passage . On a beau sentir la difficulté de rouler, cela donne envie d’aller y faire un tour.
    Vu le supermarché, vous avez de quoi vous refaire une santé avant de repartir.
    Bonne route.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s