On a dormi dans une poubelle

26/11/13 Cafayate – Amaicha Del Valle = 68 km

27/11/13 Amaicha – Tucuman = 163 km, RECORD !!

28/11/13 Tucuman – Mendoza = bus de nuit

29/11/12 Mendoza – San Rafael = en bus

30/11 au 02/12 San Rafael = farniente, on n’a plus de vélo de toute façon

*** le titre nous fait trop marrer, vous allez comprendre***

avec nos amis d'un jour autour d'un asado

avec nos amis d’un jour autour d’un asado

Notre séjour à Cafayate s’est terminé sur un asado monstrueux : saucisses, bœuf, cabris et boudins. C’était hyper sympa mais entre le vin et les 35°C, j’étais dans les vapes jusqu’à 18h et on a failli rater Questions pour un champion.

P1030091

Le lendemain, nous sommes tout de même bien content de partir car on a mal dormi pendant ces 3 nuits :

  • de la musique jusqu’à 4h du matin la 1ere nuit, venant de l’autre côté de la rue. La majorité des sud-américains doivent être sourds, ils mettent à fond tout le temps
  • des perruches le 2eme matin. C’est beau une perruche mais quand t’en as une vingtaine juste au dessus de la tente, tu regrettes de ne pas avoir de la chevrotine
  • des chanteurs bourrés la dernière nuit. Ok, je dois reconnaître qu’ils se débrouillaient bien mais là aussi, il aurait fallu la chevrotine. Ou un lance-flamme, ça aurait bien pris.

 P1030092

Bref, nous voilà pédalant sur la fameuse route 40. Elle rejoint le nord au sud de l’Argentine sur plus de 5000 km, courant parallèlement à la cordillère des Andes.

Nous passons 40 km sur un faux-plat montant avec un fort vent dans le dos. Comme dirait tous les blaireaux de la télé-réalité, c’est que du bonheur.

Nous quittons alors cette route que nous retrouverons plus tard. Depuis longtemps, nous avons décider de rejoindre Tucuman afin de prendre un bus pendant 1200 km jusqu’à San Rafael, au sud de Mendoza. 2 raisons à cela : la route n’est pas très intéressante et nous manquons un peu de temps. On ne pensait pas prendre le bus aussi souvent mais on a fait le choix de passer du temps à Cuzco et de faire de beaux détours au Pérou et en Bolivie (Potosi, Sucre, le Salar d’Uyuni, la traversée des Andes…). On préfère donc zapper une partie moins bien au profit du reste. Nous voulons également avoir du temps pour la Patagonie et l’opportunité de rencontrer le grand révolutionnaire local, le Che Guevara français : Florent Pagny.

florent-pagny-7_4520212

désolé pour les fans

 P1030094

La route jusqu’à Amaicha Del Valle (oui, les bleds ont une sonorité arabe par ici) est bien pourrie, ça monte et il fait chaud. On arrive vers 13h au camping et on passe un après-midi agréable à l’ombre. Cette ville se targue d’avoir 360 jours d’ensoleillement par an.

Nous sommes les seuls dans le camping. Il y a une piscine mais ça ressemble plus à un pédiluve géant : tu trempes un orteil et tu chopes un herpès ou une cécité de l’épaule (très rare). En furetant, je tombe sur un sac de charbon et, alors qu’on avait le sentiment d’avoir mangé assez de viande pour 1 mois entier, on se refait un super asado le soir : boudin (fait avec du sang de vache ici, excellent), chipolatas et bœuf. Encore une tuerie.

2

P1030099

Alors oui, manger de la viande est une catastrophe écologique et ça n’apporte vraiment pas beaucoup d’énergie à nos jambes, mais comment résister ici, surtout à 4 ou 5 € le kilo. Dire que j’envisageais de devenir végétarien, ça va être compliqué…

Le lendemain, après une nuit calme -enfin!!- on se lève à 5h30 afin de rouler à la fraîche. Enfin, je dis « on se lève » mais c’est pas vraiment exact. En fait, je me lève et je lève Ophélie. Pendant qu’elle va aux toilettes, je replie rapidement son sac de couchage et son matelas pour empêcher toutes tentatives de recouchage.

la lumière est plus belle le matin

la lumière est plus belle le matin

P1030103

Le temps restera couvert toute la journée, on aurait pu faire la grasse mat’ jusqu’à 7h en fait. On monte donc tranquillement vers le col à 3000m, il fait frais, de plus en plus au fur et à mesure qu’on s’élève. Comme la veille, la route est pourrie, bosselée à souhait. Un vélo de course tout carbone aurait bien du mal mais nous, avec nos pneus de tracteurs, ça passe bien.

P1030104 P1030110

En haut, on rentre dans les nuages, on ne voit pas à 10m et la température chutera jusqu’à 8°C.

P1030123

Pour une fois, le compteur est précis au mètre près. Je l’avais étalonné à Cafayate, 1400m plus bas

P1030118 P1030120

Avec l’humidité ambiante, la descente est très pénible car on a eu la flemme de s’habiller. On finit tout de même par s’arrêter afin d’enfiler tous les super trucs qu’on trimballe la plupart du temps pour rien : veste Gore-tex, pantalon de pluie, bonnet, gants et chaussettes en laine et sur-moufles imperméables.

3

Au bout de 20km, on sort enfin du brouillard. Il est plus de 13h, on a presque rien mangé depuis 6h du mat et on est gelé à cause de la descente. Hop, on met la doudoune, on se fait chauffer un café et on avale nos sandwichs aux chipolatas. En Argentine, tout le monde est au régime Dukan, alors on fait pareil.

 P1030127

On longe ensuite un lac devant la ville au nom charmant d’El Mollar.

Et c’est parti pour de la grosse descente, la plus belle de notre vie de cycliste : une quarantaine de km dans la jungle, des courbes parfaites, des virages en épingles pour redescendre sur terre et une sensation de vitesse décuplée par la végétation.

P1030131 P1030134

C’est incroyable le changement de climat qu’il y a de part et d’autre des pré-Andes. Ce matin, c’était ambiance cailloux-cactus et cette après midi, c’est jungle, rivières, pâturages et 200 % d’humidité dans l’air.

P1030135 P1030136 P1030140

Au bout de la descente et d’une portion de plat ou l’on file à plus de 30km/h, on arrive à un croisement. Il est 17h et on a déjà parcouru 115km. Avec Ophélie, on a la même idée : battre notre record de distance et rejoindre Tucuman à 46 km le jour même. La suite est plate, on est en forme, c’est l’occasion parfaite.

4

ah, ça me rappelle le Vietnam… je sens presque l’odeur de ce bon vieux naplam

P1030144

Malgré le vent de face, on avance vite. Au km 140, une voiture s’arrête. Federico, médecin-professeur, et 2 de ses étudiants en descendent pour discuter. Federico est en train de se construire un vélomobile et est donc très intéressé par nos engins de guerre.

Il nous propose de nous escorter jusqu’à Tucuman ou nous prendrons un verre chez lui + faire dodo comme je lui suggère. Pas con l’Fred. Il roule devant nous sur la bande d’arrêt d’urgence, avec les warning, comme une pace-car.

P1030145

On gagne 1 ou 2 km/h, on se tape 2 averses, on remplit nos poumons de belles petites particules, on se prend des nids-de-poule mais on est trop content d’éclater notre record de distance. C’est même le record absolue d’Ophélie.

C’est pratique d’entrer dans Tucuman (2 millions d’habitants) comme ça et sans avoir à chercher un coin ou dormir, surtout après avoir pédalé pendant plus de 9 heures.

Là, on se dit que c’est cool : le gars est médecin aux soins intensifs d’un hosto privé et prof à l’université ; alors on s’attend à atterrir dans une belle baraque et passer une bonne soirée (avec des gens riches).

Mais on a une belle surprise en arrivant dans son appartement. Ça ressemblait à un squat de junky, avec des tétines à la place des seringues puisqu’il a 3 enfants. C’est le bordel et c’est dégueulasse.

P1030151

On n’est pas hyper à cheval sur l’hygiène mais comment peuvent-ils vivre là-dedans ? La salle de bain fait tellement peur qu’on ne se lave même pas. Dans la cuisine, y’a moyen de choper le choléra rien qu’en regardant dans les coins. Même les rats ne veulent pas venir je pense.

5

on se croirait dans l’émission de M6 avec les 2 hystériques : « c’est du propre »

Bon, on s’en fout, c’est pour une nuit et c’est gratos.

Mais c’est là que le cauchemar commence vraiment. Je rappelle qu’on vient de pédaler pendant près de 10 heures, on a faim et on est crevé. Mais Federico ne trouve rien de mieux que de nous montrer ses photos de vacance avec des zooms détaillés sur google earth en nous disant que ça serait bien qu’on passe par là. Ça dure 2 bonnes heures, j’arrête pas de lui dire qu’on va ailleurs mais il continue.

A la fin, pile quand il est sur le point d’éteindre son foutu PC, Ophélie demande poliment ou a été prise la photo en fond d’écran… je la fusille du regard…grosse erreur !! C’est reparti pour 30 minutes de google earth !! Au secours, on est tellement crevé qu’on a même plus faim.

« Tu pues » – Ophélie, 22h34

Sa femme est là également et nous parle en même temps. Elle est sympa mais déjà qu’en forme je comprend pas tout à l’espagnol, là c’est du chinois. Mais c’est une discussion à sens unique alors je dis « claro » en secouant la tête de temps en temps et en regardant ce qui reste de ses dents. Ils doivent vraiment pas avoir une thune, toutes ses dents sont cariées, une vrai armée de chicot pourris.

A 11h, notre hôte nous annonce qu’il est temps de manger. Mais il faut faire les courses avant. Là, on est à 2 doigts de se barrer pour trouver un hôtel. C’est pas très poli mais on a vraiment besoin de dormir. Mais on reste, trop la flemme de retourner galérer dans la rue.

P1030154

Bref, on finit de manger vers 1h du mat. Les gosses ne sont toujours pas couchés alors que la gamine (7 ans) a cours à 8h le lendemain. La fin de soirée est plus sympa, on discute bien pendant le repas. Federico nous parle des incas qui opéraient le cerveau avec des obsidiennes, on ne sait pas pourquoi il en vient là mais c’est toujours mieux que sa passion pour google earth.

« Tu pues trop » – Ophélie, 00h45

Après, on s’écroule dans le canapé-lit du salon-dépotoir, on a une grosse journée demain.

On se lève à 7h, au taquet pour prendre un bus. A 8h15, la gamine est encore en train de prendre son petit dej…

Comme la veille, Federico nous propose gentiment un tour derrière sa pace-car pour aller au terminal de bus. Sa femme nous accompagne, laissant les 2 autres enfants, 18 mois et 6 ans, seuls à la maison-poubelle.

61 quais, ça ressemble à un petit aéroport. Une bonne quinzaine d’agence mais une seule voulant bien embarquer nos vélos… dans le bus du lendemain 21h car pour aujourd’hui, c’est plein. Federico nous propose tout de suite de rentrer chez lui, on peut rester dormir. Il est vraiment insistant, ça devient pénible. On se croirait un peu dans Misery, il va nous attacher à un lit et nous péter les chevilles.

On cherche une autre solution : un bus à 13h30 pour Catamarca, c’est sur la route de Mendoza. C’est mieux que rien. Federico et sa femme finissent par nous quitter à 11h30. J’avais demandé à quelle heure il commençait son travail aujourd’hui et il m’avait répondu tranquillement : « 9 heures ». Il ne doit pas avoir de pointeuse le veinard.

P1030155

Alors, on prépare les vélos en rentrant la bôme à fond et en enlevant les sièges. Les bus sont tous à double étage donc les soutes sont rikiki.

Mais à 13h, Ophélie remarque une agence de transport de colis et va demander à tout hasard. Bingo, pour environ 50 €, ils peuvent livrer nos vélo à San Rafael. Yes, le vent tourne !

On leur remet les vélos. Ophélie a la larme à l’œil car c’est la 1ere fois qu’on s’en sépare. Moi je suis bien content de pas avoir à traîner 2 boulets dans des bus.

Fini e vélo, on voyage en caddie !!

Fini le vélo, on voyage en caddie !!

Du coup, on peut prendre n’importe quel bus et on change nos billets pour un Tucuman-Mendoza à 16h30.

Comme pour le vol San Francisco-Lima, on a les pires places, juste sous le moteur de la clim et derrière une famille avec des bébés qui vomissent. Ça fait un bruit affreux (la clim et les bébés) mais, heureusement, on a 14 heures pour s’y habituer.

P1030158

Arrivés à Mendoza à 8h, on enchaîne avec un autre bus pour San Rafael. Après ces 4 nouvelles heures de trajet, nous voilà enfin à destination. La grosse étape de l’avant-veille + une journée à poireauter à la gare + 18 heures de bus = gros bobo aux genoux et grosse fatigue.

« Faut que tu changes de t-shirt, tu pues » – Ophélie, 13h15

On se trouve un hôtel rapidement, avalons une escalope milanaise monstrueuse, faisons des courses, prenons une douche dans une salle de bain qui ressemble à une salle de bain, remangeons et zou, au dodo.

Comme nos vélos n’arriveront que dans 2 jours, on change d’hôtel pour un moins cher que nous avaient indiqué nos drones envoyés sur place il y a 1 mois.

P1030160

un homme n’est rien sans sa viande et son couteau

On passe 2 jours à ne rien faire à part les courses, la cuisine et la sieste. On profite du luxe de ce voyage : le temps.

Au menu :

  • Steacks : les meilleurs de notre vie. Ils restent très tendres et juteux quelque soit la cuisson. Presque du confit de canard
  • Hamburgers au roquefort : no comment
  • Danettes : coco-dulce de leche, le mec qui a inventé cette recette mérite un prix Nobel
  • Ratatouille : je l’ai rarement aussi bien réussi . C’était à se taper le postérieur sur le sol, si vous me passez l’expression.
  • Crumble : le classique d’Ophélie dont on ne se lasse pas
  • Danettes : chocololat-noisette, se mange par 4
  • des pâtes : c’est moins glamour mais faut bien des sucres lents de temps en temps

On a aussi ficelé notre itinéraire pour la suite du voyage. On vous avez dit qu’on allait jusqu’à Ushuaïa ? Et nous rentrerons sur le continent de nos vieux vieux continent fin Mars/début Avril. Nous achèterons les billets d’avion au dernier moment, c’est presque 2 fois moins cher (500 € au lieu de 900 actuellement)

On ne se réjouit pas énormément des 2 semaines à venir car on va rouler à nouveau dans le désert avec une chaleur accablante et même un peu de piste. Mais ça rendra la région des lacs encore plus belle. Et on est sur que vous aimez quand on morfle un peu, non ?

photo bonus

photo bonus. Amel Bent peut aller se rhabiller. Faut qu’on trouve des bretelles maintenant…

A bientôt

Gérard Holtz, en direct du bivouac.

20 commentaires sur “On a dormi dans une poubelle

  1. Eh bien bravo pour ces étapes et on comprend que ça fasse plaisir de péter un record pareil.
    Je crois que le titre de cet article est au plus juste. Ça parait incroyable ce bor… à l’intérieur. Berk!
    Quand à Ophélie, d’ici on ne sent rien alors on s’en tape… eh eh
    Mais je voulais te dire bravo pour ces 10kg en moins que tu dois apprécier aussi. J’espère juste que ma chérie n’en perdra pas autant sinon faudra que je l’accroche à son siège au moindre coup de vent… Par contre moi je suis preneur…
    Pour votre retour j’espère que nous aurons l’occasion de monter vous voir pour prendre le relais..

    Défi : prendre une phot de Florent Pagny portant Ophélie dans ses bras…
    (suis gentil, j’aurais pu demander que ce soit Fred à la place d’Ophélie)
    @+

  2. On sent bien que tu as adoré les méthodes éducatives de Frédérico !
    La viande, ça fait trop envie.
    Bonne route pour la suite.
    La bise.

    • Je me dis qu’il fait peut-être une expérience chez lui. Un truc sur les défenses immunitaires. Si les gosses survivent, il tiendra peut-être le vaccin pour le VIH. Affaire à suivre

  3. Et ben ! Que d’aventure !! C’est maintenant que le voyage commence !!! Vous récupérez les vélo ou ? Ils sont déjà à l’aéroport ? Braves piétons va… L’un de vous aurait quand même pu resté pour garder les enfants…

  4. Salut vous 2!

    Et voilà, 1 follower de plus depuis le 8 novembre dernier qui suit vos aventures !
    On n’a pas osé mettre Fred en 2°prénom et j’attendrai de t’avoir de vive voix pour te donner son prénom de peur que tu ne le prononces aussi bien que tu ne parles espagnol…. 😉 A moins que tu es croisé des basques en Argentine qui t’aient appris notre langue (Buenos Aires étant la ville comptant le plus grand nombre de basques pour info…)

    Rien que de lire le mot « dulce de leche » me fait baver! c’est une tuerie! panqueque de ducle de leche, flan con dulce de leche, glace au dulce de leche….tout passe! Bien meilleur que notre Nutella!

    Continuez à profiter et vous éclater

    @+

  5. courage les 2 loulous. D’ici quelques mois, vous regretterez amèrement votre aventure sublime. Pensons à toi Ophélie très souvent. Tu nous manques Bon courage pour la suite. Profitez à fond.

  6. Ben dis donc si federico lit le blog, il ne sera pas content; t’es sur qu’il est toubib ?
    Continuez de nous faire rigoler .
    Bravo Ophélie pour WW

  7. La misére la gueule de la barraque meme la j’avou ils font trés trés fort!
    Malgré ton argumentation je trouve qu’il y a trop de bus je considére ca comme un gros craquage!!!
    Pour info, le frére d’isa est il parait un champion de Worms, je lui ai dit que je connaissais « un peu » le jeu. on doit y jouer ce week je te raconterais…. Le pauvre
    Boinne route et à bientot
    biz

  8. Vive le Barbecue…la viande …hum..ça l’air bon….la descente de 40km ça doit être impressionnant et long…En ce qui concerne la famille de Federico.vous êtes sûr que s’est réalisé sans trucage.c’est immonde…incroyable…Attention Ophélie, je suis d’accord avec Fred , Quelle idée de relancer le débat à 22h…qu’est ce qui ce passe..une faiblesse.En tout cas félicitations, pour ta ligne…Fred prend un bon déo ça fera l’affaire..a+

  9. Je dois dire que j’ai un dout: vous allez à Ushuaïa pour quoi faire? Pour prendre une douche? Merci de vos éclaircissements!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s