De la Turquie à Teheran, plongée au coeur de l’Iran

 

27/06/16  Dogubayazit – après Maku (Iran) = 104 km
28/06/16  … – Evoghli = 74 km
29/06/16  … – Marand = 68 km
30/06/16  … – Tabriz = 69 km
01/07/16  Tabriz – Teheran = 650 km en train + 11 km à vélo

De la chaleur, de l’acceuil et des nuits insolites, voici le récits de nos débuts chez les Chiites.

IMG_4535
Hop, à 8h nous sommes sur les vélos et quittons Dogubayazit avec vue sur le Mont Ararat qui a bien voulu se débarasser de ses nuages pour nous dire au revoir en beauté. Les sacoches sont pleines, on a claqué nos dernières livres turcs en nourriture comme si les iraniens n’avaient pas d’épiceries pour se ravitailler.P1100125 On file sur une route déserte au bitume impeccable mais le vent, ce coquin, a également décidé de nous dire au revoir à sa manière, c’est à dire en nous soufflant bien fort dans la face.
A 11 km de la frontière démarre une file de camion sur 2 voies, impressionnant. Les chauffeurs patientent sous le cagnard et nous regardent passer avec de grands yeux. Si on fait un rapide calcul, il y a là plus de 900 semi-remorques attendant de passer la frontière et il n’est que 10h, d’autres camion arrivent et nous n’en verrons aucun passer. On roule donc à contre-sens sur les voies opposées, adoptant déjà le « Iranian driving suicide style ». On en reparlera.P1100130
Un coup de tampon de sortie de la Turquie et on arrive côté iranien. Les portraits de l’ayatollah Komeini et d’Ali Khamenei nous font un peu froid dans le dos, ça rigole pas. On dirait des profs d’école à l’ancienne, hyper sévères et autoritaires. Le genre à te faire pisser dessus rien qu’en fronçant un sourcil. Ophélie a pris soin d’enfiler son déguisement « chamelière, reine du désert », ou « Ninja des sables », comme vous voulez. Moi je préfère « enfant de la lune », en rapport avec la maladie génétique pas marrante (bien connue sous le nom de Xeroderma pigmentosum). IMG_4536
Un de militaires tire la tronche et m’explique que la tunique d’Ophélie n’est pas assez longue, qu’elle devrait descendre jusqu’aux genoux. Je lui aurais bien répondu que c’est son cul qui est trop bas mais valait mieux rester diplomate. Il finit pas nous dire « Welcome in Iran » et nous guide au guichet où nos passeports sont rapidement tamponnés. Pas d’interrogatoires, pas de fouilles rectales, pas d’ongles arrachés ni de pinces crocodiles sur les tétons, désolé.
On change 100 dollars contre 3.400.000 rials. Ca y est, on est devenu millionnaire encore plus vite qu’un trader, qu’un actionnaire de Sanofy ou qu’un Balkany. Et sans voler personne !
On remonte sur les vélos et sommes rapidement arrêtés pour être pris en photo par les Iraniens. « Hello, how are you ? Where are your from ? ». C’est mignon et chaleureux même si ça gave un peu en fin de journée. La route descend en pente douce et ça file tout seul. Il y a beaucoup plus de voiture qu’en Turquie et les camions fument encore plus noir. L’essence ne coute que 0,30 centimes d’euro. Vous vous dites que c’est pas cher mais quand on sait que le salaire moyen en Iran est de 350 $, c’est pas donné tout de même.
Les gens klaxonnent et nous saluent, ça n’arrête jamais, on se sent les bienvenus. Enfin surtout moi, en tant qu’homme. Ophélie n’existe plus qu’à moitié dans ce pays.P1100139
Le paysage devient rapidement semi-désertique et la T°C monte en flèche. 36°C officiellement, plus de 40°C sur le compteur du vélo. Une chaleur très sèche, assez supportable finalement lorsqu’on roule; à l’arrêt, faut vite trouver de l’ombre. Pendant ces 4 étapes iraniennes, nous boirons environ 5 litres chacun par jour.
En fin d’après-midi, on s’arrête pour faire le plein d’eau à ce qui ressemble à une station service abandonnée. C’est en fait une station de pesage pour les camions dont Ali s’occupe. Il nous sort un broc d’eau de son frigo avec des glaçons, trop sympa. De fil en aiguille, alors qu’on avait prévu d’enquiller 20 ou 30 km de plus, on finit pas planter la tente derrière, se faire offrir du thé, des cerises, des abricots et à papoter. Dans cette partie de l’Iran, les gens parlent turc  et ça nous arrange bien. En 6 semaines, on a atteint un niveau incroyable, on connait au moins 10 mots et on sait compter jusqu’à 10 (sauf entre 6 et 8).IMG_4537 IMG_4538
On demande si il y a un coin ou on pourrait se laver, genre un robinet à l’abris des regards, un jet d’eau ou même une grande flaque pas trop crade. Ali nous emmène alors dans un endroit magique : un abattoir pour poulets. Ca pue, c’est crade, c’est glauque, plein de mouche et l’eau ne coule que par le robinet. En fait, ça ressemble carrément à une scène du film Saw. Mais on s’en contente largement et ça fait du bien après cette chaleur. P1100133Il nous invitera à venir manger avec lui et ses collègues de l’abattoir plus tard mais nous aurons déjà diné, impossible pour nous d’attendre la fin du jeûne (21h30 ici).
Le lendemain, on retourne se faire rotir sur nos vélos. La T°C dépasse 30°C dès 10h et Ophélie se régale sous son foulard et sa double épaisseur de vêtement. Sa tunique, en plus d’être trop courte, est trop transparente pour être portée seule. Mauvais choix.
Pour la pause midi, on se trouve une rivière et ça fait presque pshhiiitttt quand on met les pieds dedans. On essaye d’attendre la fin des heures chaudes mais ça ne sert à rien, la T°C monte jusqu’à 17h puis ne bouge plus jusqu’à 19 ou 20h.P1100137
En milieu d’après-midi, on s’arrête devant un Croissant Rouge, une unité d’intervention pour les accidents de la route qui a la réputation d’acceuillir les voyageurs de passage. Il est tôt et, comme la veille, on ne venait que pour faire le plein d’eau avant de continuer. Mais David nous dit qu’on peut rester alors on hésite. Puis il nous montre la pièce qu’on aura pour nous, la douche étincelante et le repas qu’on partagera. Alors on n’hésite pas longtemps.
On fait les présentations et on lui explique que c’était plus commode de s’appeler Mehmet et Aïcha en Turquie. Alors il décide avec le sourire de nous baptiser pour l’Iran, nous sommes désormais Hosein et Zeinab.
On se tape une sieste et mangeons avec eux, assis en tailleur autour d’une nappe posée par terre, à la façon iranienne. Ophélie trouve la soupe trop épicée alors un des gars lui fait une omelette à la tomate. On se couche tard et il fait encore 32°C à 23h30.IMG_4541
Ils sont peinards au Croissant Rouge :  4 gars en permanence, ils sont là 5 jours puis rentrent chez eux pendant 10 jours ! Et ces 2 dernières semaines, ils ne sont intervenus que sur 2 accidents, pour donner les 1ers soins et emmener les victmes à l’hopital. Alors ils passent beaucoup de temps devant leurs PC, la TV ou avec la Playstation.
Ceci dit, sachez que l’Iran a les routes les plus dangereuses du monde avec 17.000 morts et 300.000 blessés en 2014, 20 fois plus que la moyenne mondiale. Ils conduisent n’importe comment, doublent n’importe quand, il n’y a pas de règles. Des voitures nous doublent et freinent à notre niveau pour nous parler pendant qu’une autre dépasse le tout et qu’un camion surchargé avec chauffeur au telephone vient en face. Mais tout est normal, ça n’a l’air d’effrayer personne de finir en purée rouge dans un accident. Pour nous, à vélo, couché de surcroît, ça se passe bien. Les véhicules s’écartent comme il faut et on ne se sent pas en danger du tout.IMG_4543
Le réveil sonne à 5h30 et nous sommes sur les vélos à 6h pour le lever du soleil. On dit au revoir à David et filons pour profiter de qques heures fraîches. C’est de plus en plus sec mais la lumière du matin sublime ce paysage. P1100142A flan de montagne, j’aperçois un animal ressemblant drôlement à un puma. Il s’enfuit et j’essaye de le suivre à plus de 35 km/h pour le voir de plus prêt mais il s’évanouit et je n’en tire que ce cliché. P1100148Après recherche sur le net, il pourrait s’agir d’un caracal, le puma ne vivant que sur le continent américain. Ou alors c’était juste un clebs, mais ça fait pas rêver. C’est plus pratique à observer quand ils sont éclatés en bord de route en fait.
Comme on est parti tôt, on arrive avant midi à Marand. On a rendez-vous avec un hôte Warmshower (réseau d’hospitalité pour cyclo) qu’on avait contacté 2 semaines auparavant. Comme on est hyper prévoyant, on n’a pas noté son adresse ni son numéro de telephone. On n’a même pas de telephone. Mais ce mec, Akbar, est presque une légende dans la communauté Warmshower, nous sommes les 778 et 779eme cyclistes qu’il acceuille !
Alors on se pointe comme des fleurs dans la ville et nous arrêtons à un carrefour en se grattant la tête. Un ado à vélo se pointe illico et nous demande en anglais si on a besoin d’aide. On lui explique l’histoire, il passe un coup de fil et Akbar débarque en 5 minutes, alors que nous sommes encerclés d’iraniens curieux. Il nous amène chez lui où nous laissons les vélos et embarquons dans une voiture avec un de ses postes chez qui nous dormirons. Akbar est surveillé par la police qui lui interdit d’acceuilir des touristes, alors il feinte.

Akbar le marathonien

Akbar le marathonien

Dans son tacot, Mohammad nous conduit à son « cottage » : une espèce de hutte en torchis en haut de la montagne à 2000m, sans eau courante ni electricité, sauf celle produite par un panneau solaire. Waouh, on se croirait à Walden ! Il fait frais, c’est silencieux, la vue est superbe et Mohammad nous prépare un repas avant qu’on s’évanouisse d’hypoglycémie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On somnole toute l’après-midi et passons une soirée détendue avec des amis à lui. On en apprend un peu plus sur l’Iran, sans oser parler de la drôle de vie des femmes ici. IMG_4549Un sujet brûlant pour nous : avec la Turquie, on était déjà habitué à ne pas en voir beaucoup mais en Iran, on a l’impression d’évoluer dans un monde sans femmes. En 3 jours, nous en avons vu seulement 2 ou 3, bien cachées sous leurs draps noirs. IMG_4595
Que des hommes : dans la rue, sur les terrasses, au volant des voitures, dans les commerces, aux guichets… Notre vision de l’Iran évoluera certainement avec d’autres rencontres, mais cette façon de punir la féminité n’est pour nous qu’une immense et triste mascarade imposé par le régime, rendant les relations homme-femme très malsaines. Comment comprendre ces femmes sous leur tchador noir, se cachant comme si elles avaient honte alors qu’il fait plus de 35°C ?IMG_4624 IMG_4625
On passe une nuit dehors et ça valait bien le coup d’être réveillé à 6h pour cette vue là.IMG_4609
Après un petit dej’ offert par Akbar dans un parc, nous reprenons les vélos pour une étape facile vers Tabriz. Apès un col à près de 1800m, c’est 50 km sur une 2×2 voies dont le trafic ne cesse de s’intensifier. On s’arrête sur une aire de repos pour grignoter quand un gars vient nous offrir 2 limonades au citron vert. Il revient 2 minutes après et nous propose carrément un petit déjeuner. On se rapproche de sa voiture, il sort une grande couverture, la glacière, du thé, du pain et nous prépare une omelette sur un réchaud. On est des pachas dans ce pays ! Et heureusement qu’on est encore en plein ramadan !P1100164
On arrive ensuite rapidement à Tabriz, 2eme ville du pays. Il y a surement de chouettes choses à voir mais c’est trop grand pour nous, trop de voitures, trop de bruits, trop chaud. Et puis on a rendez-vous à Teheran le lendemain matin, alors on file à la gare, en périphérie, et on passe l’après-midi à l’ombre en attendant le départ du train de nuit. Mauvaise suprise en allant au guichet d’information (ou personne ne parle anglais), les vélos voyageront dans un train de fret qui arrivera 6h après le notre. Bon, c’est pas grave, au moins ils les acceptent, pas comme à la SNCF où il faut chialer devant un contrôleur taciturne.IMG_4627
On embarque donc léger dans notre wagon 1ere classe à 23€ la place où s’installe également un couple iranien. Ils parlent farsi alors la communication est limitée mais ils sont souriants et sortent plein de truc à manger qu’ils partagerons avec nous : fruits et concombres (considéré comme un fruit en Iran), poulet-frite (aaaaahhhh, trop bon !!!) et du thé. De notre côté, nous n’avons à partager que nos pauvres chips dégueux et de l’eau tiédasse. P1100165
On déplie les lits et passons une bonne nuit malgré les matelas dures comme du bois, ce qui semble être une constante en Iran. Cerise sur le gateau, le train arrive avec 2h de retard et nos vélos avec 2h d’avance au terminal de fret. A 10h30, nous sommes sur les tanks et bénissons notre GPS pour nous diriger dans cette agglomération gigantesque de 15 millions d’habitants. Nous sommes vendredi, l’équivalent du dimanche en France, donc le trafic est faible, une chance. Le soleil cogne fort et le compteur affichera la T°C record de 48°C (au soleil, au dessus du goudron).
Les iraniens sont hyper serviables et n’hésitent pas à nous prêter leur téléphone lorsque nous cherchons en vain l’adresse de notre hôte et Hadi vient rapidement à notre rencontre. ll est très gentil, c’est la 1ere fois qu’il acceuille des cyclistes. On est comme des coqs en pate, son appart en collocation est très grand, frais et près du métro. Hadi part le lendemain pour une convention d’archéologie en Italie puis ira visiter Paris. Pour l’occasion, il organise une fête le soir même avec plein d’amis.
Les voiles sautent immédiatement, des filles sont en débardeur et personne ne jeûne. On discute longuement avec Sia, prof d’anglais. Il nous explique que la société iranienne est incroyablement contradictoire et il est bien d’accord sur le terme « mascarade ». Il y a 2 mondes : l’extérieur où tout est caché derrière les apparences sous la pression d’un gouvernement non choisi et l’intérieur où les gens font ce qu’ils veulent, fument, mangent,  écoutent de la musique, se droguent, dansent… Ils pensent que les choses prendront des décennies à changer car le peuple iranien a, selon lui, une faculté incroyable à subir les choses sans rien dire, jusqu’à l’explosion, comme la révolution de 79. A cette époque, ils voulaient chasser la monarchie du pouvoir. Le fait qu’un régime islamique et tenace l’ait remplacé n’est qu’un concours de circonstance malheureux et subi. Et le vote ne change pas grand-chose car la religion a la main mise sur le pouvoir et ne laisse que peu d’options possibles. Un état laïc est la seule issue mais ça prendra du temps.P1100171
Bref, on passe une super soirée, Hadi joue du kamancheh (sorte de violon) pendant que ses amis chantent sans retenue des airs tristes et mélancoliques. Mais peut-être que ça parle de petits lapins qui font des bisous à des papillons, on n’y comprend rien. Ils mettent alors de la musique et tout le monde danse. C’est très bon enfant, et ils n’ont pas besoin d’alcool pour se détendre et s’amuser, contrairement à chez nous la plupart du temps.P1100170 Ils arriveront même à faire danser les 2 gros coincés que nous sommes et applaudirons Ophélie/Zeinab pour sa salsa orientale.
Ensuite, on mange tous ensemble par terre. IMG_4636Tout est très bon et ça les fait rire quand on leur dit qu’on a jamais vu un repas avalé aussi vite. Si les Turcs mangent avec un lance-pierre, les Iraniens le font avec une catapulte. C’est pas pour nous déplaire.


Il est déjà l’heure pour Hadi de filer à l’aéroport. Il nous laisse ses clefs et nous dit qu’on peut rester 1 semaines sans problèmes, le temps pour nous d’obtenir nos visas pour les pays suivants et pour Ophélie de rembourser une dette de sommeil qu’elle évalue à environ 2 semaines complète. Une normande n’est pas faite pour ce climat. Une normande est faite pour regarder la pluie tomber par 10°C. Une normande est faite pour manger du beurre salé, des galettes saucisses et du camembert au lait cru. Une normande est faite pour dormir 10h par nuit et se réveiller avec 1/2 litres de café noir. Une normande est déboussolée en Iran.
En 5 jours, nous avons eu un condensé d’Iran sans temps morts avec des gens d’une hospitalité confondante. Voyons un eu ce que va donner la suite.IMG_4611

A bientôt
Hosein & Zeinab.

Publicités

23 commentaires sur “De la Turquie à Teheran, plongée au coeur de l’Iran

  1. Whaouh! Je suis admirative. Rouler avec de telles chaleurs!!! Et excuse moi Fred mais j’admire encore plus Ophelie car la faut carrément accepter de se mettre entre parenthèses et n’entrez vue que par une longueur suffisante de cachette. Bref, heureusement que vous avez eu cette chouette dernière soirée! Bises à vous 2, encore bravo

  2. La chaleur humaine de ces personnes rencontrées sur votre chemin est au diapason de la température du ciel
    Le récit est captivant j’en frissonne.
    Reposez vous bien chez vos hôtes
    Ophelie fais de gros dodos
    Gros bisous

  3. Très bon ! Bel article ! L’Iran que tu dépeins correspond exactement à ce que j’attendais… (c’est vrai que je suis LE spécialiste ardennais de la culture perse, j’ai lu tout Marjane Satrapi).
    Vivement qu’ils parviennent à se débarrasser de leurs dirigeants de chiite…
    Sinon, j’adore le :
    « Pour nous, à vélo, couché de surcroît, ça se passe bien. Les véhicules s’écartent comme il faut et on ne se sent pas en danger du tout. »
    Ahahahahahahaha ! On la connait cette tirade ! Elle signifie :
    « Pas de panique les Mamans, tout va très bien, aucun danger, zen, on mange bien, on dort bien, ici, les voitures s’écartent, le soleil ne brûle pas la peau, les serpents n’ont pas de dents, inutile de vous inquiéter… »
    Ouais… On a tous fait ça…
    Ciao les Amis, on vous suivra un peu plus difficilement pendant 4 ou 5 semaines, on part en Norvège dans deux jours, mais on reste de tout cœur avec vous.
    P.S. Remarquez bien que je n’ai pas utilisé les mots « TRAIN » et « PREMIÈRE CLASSE »…

    • On a bien rigolé, merci de ne pas avoir utilisé les mots « train » et « 1er classe », délicate attention (sale enfoiré).
      Et merci pour les compliments. « Bel article » de ta part, ça vaut son pesant de pneus Schwalbe, crois-moi.
      C’est vrai qu’à vélo,on a une bulle magique de protection autour de nous. C’est la même qui retient les odeurs et nous permet de porter le même t-shirt tous les jours. Protection anti-voiture, anti-PKK, anti hello-money… très pratique.
      On vous souhaite de très bonne vacances en Norvège, les moustiques vont se régaler de votre sang gras d’ardennais. Et on espère un récit dans votre blog.

  4. Salut Ophélie et Fred, bravo pour ce nouveau voyage, c’est fascinant de suivre toutes vos rencontres (et vos exploits physiques sous cette chaleur) ! Bonne route en Iran et dans les autres pays. Bises ! Solène, la pote du collège de Ducey

  5. J’espère que tout se passera bien pour le visa turkmène car ces dernières semaines, plusieurs cyclos ont rebroussé chemin vers l’Azerbaïdjan/traversée mer Caspienne/Kazakhstan à cause du refus du visa turkmène, même de transit.

    • C’est une loterie, des amis viennent de l’avoir mais la plupart sont refusés. De notre côté, on est passé par une agence pour avoir un visa touriste et ça devrait marcher. C’est le même prix que l’avion Teheran-Tashkent mais sans la tristesse de prendre les airs.

        • Exact, les vélos vont voyager en camion (car on sera 4 cyclo) et nous en 4×4 et train de nuit accompagnés d’un gars de l’agence. On saura dans la semaine si on a le visa. Hier, on a eu le visa Ouzbek en 1 heure ! Le visa chinois sera dispo en fin de semaine et le visa Tadjik se fait par internet.
          Wordpress marche bien même s’il faut parfois passer par un VPN (Tor, Freegate…)

  6. chapeau ! pédaler sous cette chaleur , il y a de quoi se déshydrater le moral. Les iraniens semblent très accueillants.

  7. Merci pour ce récit, les gens semblent si accueillants, agréables et généreux ! rien à voir avec leurs dirigeants….
    Bon courage à Zeinab pour sa tenue !!

  8. Salut les sportifs malgré que vous fassiez bcp trop de trains bateaux à mon gout….! Désolé de ne pas écrire plus mais en tout cas on vous suit régulièrement avec Isa et on est toujours impatient de voir votre prochain article. Le moins que l’on puisse dire c’est que vous nous permettez de voyager avec vous! Que de souvenir et d’aventures! Pauvre Ophélie elle doit mourir sous sa tenue ! Ton « Puma Chien »je t’aurai respecté si tu l’avais chassé tu aurais du emmener un harpon avec toi.Faites attention à vous et @bientôt! Biz

  9. Pas mal ton message, je vois que tu l’as bien relu 10 fois pour éviter les fautes, les « lol » et les smileys. Malheureusement, tu as oublié un « s » à souvenir, dommage. A moins que l’on ne se souvienne que d’une chose, genre on crève de chaud à Teheran. Bises à toi , Isa et les 2 crapeaux. Et bonnes vacances

  10. Pas de photos pour moi car pas de connexion. ..mais j’aime beaucoup la prose d’ Hosein. Après avoir voyagé un an avec les enfants, c’est un voyage immobile en vous lisant. Nous repartirons et je crois que l’Iran sera sur notre route alors que j’ai toujours dit que je n’irai pas dans czs pays où le droit des femmes est bafoué. ..bref on vous accueillera dans le Vercors avec plaisir. SONIA http://www.lesjoyeuxvoyageurs.org

  11. Merci,, ça fait plaisir à lire ton message. C’est vrai que l’Iran fait un choc quand on y arrive mais on s’y habitue et les iraniens sont tellement surprenants que ça serait dommage de passer à côté. Justement, je pense que le tourisme amène qqchose de positifs, oserais-je parler d’un vent de liberté ? Même si mes t-shirts puent atrocement.

    Et on retient l’invitation dans le Vercors. Nous avons passer 1 semaine à Vassieux avant de partir et c’est là qu’on aimerait retourner en rentrant.
    Donc à bientôt !

  12. coucou, super cet article , je l’ai lu à coté de Calamity mama et bien sûr on a beaucoup parlé de vous
    Le mont Ararat a quelque chose du Fujiyama, mais les japonaises peuvent en profiter et sentir le vent ou le soleil sur leur peau
    Pauvre Ophelie, sous tous tes « chiffons » avec cette chaleur .Vous faites de trés belles rencontres et tu as pu ,Ophélie, partager le repas sur le même tapis que les hommes sauveteurs ( qui ont la même tenue que les nôtres) quel dommage que la moitié de la population soit éliminée de ce pays magnifique .Heureusement la convivialité et l’hospitalité semble bien supérieure à la notre
    Je vous fait une très grosse bise
    même plusieurs surtout à Ophélie

  13. Hello à tous les deux… C’est toujours un plaisir de vous suivre ! En tant qu’amateur de bonne cuisine (et je sais que tu en es un aussi), j’aurai aimé que tu nous donnes plus de détail sur la cuisine iranienne… En tout cas les photos font envie ! Biz

  14. Waou ! ça commence fort l’Iranie ! Je constate que vous constatez que la chaleur est plus supportable qu’on le croit, j’avais eu la même sensation en Maroquie. Pensez quand même à mâcher sept fois avant d’avaler pour soulager votre estomac : un repas n’est pas une compétition et je ne voudrais pas que vous reveniasses détraqués du bide, parce que du coup, je crains fort que ne me fassiasses plus de bon petit plat sympa dans ma cuisine… Nota : Traînez pas quand même, l’hiver approche à grandes enjambée et il vous reste une strate de chemin à faire !
    Poutoux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s