Reine d’Angleterre, vaseline et gorges profondes – Tadjikistan – acte 1

 

  • du 16/08 au 26/08/16
  • de Douchanbé à Khorog
  • 11 étapes d’affilé / 550 km
  • de la piste défoncée
  • un col à 3250 m
  • des bivouacs de psychopathe
  • du très très grand voyage vélo

 

img_6403

Ceci est une œuvre d’art éphémère

Bon bon bon, comment faire un récit 1 mois après les évènements en ayant une mémoire de poisson rouge ? Gros défis. Nan parce qu’à part le titre, j’ai rien pour l’instant. Mais on pense à vous chers followers, en pleine rentrée, aux portes de l’automne, au lendemain de la candidature de Sarkozy et de Juppé (« Prophète du bonheur » que je viens de lire, mdr), en plein débat passionnant sur le burkini. Donc nous voilà pour vous sauver de la tristitude les amis ! Tadaaa !

Aux chiottes Sarko et Juppé !img_6384

Et puis, c’était quelque-chose cette traversée du Tadjikistan. Ça vaut bien le coup de geeker sur le netbook pour vous raconter et montrer tout ça. En 3 actes, bande de veinards. Enfin peut-être que 2, en fonction de la flemme.

img_6043

On part donc de Douchanbé à 6 : vos serviteurs, Alice & Benoît ainsi que Kevin et le cyborg est-allemand (Matthias 2.0). Ça roule tout seul, c’est bitumé et c’est tant mieux vu qu’on a systématiquement les jambes en coton après quelques jours de pause. Le soir, Kevin prend en charge la recherche du sport de bivouac et on se retrouve dans un bel endroit. Mais faut pas trop regarder autour vu que c’est un peu au milieu d’une décharge.img_6059 Je pars vers la rivière pour voir si on peut s’y laver mais c’est à sec. Enfin, juste de là ou j’étais vu que si j’avais pas eu la flemme de faire 5m de plus, j’aurais vu le jolie petit ruisseau rafraichissant. J’ai eu des bouffées de chaleur toute la journée, soit j’ai de la fièvre, soit c’est la ménopause. Je penche pour de la fièvre tout de même.img_6053

Bref, soirée sympa, les filles bavent devant Matthias une dernière fois puisque, le lendemain, il trace la route avec Kevin. Entre hommes donc. Ce qui confirme la théorie qu’on avait Benoit et moi. et toc !

On se retrouve à nouveau à 4, la bande des bogosses (surtout 2 en fait, pas vrai Benoit ?) et on en termine avec le bitume.

Benoit – 13h04 :  » Je me demande quel goût ça a le lait de chien « .

La piste est parfois roulante, trop souvent défoncée, l’aventure commence et les paysages deviennent déjà sympa. J’ai encore eu mes bouffées de chaleur et je finis la journée en compote. Le spot de bivouac est grandiose.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mal au bide toute la nuit, je vais lâcher ma galette avant le p’tit dej. Le p’tit dej, de toute façon, il était foutu quand on s’est rendu compte la veille que notre stock d’avoine était plein d’insectes. Faudra trouver du pain.

Alice aussi est malade et on se trainera toute la journée avec des courbatures dans tout le corps et une fatigue écrasante. Oui, même les héros peuvent être malades. Ophélie jubile, elle me double en côte en me disant « courage, on est bientôt en haut ». Bordel, c’est moi qui encourage d’habitude !! Ce jour là, j’ai pas du tout envie d’être sur le vélo, c’est trop dure. Je veux être chez ma maman, rester couché jusqu’à midi, manger des yaourts et des tartines grillées, me plaindre que j’ai mal partout et aller mettre une grosse branlée à mon pote Mimi sur FIFA 15 en buvant du thé.p1100543

Journée interminable avec des côtes à 12% sur de la piste défoncée et 30°C à l’ombre. Ça fait partie du voyage à vélo, on sert les dents, ça passe et on est récompensé en fin de journée avec un bivouac au top. On ne fait que 30 km ce jour-là.

Le lendemain, ça va bien mieux. Alice trainera encore une saloperie au bide pendant quelques jours, ce qui lui vaudra le jolie surnom de « Colonel Moutarde ». On quitte notre large vallée pour une autre beaucoup plus encaissée et encore plus belle. La piste est difficile, très cassante. Alors quand on passe devant un lac turquoise ou des gosses se baignent, on n’hésite pas longtemps malgré le peu de kilomètre au compteur.img_6149 Mais on arrive à repartir après la baignade et, en faisant le plein d’eau au village suivant, des gens nous invitent à boire un thé. Mais on a dû mal comprendre car on en verra pas la couleur de ce thé et, à la place, on a dû se contenter de pain, de miel, de mouton confis, de pastèque et de raisin. La vie est dure.p1100562

p1100565

Bivouac à la sortie du village

En repartant, ils nous offrent du pain et des œufs. Plus tôt dans la journée, un gars nous avait déjà offert des pommes. Les Tadjiks sont très sympas, autant que les Ouzbeks mais c’est encore plus marquant dans des coins isolés et apparemment plus pauvres comme ici. Ils sont très souriants et les gosses accourent comme des fous dès qu’ils nous voient :  » Hello ! Hello ! Hello ! ». img_6187

On croise régulièrement des villages et comme a) Les gosses sont en vacance scolaire, b) Ils n’ont pas la TV ni internet (donc obligés de jouer dehors, en bord de route) et c) la pilule, la capote, l’ablation des ovaires ou le stérilet semblent encore être au stade de concept, les gosses sont partout et on passe beaucoup de temps à leur dire bonjour et à leur faire coucou de la main.

img_6386

En fin de journée, un peu las, on ne fait plus qu’un mouvement désinvolte du poignet, tel la Reine d’Angleterre saluant ses sujets. Voilà, ça explique  le début du titre de l’article. Non mais vous croyiez vraiment qu’il y avait une histoire impliquant la vioc The Queen, de la vaseline et une gorge profonde ? Oh my god !!

Après une autre étape dans cette belle vallée, on entre officiellement dans le Pamir :  massif de haute montagne centré sur l’Est du Tadjikistan avec des prolongements en Afghanistan, en République populaire de Chine et au Kirghizistan, comme qui disent dans wikipedia. Bref, de la montagne, de la vrai.

img_6262Donc ça grimpe, et pas qu’un peu.img_6249 On passe la nuit à 2800m et atteignons le col à 3250m le lendemain matin. On redescend et arrivons tôt à Kail-Khoum pour une après-midi de repos dans l’hôtel des mouches. Trop bizarre cette guest-house : en plus des mouches à foison, y’a un gars étrange (attardé mental qu’on apprendra plus tard) qui casse du petit bois et qui se tape une crise d’épilepsie devant nous, en s’éclatant une arcade contre le sol. Moi je croyais qu’il faisait une sieste dans une position bizarre mais Benoit-le-sauveteur intervient rapidement en l’empêchant d’avaler sa langue et en appelant à l’aide. Il pisse le sang et se redresse rapidement. Sa famille semble avoir l’habitude et la nana lui fout une baffe monstrueuse pour le réveiller totalement. Ensuite, elle lui rase le crâne. On a pas trop compris, ça doit être une tradition locale.

img_6272

A 10 minutes près, on assistait à l’abattage d’une vache. Dommage

Les 4 étapes suivantes se passent dans une gorge profonde (Reine Elisabeth, gorge profonde… vous suivez ?) avec l’Afghanistan juste de l’autre côté du fleuve. Magnifique.img_6329 On aperçoit des bergers Afghans, très beaux dans leurs habits traditionnels. Z’ont pas tellement l’air de dangereux terroristes en fait. Mais il faut se méfier des apparences et c’est les mains tremblantes, la tête pleine de flash-back que je vous écris que j’ai été :

LA CIBLE D’UN ODIEUX ACTE TERRORISTE

Pas de cellule psychologique ni de prise en charge de la victime (moi), pas d’interview sur TF1 dans 7 à 8 avec la petite musique larmoyante, pas de « Nous sommes Fred ». Non, rien, j’ai dû surmonter ça tout seul. Je ne sais pas si je pourrais à nouveau vivre normalement. Chaque fois que je ferme les yeux, je revois ce monstre (enfant de 10 ans) sortir son arme lourde (une fronde de 30 cm), et me tirer dessus (cailloux tombant à 2m de moi). Oui, mes amis, un attentat contre la bogossitude a été commis, cet enfant a voulu s’attaquer à un symbole. Il y a eu les tours jumelles, il y a failli y avoir Fred.

En représaille, j’ai d’abord pensé à la méthode choc Bush-Cheney (soutenu par la bible) : « OK les gars, on bombarde les maternelles, les écoles et les hopitaux pendant 15 jours ». Et puis j’me suis dit que c’était un p’tit con comme y’en a partout, alors j’ai juste gueuler un coup et sorti l’appareil photo pour le souvenir. Le gosse, sûrement traumatisé par le traitement de choc de « l’axe du bien », s’est mis a détaler en se baissant comme si je tenais un flingue. Tiens tiens, c’est qui la victime finalement ?

p1100623

Nous sommes Afghans

Puuuuutainnn ! Ce blog est génial.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On passe 4 jours au top le long de l’Afghanistan.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La piste est difficile, poussiéreuse, les bivouacs sont à pleurer et les gens adorables. On croise toujours régulièrement des villages, l’occasion de se ravitailler. Alors, que trouve-t’on dans ces magasins Tadjiks ? La plupart du temps, c’est :

  • Bonbons
  • Maillots de foot de Barcelone
  • Gateaux secs
  • Noodles
  • Vaseline

Vaseline, le truc le plus facile à trouver au Tadjikistan, ou que tu sois. On se dit d’abord que c’est normal dans un pays ou des hommes, seuls, passent tellement de temps avec des chèvres. Et ensuite on se rappelle qu’il fait horriblement froid en hiver et que la vaseline sert tout simplement à protéger la peau (du visage et des mains bande de pervers !!!).img_6454

Au dernier bivouac de carte postale, Alice et Benoit sont également victimes d’actes terroristes. On ne sait comment, des Talibans (probablement déguisés en lapin) ont réussi à déchirer le flanc du pneu de Benoit et à décoller des boudins du matelas d’Alice, le même jour ! La coïncidence est trop forte, il s’agit d’une opération coordonnée visant à créer un chaos totale au sein de leur couple. Ça a failli marcher. Heureusement qu’ils avaient un pneu de rechange.

img_6464

Hiiiiiii !!! Chéri, y’a un serpent dans la salle de bain !!!

Une belle étape facile nous amène enfin à Khorog, capitale du Pamir. On se pose dans une guest-house pour 4 nuits, histoire de souffler, de se ravitailler (bien trop, comme d’habitude) et de se faire enregistrer auprès des autorités incompétentes. Rien de passionnant, je vous assure. Sauf quand Benoit a gueulé bien fort sur la fonctionnaire qui essayait de nous soutirer un bakchich.

img_6483

La suite dans quelques jours, à plus de 4000m, avec de la neige et tout et tout.

img_6478

 

 

Publicités

16 commentaires sur “Reine d’Angleterre, vaseline et gorges profondes – Tadjikistan – acte 1

  1. Après la Carretera Australe, je me suis fait une promesse : plus JAMAIS de piste en vélo couché. Alors, les amis, chapeau bas. Mais la vache, qu’est ce que c’est beau …!!

  2. Attention Fred!!! Tu vas trop loin!!! On ne touche pas à la reine d’Angleterre!!
    J’ai du sang britannique dans mes veines!!!! God save the queen!! Gros bisous à vous 2 mais surtout à ophelie! N’avons pas de nouvelles de son feelax!!!

  3. Alors, alors, alors… Que dire… Je me sens tout drôle.
    Cela fait 2 semaines que je suis rentré. Plein de taf’, pleins de dossiers à remplir, de projets à écrire, de RDV à prendre, de familles à convaincre… Bref, la vraie vie, quoi… Alors, c’est difficile de se replonger dans l’univers panardos, le « PanarWorld » comme on dit. Tout cela ne semble qu’un aimable divertissement. Et puis tout à coup ! BAMMMM ! La claque ! Photo des gamins. Souvenirs de piste. Humeurs et sabotage. Retournement de focale ! La vrai vie, c’est le PanarWorld !
    Help ! Désencroûtez moi !

    • Je parie que t’avais déjà tapé ça dans Google. Avec peut-être en plus les mots « poney shetland » et « gravier ».
      Bisous bisous. Fais un gros cul-cul rouge à Mimi de ma part, sauf s’il est toujours au Canada, dans les bras d’un beau bucheron

  4. Le vélo permet d’être près des gens… mouais… pas aussi près que dans une douche tout de même ! M’enfin, j’aimerai quand même être au milieu de ces montagne pour profiter de sorte de gastro et te perdre comme un vulgaire sac pas capable de se bouger seul, j’envie Ophélie ! Mais vous amusez pas trop tout de même si vous voulez rejoindre la Thaïlande avant 2017 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s