Le Vietnam avec un ptit vélo dans la tête

J 349 à 356 / de Tam Coc à Mong Cai via Cat Ba / 404 km

  • 19/03/17 Tam Coc – Thm Ninh = 64 km
  • 20/03/17 … – Haiphong = 73 km
  • 21/03/17 … – Cat Ba = 55 km
  • 22 & 23 Cat Ba = repos et croisière dans la baie d’Halong
  • 24/03/17 … – Cam Pha = 68 km
  • 25/03/17 … – Dam Ha = 82 km
  • 26/03/17 … – Mong Cai (à 500m de la Chine) = 62 km

 

IMG_2003

Après un gavage en règle au buffet du petit déjeuner, nous repartons sous le ciel gris habituel et retrouvons notre autoroute à klaxon. C’est juste un peu plus calme que d’habitude car c’est dimanche. On s’ennuie ferme jusqu’à ce qu’on voit débouler dans notre rétro un missile avec une fillette devant.IMG_1658

Il s’agit en fait d’un des rares vélos plus bizarre que les nôtres : un tandem Pino. Yvan, le papa, est aux commandes alors qu’Anne-Lyse, la petite, fait semblant de s’évertue à pédaler. Derrière arrivent  le bondissant Felix, presque 10 ans, et Magalie la maman. Ils forment la vaillante famille un ptit vélo dans la tête.

On sympathise tout de suite et nous rendons vite compte qu’on a des amis en commun ! Philippe/Velofasto (le vendeur de nos tanks) et les Cyclomigrateurs (des Bretons en tank actuellement en pays Hobbit).

Ils vont sur l’île de Cat Ba, comme nous, alors on se met tout de suite d’accord pour rouler ensemble. Hop, envolée la morosité! Eux aussi avaient le moral en berne à cause du temps et de l’ambiance sur la route.IMG_1656

Avec Ophélie, on se dit intérieurement que ça va être peinard de rouler avec une famille. Tu parles ! Ils pédalent fort et on tape souvent du 21 ou 22 km/h sur le plat ! Yvan a bouclé le Roc d’Azur dans les 100 premiers et Felix est bien parti pour claquer un Paris-Brest-Paris à 16 ans sur un BMX. Et Magalie suit sans problème avec son énorme sacoche de bouffe. Et je m’y connais en énorme sacoche de bouffe.

Ils sont dans leur 9eme mois d’un grand voyage qui les a emmené en Amérique du Sud puis en Nouvelle-Zélande avant d’atterrir en Asie du sud-est. Ils voleront bientôt vers Istanbul avant de rentrer chez eux à vélo, non loin de Rennes. Ainsi, en 1 an, ils auront pédalé entre 12 & 13 000 km, guère moins qu’un couple sans enfant qui n’a pas à faire l’école le soir ni à gérer 2 boules d’énergie.

IMG_1729

Notez le nom très humoristique du bateau

On fait ainsi 3 étapes ensemble, la pluie nous laisse tranquille et on se fait des joyeux pique-nique pain-vache-qui-rit. Avec Yvan, on parle vélo et matos au moins 4h par jour, ça fait du bien de penser à autre-chose. On s’échange aussi nos engins pendant 1 heure, le Pino est vraiment un tandem formidable mais je crois qu’on aurait eu beaucoup de casse si on était parti avec. Deux adultes + des sacoches créent des contraintes énormes sur le cadre, les roues et la transmission.

Yvan se débrouille tout de suite sur mon tank. On dit souvent qu’il faut commencer le vélo-couché tranquillement sur un parking désert. Lui l’a fait au Vietnam, au milieu des camions et des scooters et avec 25 kg de bagage. Pression maximum, la prochaine étape est de s’initier au mono-cycle sur le périph’ aux heures de pointe. Moi j’suis bien sur le Pino, Anne-Lyse fait un formidable auto-radio. Pour baisser le volume, il suffit de lui demander de pédaler. Si elle accepte.

P1120039

Oh des petits chats ! On dirait qu’ils se font un câlin ! C’est trop mignon

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après Haiphong, grande ville au marché pittoresque, on rejoint le port, sans doute le plus grand du Vietnam puisque nous sommes à une encablure d’Hanoï. L’ambiance nous rappelle la traversée du port du Havre, seul endroit en France rivalisant avec le Vietnam au niveau bordel sur la route.P1120041

Nous embarquons sur un bac pour rejoindre l’île de Cat Hai, la traversons à vélo avec un superbe passage tout-terrain, puis empruntons un autre bac pour l’île de Cat Ba, futur fleuron du tourisme Viet dès que le pont la reliant au continent sera fini. Amis touristes, dépêchez-vous d’y aller maintenant car ça sera l’usine dans quelques mois.

La traversée de l’île est sympa, il y a peu de trafic et nos oreilles arrêtent enfin de saigner. On est content de se poser quelque-part, on en a tous plein les pattes.

La baie est magnifique avec ses nombreux bateaux de pêche et ses bateaux restaurant. Il y a énormément d’hôtel et ça construit de partout. Le pont va amener du monde, ils se préparent.IMG_1764

Comme on va rester 3 nuits, on prend le temps de choisir un truc bien. Coup de bol, y’a personne en ce moment et les prix baissent très vite. On se retrouve donc dans une grande chambre avec balcon et vue sur la baie. Les lits, en revanche, sont toujours à la mode Viet : plus durs qu’un tatami.

IMG_1772

vue de la chambre

Le lendemain, c’est repos. Mais le genre de repos propre au voyage à vélo, le repos où y’a finalement plein de truc à faire comme la lessive, les courses, l’école aux enfants pour les chanceux, des mails pour ce putain de visa russe, skype avec maman pour montrer qu’on est un bon petit garçon, réserver une croisière dans la baie d’Halong pour le lendemain…

Pour l’obtention du visa russe, nous faisons appel à l’Agence Russie Autrement, spécialiste  voyage en Russie. Ils nous fournissent 2 lettres d’invitation nécessaire à la demande de visa et nous en offrent une des deux contre ce petit texte de publicité. Aaaarrrghhh ! 35 € d’économisé, ça payera quelques bouteilles de vodka dans le transsibérien.

IMG_2033

Du coup, le soir, il nous reste tout juste assez d’énergie pour faire une soirée galette sur le toit de l’hôtel, sur la bâche avec éclairage à la frontale. L’aventure est partout.P1080076

On se lève tôt pour notre croisière privée dans la baie d’Halong. Comme on a sympathisé avec une famille québecoise et 2 danoises (du calme, une mère et son enfant) en allant réserver la veille, le gars de l’agence nous a proposé d’avoir le bateau rien que pour nous 13, dont 6 enfants.IMG_1931

Tout en bois, moteur qui ronronne tout doucement, mer d’huile, silence, pêcheurs, ostréiculteurs, paysages de carte postale. La baie est immense, on serpente entre les massifs karstique, sans avoir à suer sur les vélos pour une fois.IMG_1947

On jette l’ancre dans une anse pour monter sur des kayaks et se balader le long des parois et sous la roche dans des tunnels naturels. Les yukkas prennent possession du moindre espace disponible et s’épanouissent apparemment bien mieux qu’à Ikea, Jardiland ou une véranda picarde. Comme on a tout dans les jambes et plus rien dans les bras, on arrête de pagayer et restons 15 minutes, seuls dans une anse, juste à regarder et à écouter le silence.IMG_1895

Après on a la dalle alors on rentre. C’est génial de manger avec des enfants, ils laissent la moitié et ne touchent pas au délicieux poisson. Et pas de chance pour eux, y’a pas de dessert donc rien à marchander.

On lève l’ancre et faisons cap vers ailleurs. Oui, je maîtrise le langage de la mer, j’ai mon permis côtier (obtenu sur un bout de Seine d’environ 200m, vent force nulle, pas de houle ni de récifs).IMG_1867

On s’arrête près de petites plages désertes et sautons du bateau pour y aller à la nage, sauf les flipettes qui préfèrent s’y rendre en kayak. Sensationnel.IMG_1900

On ramasse quelques coquillages et d’étonnant galets troués qui décorerons à merveille nos sacoches. On pourra se la raconter à mort en rentrant :


  • « C’est quoi ce coquillage ?
  • Nihao… heu sorry, excuse-moi, je n’ai plus l’habitude de parler faguo. Ça ? Oh, c’est simplement un truc que j’ai ramassé à Koh Lanta juste before de prendre un mojito devant le coucher de soleil sur la plage (avec ma mère)

  • C’est quoi ce galet Fred ? C’est magnifique !
  • Mouais, pas mal. Je l’ai trouvé sur une playa déserte après avoir nagé pendant 8 km dans une mer déchaînée, j’étais tout mouillé. T’as vu ? il a un trou.
  • Comme ton cul
  • Nan c’est pas pareil. Et ne sois pas vulgaire comme ça !

  • C’est quoi ces poils pubiens ?
  • NON NON NON, j’en ai marre qu’on me dise ça !! C’EST UNE TRESSE EN POIL DE YAK BORDEL !! UN YAK !!
  • Tu l’as trouvé où ?
  • Où ? -regard lointain vers l’horizon- Simplement en me baladant à vélo sous la neige au Tadjikistan, à 4200m d’altitude, what esle ? »

Ah ah ah, on va être des vrais connards, ça va être génial !


Retour au bateau (à cheval sur un kayak, trop la flemme) et on se fait une grosse séance de saut dans l’eau. Des sauts basiques pour commencer, puis j’ai calmé tout le monde avec triple salto arrière tendu vrillé, finish en bombe, pour le délire.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Juste après la dernière vrille, avant le groupé pour la bombe

Après une halte sur la Monkey Island, on rentre finalement au port. Pas de coucher de soleil, trop couvert. C’est pas grave, on en verra d’autre ailleurs, mais peut-être pas au Vietnam.IMG_1981

C’était marrant cette « îles des singes », ça se voyait à mille mille (terme marin) que c’est un truc bidon. Ils ont mis 4 ou 5 pauvres singes et un bar sur une île et hop : Monkey Island ! On voit des touristes se faire racketter leur bouffe par des singes très agressifs. Y’a même une nana qui se fait attraper une barre en chocolat, j’ai failli intervenir. Du chocolat bordel ! Ça coute une fortune ici !

IMG_1978

Y’a un filon, faudrait que je pense à faire visiter la Red Crushed Dog Road (Thaïlande), la Horse’s Head Highway (Kazakhstan) ou la Dead Crow Valley (Turquie). Ça tombe bien, j’ai déjà plein de belles photos pour faire un prospectus.

Le lendemain, on est crevé et on serait volontier resté avec nos nouveaux amis mais nous devons quitter le pays dans 3 jours et il reste quelques kilomètre à faire. Donc on dit au revoir à la petite famille, Ophélie offre un de ses doudous de la route à Anne-Lyse et nous filons vers un embarcadère au nord de l’île, 30 km d’une petite route magnifique. Piiooouuu, ce séjour à Cat Ba nous a vraiment fait du bien.

Comme on ne s’est pas renseigné sur les horaires de traversée, on poireaute de 10h30 à 13h. Y’a des vieux hamacs accrochés entre des arbres, je me pose dedans : « regardes Ophélie, on va être trop bien pour faire une sieste ». Un gars se pointe illico et demande 10 000 dongs (= 0,40 €), je l’ai mauvaise, je m’assoie par terre et je lui demande si c’est 5000 pour ça. Il me dit non non en souriant et repart. C’est impossible d’aller au conflit avec un asiatique, on dirait qu’ils ne s’énervent jamais, ils gardent la face quoiqu’il arrive.P1120090

On embarque finalement sur le bac et profitons à nouveau de la baie jusqu’à la presque-île de Tuan Chau. Grandiose, mais pas de plongeon cette fois.IMG_1984IMG_1989

Fin du calme, on retrouve le vacarme de la route, des camions, des scooters et des pouet-pouets. Je considère que la plupart des gens deviennent un peu con dès qu’ils sont derrière un volant, mais les Vietnamiens sont vraiment les rois dans ce domaine, ils conduisent comme des abrutis. Heureusement, ils savent que tout les autres usagers sont aussi des abrutis donc ils sont vigilants et ne roulent pas très vite. On ne se sent finalement pas en danger sur ces routes, même si on reste un peu plus attentif que sur l’Altiplano bolivien (« Hmmm ? Plaît-il ? Oui, tout à fait, nous avons roulé de Cusco hasta Ushuaia – fin del mundo – con bicycletas. What else. »).

P1120038

Les Viets ne roulent pas à tombeau ouvert, ce qui n’empêche pas certains de partir les pieds devant. Ici sur une pâle imitation de tandem Pino

On s’arrête dans un hôtel le soir, les nerfs à vif à cause de la fatigue et du traumatisme auditif. Puis on va en ville, on fait nos emplettes auprès d’une petite mamie qui pèse nos tomates et met 7 œufs au lieu de 6, on prend de bon plats à emporté et on boit des bières avec des employés ayant fini leur journée de travail, tout va bien, c’est un chouette pays. On voit jamais le soleil mais c’est chouette.

Les mecs semblent bourrés au bout de 2 verres. Ah ah les p’tits joueurs, ils n’ont pas une glorieuse et lointaine tradition alcoolique comme chez nous !

Voilà, c’est le Vietnam, un pays qu’on adore et qu’on déteste à la fois. Parfois on adore le côté anarchique, chaotique, bordélique, crade, brut de décoffrage, bruyant et parfois on aimerait un lance-flamme, surtout quand on est sur nos p’tits vélos.

P1120074

y’a peut-être même un nourrisson, dans le coffre du scooter

Les 2 étapes suivantes sont plus calmes, les camions se font plus discrets et les paysages plus sauvages. La T°C chute et on se retrouve à pédaler sous la pluie avec 15°C juste avant d’arriver à Mong Cai, aux portes de la Chine.

A la 3eme tentative, on trouve enfin un hôtel dans nos prix, échangeons le slip mouillé contre un sec, déjeunons dans la rue et allons marcher en ville.

Comme lors de notre tout premier jour au Vietnam, le soleil apparaît en fin de journée, juste au moment où l’on se commande un dernier jus de canne à sucre. Un clin d’œil de la pacha mama pour la fin de notre périple en Asie du sud-est.

Demain la Chine, ensuite les nippons !

P1120105

en exclusivité, la 1ere photo de la Chine

 


Bilan froid et clinique de l’Asie du sud-est

  • 133 jours à travers le nord du Laos, la Thaïlande, un bout de Cambodge, le sud du Laos et un morceau de Vietnam
  • 75 étapes à vélos
  • 1 mois complet de vacance
  • 5542 km, dont presque la moitié en Thaïlande
  • 34200 m de D+, dont la moitié en Thaïlande, surtout le nord-ouest
  • 164 kg de riz par personne
  • 76 Litres de jus de canne à sucre
  • 1 torticolique

Pays préféré ? Peut-être bien le Laos, mais la Thaïlande n’est pas loin et même carrément en tête pour la bouffe et la gentillesse des gens.

Y revenir un jour ? Pas autant que l’Asie Centrale, la Turquie ou l’Iran.

Y s’installer un jour comme beaucoup d’occidentaux en rêvent ? Pas du tout, ce climat n’est pas pour nous, la culture non plus. Les saisons nous manqueraient trop, on déteste le karaoké et on aime beaucoup la France. Quoiqu’on en dise, il y fait bon vivre, il suffit juste d’éteindre la TV et de lever le nez.

Et pour ceux qui sont allés jusqu’au bout de cet article, voici une petite vidéo sur notre passage au sud du Laos. Monté à la va-vite sur media maker, le rendu est nettement moins bon.

Publicités

30 commentaires sur “Le Vietnam avec un ptit vélo dans la tête

  1. Au cœur de votre voyage avec cette tres sympa vidéo…. oui encore d’autres, fais moi rouler avec vous !!!! Parole de motard toutefois, l’amortisseur d’Ophelie qui pompe ainsi est mort (de fatigue). Bonne route vers la Chine,..

    • yes, à l’agonie les amortos et je crois bien qu’on va se les coltiner pendant encore longtemps.
      Vivement le prochain ravitaillement en Norvège

  2. Superbe cette fin de Vietnam et que de bon souvenirs avec ces paysages du sud Laos sur la vidéo. Plus qu’a espérer que la censure chinoise ne nous prive pas de la suite de vos aventures… Bonne route

  3. Un petit regret !! Il n’y a pas de conseil éclairé sur l’accompagnement sauce + vin des appétissants aliments protéiniques mis en photos…La dégustation aurait-elle tourné court ??

  4. Super la vidéo, on s’y croirait , comme d’hab les rencontres que vous faites c’est vraiment bien surtout si loin de chez soi.
    Nous vous apprécions toujours autant , c’est un régal.
    Bises à vous deux.
    J-B et Catherine.

  5. Bonjour Fred et Ophélie:Vous avez donc fait la rencontre et vécu des bons moments avec nos enfants et nos ….petits…que nous allons trouver changés au retour !! Vous avez vu leurs performances ça promet..Félix a déjà fait ses preuves et Anne-Lyse veut aussi faire du vélo !! Magali vous a fait connaitre ses dons de « cuisinière » et yvan le mécano …Bonne suite de voyages…à bientôt. Mag 35

  6. Poison d’avril ! Il pleut à Marseille, alors je followe… Et si je tartinais façon number one 2013 , saison 1.
    « Aujourdhui on se lève tôt
    Première côte ça dérouille, les jambes répondent.
    Pluie et vent en face super on adore ça. On est trempé jusqu’au fond du slip mais au moins on respire.
    Break juste avant la fringale dans un boui Boui infâme le long de la piste. Putain ça redonne de la giclette.
    Entre-temps sur la route on a croisé des camions-klaxon, des scooters casse cou et ouille, des petits écoliers plutôt laotiens en vélo, des chiens ou des chevaux en miettes ou pièces détachées sur le bas côté. Ouais la routine…. Rout-in …tu piges? Paceque entre-temps on peut un peu blaguer aussi, 10 heures tout seul dans son bacquet couché roulé, faut tenir!
    Question paysage pas terrible ou sympa. Alors photos.(plutôt pas mal d’ailleurs même qu’aujourd’hui elles sont logotisées…)
    Le jack pot c’est quand ya crevaison, chien errant-mordant ou chute d’Ophélie . Alors la ya tease.
    Sinon milieu aprèm arrêt des machines, spot de bivouac (description sommaire jack pot si chiottes délétères ou douche ignoble voire potentiellement dangereuse ) ou sélection d’une gh.
    Éventuellement repas du soir.
    Puis retour à on se lave lève tôt.
    Et ça fait 12 mois que ça dure, à
    peut près 36 fois que vous refilez ce scénar , 36 fois que pauvres followers​ complètement légumifiés on se prend avidement notre dose.
    Alors c’est quoi le secret de cette accroche?
    Moi j’ai une interprétation dite du slip.
    Et vous?
    « A la 3eme tentative, on trouve enfin un hôtel dans nos prix, échangeons le slip mouillé contre un sec, déjeunons dans la rue et allons marcher en ville. »
    Une rédaction succulente…
    D’abord la sélection ultra pointue des mots: « enfin un hotel :  »
    Fallait faire gaffe à ne pas parler de bouiboui ni même de resort, fallait trouver le terme juste, allant avec le sublime « dans nos prix » que nous, fidèles followers avons appris à connaître.
    Et surtout, le soin méticuleux de la grammaire au service exclusif de l’image :
    L’échange, à la première personne du pluriel, (top génial) de l’unique slip mouillé !!! même Luchini chargé à mort ne serait pas arrivé à trouver un truc pareil dans Céline!
    Ça ça donne le peps pour se renfiler une nouvelle fois le sempiternel scenar.
    Bisous d’avril Ophredlie

    • Bravo Tartinounet !
      Et tu mets le doigt sur un truc important mine de rien : on raconte toujours la même chose. On se lève… blablabla… on pédale… blablabla… oh un chien écrabouillé…blablabla…on a la dalle… blablabla.
      Donc, qu’est-ce qui pousse les gens à continuer à nous lire (à part des élections présidentielles pathétiques) ? Je me pose la question

      • Vicieux, tu veux que je t’en reserve un coup… comme je l’ai écrit, ce qui pousse les gens… c’est la rédaction succulente. Ca veut dire ton style imagé et épicé de jactance tu piges ? Allez dépèche toi de reposter.

  7. Fâtche de con : une fois publié, putaing de sort, ca en jette façon triple salto arrière tendu vrillé, finish en bombe …. sacré Fred !

  8. J’ai décidé de ne pas me désabonner de votre blog malgré le gros risque de dépression et de jalousie post retour qu’il représente. Mais l’acceptation est un pas vers le mieux être et la vie sédentaire harmonieuse, il faut regarder en face ce qui nous manque pour mieux l’accepter et vivre avec. Comme pour la cigarette. Bon mais si vous continuez à prendre l’autoroute et à vous promener avec 6 enfants, ça rendra les choses bien plus faciles ! Allez y ! Faites gaffe à ce que vous bouffez au nord du Japon, c’est pire que le Téflon sur les crêpes.

  9. Hé hé ! Extra !
    Comme il fait du bien cet article ! (pas loin d’être mon préféré !) Que du bon, du beau, du positif ! De la sensation vélorando bien pure ! Avec du vélo ! des plongeons ! des chouettes rencontres ! des mecs qu’essayent de faire payer un hamac ! de la pluie ! des klaxons ! une vidéo pas dégueue ! une super situation de dialogue à base de coquillages et de connards ! et surtout….
    Ce putain de fucking bonheur de vivre, tout juste teinté d’un chouya de mélancolie.
    Merci pour ce partage les amis !
    Ah ! Un petit manque peut-être… Si vous pouviez glisser un peu d’humour dans les posts, ce serait vraiment chouette !

  10. Un article qui sent bon le bonheur de voyager.
    Merci ! Pour ça et pour l’humour grinçant que je plussoie dans sa totalité.

    • Ouais, c’est surtout qu’en vrai on est des gens super tristes. Avec le blog, j’arrive à donner l’illusion en consultant énormément ma bible : Les Roucasseries – l’intégral

  11. Salut, Ca ft longtemps que je n’ai pas pris le temps de t’écrire mais malgré cela on vous suit toujours avec autant de plaisir et on est bien content d’avoir des news! bon je vois que nous avons plus d’excuse avec 2 enfants ca semble jouable donc pourquoi pas avec trois! ils ont qd même un sacré courage!
    Franchement vos articles sont vraiment au top, tu vois tu as tout de même un don le sport ce n’étai pas pour toi mais écrire tu as un avenir!! lol
    Nous tout va bien ca grandit super vite, les garçons me font marrer, ils me font des conneries que nous faisions qd nous étions jeune quand on se prenait en vidéo tu comprendras….
    @ bientôt pour des nouvelles et on fera tout pour être des vôtres à votre retour, on sera super content de vous revoir que ca soit en Normandie sous la pluie ou dans notre micro climat ou il fait toujours beau à Chantilly.

    • Super ton message. J’attends avec impatience la vidéo de tes fils réalisant l’alphabet en rotant ou de jolie pet-flammes (c’est Papa qui tiendra le briquet, faut pas jouer avec le feu)

  12. Et ben je suis content pour la vidéo, j’en manquais ! Avec un peu de musique, les yeux fermés, je suis avec vous ! Heureux de voir que ça n’en fini pas de rouler pour vous.
    Poutoux.
    Nota : Laisses mes chemises bariolées tranquilles, attaques toi autant que tu veux à mes bouclettes, mais lâches mes chemises bariolées quoi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s