Shanghai – 1 an – 15 000 km

J 356 à 364 / Mong Cai (Vietnam) – Shanghai (Chine) / 285 km

map

On est tout content de retourner en Chine pour quelques jours, en partie parce qu’on saturait de l’Asie du sud-est et en grande partie parce qu’on y bouffe trop bien ! Des fois je me demande si c’est nous ou nos estomacs qui établissent l’itinéraire. Non, ça peut pas être complètement nos bides sinon on aurait fait 6 mois dans le Massif Central (dont 2 chez ma Tata à Thiers), 2 mois dans le Jura, 2 mois en Savoie et le reste en Turquie. Et on ferait 120 kg à l’heure qu’il est, le guidon coincé entre les bourrelets.

La frontière est à 400m de l’hôtel et nous y sommes pour l’ouverture. Comme souvent, on tente de passer à l’arrache mais les douaniers insistent pour qu’on passe les sacoches au scanner pendant qu’ils surveillent nos chars d’assaut. Et comme souvent, personne n’est derrière l’écran du scanner, comme si les rayons suffisaient à faire disparaître drogues, armes, argent liquide et chatons empaillés comme ça, par magie.

Un coup de tampon de sortie, un pont entre les 2 pays, un autre passage au scan Gérard Majax et nous voilà à nouveau les Pieds en Chine. La 1er fois, c’était fin septembre à la pointe nord-ouest du pays et ce coup-ci, c’est par l’extrémité sud-est que nous entrons, 6000 km à vol d’oiseau.

Pourtant c’est pas très différent, les grues effectuent toujours leur ballet pour faire pousser de nouveaux immeubles, la consommation tourne à plein régime dans les nombreux magasins, le pays vibre de sa frénésie de croissance.IMG_2017

On échange nos derniers Dongs contre du pain et des galettes de riz, retirons un paquet de Yuans et filons sur la route.

Première impression : le calme. Je ne pensais pas dire ça un jour de la Chine mais c’est tellement zen en comparaison du Vietnam. Les véhiculent klaxonnent extrêmement peu et les scooters électriques glissent en silence autour de nous, le tout sur de larges voies dédiées aux 2 roues.

On navigue sur une rivière paisible, 2 splendides fleurs de lotus (nous) au milieu des anguilles (les scooters) et des crapauds à essence.

On les aimerait presque ces scooters zen mais on n’oublie pas que toutes ces batteries et cette électricité, sous un maquillage green et clean, ravage la planète aussi sûrement que le pétrole.

Les chinois brûlent du charbon pour faire de l’électricité, ils n’ont pas la chance de tirer leur énergie d’une source magique (comme les scanners), inépuisable, sûr, résistante aux tsunamis, et absolument écolo : le nucléaire. Lol.

P1120113

traitement des déchets en cours

Peut-être les autorités sentent-elles le vent tourner, ou peut-être plus probablement veulent-elles juste désengorger les centre-villes, mais on voit énormément de vélos en libre service dans cette partie de la Chine. Pneus pleins, transmissions à cardan, selles non réglables : entretien minimum, rendement très mauvais, on les double sans peine même avec nos chaînes qui font « poui-pouic-on-veut-de-l’huile ! ».

Si vous voulez tout savoir sur les vélib’ chinois, je vous invite à lire ce superbe article de nos collègues cyclos avec qui on a partagé un bout de route au nord du Laos.

IMG_2074

difficile de garer son vélo à Shanghai

On enchaîne les kilomètres sur une petite départementale chinoise, c’est-à-dire une 2×2 voies, puis la quittons pour une vraie route de campagne avec de longs passages en travaux pour faire aventure. On traverse des tout petits bleds assez glauques avec des bâtiments en brique de 2 ou 3 étages, impossible de dire si ils sont abandonnés, en construction ou sur le point d’être rasés. Le style grecque.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En fin de journée, on se met à chercher un coin pour camper. On fait le plein d’eau et visons une rivière sur la carte. On s’imagine toujours des spots de fou en bord de rivière, avec de l’herbe bien rase, une eau limpide, un coucher de soleil et des petits chiots. Mais ça se passe pas du coup comme ça, il se met à tomber un crachin ignoble, la rivière est repoussante et ça commence à cailler. On est devenu des chochottes, on grelote dès qu’il fait moins de 20°C. Alors on continue un peu et répétons cette vieille phrase qui n’a plus servi depuis longtemps : « dès qu’on trouve un coin potable, on s’arrête ». Par chance, on tombe sur un hôtel dans la prochaine ville western et passons la nuit au sec. Pas au calme en revanche, un camionneur a eu la bonne idée de s’arrêter juste sous nos fenêtres et de changer des pneus à 2 heures du matin , avec cette visseuse/dévisseuse énorme qui fait un bruit de dingue.

Le lendemain, on est chaud pour boucler plus de 100 km et arriver à Nanning. Mais la météo, le dénivelé et la loi de Murphy en décident autrement et on morfle comme il faut pendant 3 heures, sous la pluie, en montée la plupart du temps et sur une route défoncée.IMG_2025 Mon câble de dérailleur casse, on s’arrête à un station service et je répare pendant qu’Ophélie essaye d’oublier que son slip est trempé. Les 2 nanas de la station nous observent en buvant un thé bien chaud et on se dit qu’on aimerait bien être en Turquie. La pluie redouble, on attend que ça passe un peu et repartons nous assurer que nos vestes sont bien perméables.

On stoppe à la ville suivante et la pluie s’arrête pendant qu’on mange au resto (trop bon => Chine). Le ciel s’éclaircit légèrement, le vent se lève et on commence à se dire qu’on a le temps de rejoindre Nanning. Mais mon pneu avant se déchire au bout de 20m, chambre à air crevée. Saleté de Marathon Plus, ça confirme bien que c’est de la daube. Flanc déchiré au bout de seulement 2500 km dans de bonnes conditions, inacceptable. Heureusement qu’on peut compter sur le SAV de Schwalbe pour… ne jamais répondre aux mails.

IMG_2035

le Marathon Plus, tellement bien qu’on peut lui mettre un doigt

pneu

Punaise ! ‘sont optimistes les teutons

A défaut de marchand de vélo, on va dans un magasin de scooter. Je montre le pneu, ils n’ont pas de ça chez eux mais le gars nous dit d’attendre et part en scooter. Il revient 15 minutes plus tard avec le pneu qu’il faut et une chambre à air qui va bien. Trop sympa, il se propose même de la changer mais j’ai ma fierté tout de même.

Il est 15h, c’est trop juste pour arriver avant la nuit et on risque de s’ouvrir les veines s’il se remet à pleuvoir en route. Et de la veine, justement, on n’en a pas tellement aujourd’hui alors on envisage un instant de monter dans un bus puis on dégote le seul hôtel de la ville et passons une bonne soirée avec un tour au marché, des petits pains vapeurs, un plat de nouilles monstrueux et une bonne douche chaude.

La dernière étape est agréable, la route est sèche, sans travaux et on arrive comme des fleurs dans Nanning, petite bourgade de 8 millions d’habitant. On roule une douzaine de kilomètre en ville et nous posons pour 2 nuits dans un hôtel à 2 pas de la gare.IMG_2028

Le soir, un gars arpente les couloirs du bâtiment et glisse des cartes de visites de call-girl. Jamais on a vu des filles pareilles dans la vraie vie, je sais pas où ils les cachent. Je dois bien reconnaître que j’ai un petit faible pour l’infirmière cochonne avec les gros nichons et l’écolière espiègle avec la jupe plissée, les petites chaussettes blanches et les gros nichons.IMG_2210

On se fait une opération matos pour se ré-équiper un peu, on choisit de faire confiance à une petite marque locale : Decathlon. Pas facile à trouver, faut pas mal marcher et quand on arrive au magasin, c’est comme si on avait fait une rando. On est bien dans l’esprit Quechua, ils auraient dû nous faire une réduc rien que pour ça. Pantalons, sandales et thermos, c’est bon, on est prêt à affronter des températures un peu plus fraîches. Donc que font les sandales dans cette liste me direz-vous ? Je ne sais pas mais elles sont trop confortables.

Avant ça, on se fait aussi l’opération confier nos vélos et nos sacoches au service de fret de la gare. La communication est difficile et la nana du guichet s’en sort admirablement en demandant à un collégien timide qu’avait rien demandé à personne de tout traduire. On stresse un peu en voyant partir les vélos sans aucune étiquette ni rien mais ça avait bien marché la dernière fois. Coût de l’opération : 26 € pour les 2 vélos et 35 kg de bagage. Rhaaaaa, pourquoi y’a pas ça en France ??!! Surtout avec l’interdiction d’embarquer un vélo-couché dans le train.

Le soir, on dégote un marché de nuit de malade, y’a des stands de bouffe sur 1 kilomètre. Ça serait trop long à décrire et ça risque de me donner les crocs, alors matez un peu cette vidéo. C’est vers la fin, au début c’est juste nous, du vélo et des passages piétons, c’est assez ennuyant mais ça met dans l’ambiance.

Le lendemain, c’est donc le départ en train pour un « petit » trajet de 26 h jusqu’au village de Shanghai. J’aimerais écrire qu’on est allé en 3eme classe car on est des oufs d’aventuriers mais y’avait plus de place en seconde. Donc on se retrouve avec les prolos dans des compartiments de 6 et c’est pas mal du tout en fait.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ophélie a la couchette du bas, très pratique pour s’asseoir et manger des nouilles. Moi, j’ai la couchette Cliffhanger, celle ou t’es obligé de resté couché mais ou t’es peinard pour mater des p’tits films sur le netbook (dont Dernier train pour Busan, une daube mais c’était le moment ou jamais de le voir). Nos compagnons sont très calmes; en face d’Ophélie y’a Papy Prout. Très gentil, souriant et attendrissant avec sa braguette ouverte en permanence, il nous a embaumé le compartiment avec de jolis bruits marrons.

Le trajet passe vite et nous voilà déjà à Shanghai. On retrouve enfin un climat tempéré avec un temps beaucoup plus frais et sec, un régal. On file au guichet de fret en croisant les doigts car les vélos ne sont censés arriver que le lendemain. Mais on les retrouve de suite, intacts, avec toutes les sacoches.IMG_2056

GPS en place, on s’engage dans l’une des plus grandes mégalopoles du monde, 2eme ville la plus peuplée de Chine avec 25 millions d’habitants, derrière Chongqing (33 millions) et devant Pékin (21 millions). Les buildings sont gigantesques, très nombreux mais les rues sont larges et aérées et, une fois de plus, c’est facile et plaisant d’y pédaler. Heureusement, la gare est très bien placée et nous n’avons qu’une vingtaine de km pour arriver en centre-ville, non loin du port pour le ferry.

P1120138

nos premiers cerisiers en fleur, on risque d’en voir quelques-uns dan e pays suivant

On passe sans le vouloir dans le Bund, le quartier ultra-touristique de la ville. Un flic nous arrête et nous oblige à pousser nos vélos sur le trottoir, il est armé d’un sifflet strident, on obtempère immédiatement en faisant tout de même un salut militaire.

IMG_2057

le quartier d’affaire. Rhooo qu’c’est beau le capitalisme

On prend ensuite une rue parallèle, faisons quelques kilomètres et partons en quête d’un hôtel, la pêche au couchsurfers et au warmshowers ayant été vaine. La galère commence et on enchaîne les refus, soit c’est interdit aux étrangers, soit c’est plein à cause d’un jour férié pendant lequel des touristes chinois viennent gonfler un peu plus le nombre d’habitants.IMG_2131

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Au pied d’un hôtel, un jeune étudiant anglophone nous aide beaucoup et nous apprend que tout est blindé et qu’on aura de la chance si on trouve un dortoir à 15 € pour 2 lits. Il s’appelle Logan, c’est pas son vrai nom mais les chinois sont souvent obligés de s’en inventer un quand ils sont en contact avec des occidentaux.

Là, je ne sais pas ce qui me prend mais je lui fais une petite démonstration de culture française, pays des Lumières, de Molière, de Diderot et de Brice Hortefeux :

Logan, ah ouais ! comme Wolverine dans X-Men !

Bref, Ophélie sort l’arme secrète et trouve un hôtel pas loin sur Agoda. Sur place, il reste des chambres, c’est le même prix qu’un dortoir et c’est assez grand pour y loger les vélos et faire sécher du linge, Ophélie est aux anges. C’est au milieu d’un quartier populaire comme on aime et comme on en voit de moins en moins dans cette ville ultra-moderne et riche.IMG_2080

On passe 2 jours très agréables à Shanghai, le métro permet de nous déplacer très facilement pour quelques centimes. Ici, on paye au trajet, pas comme à Paris où il faut laisser un bout de rein même pour 2 stations (dégueulasses, puantes et pleines de publicité qui devraient largement suffire à le rendre gratuit).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On retrouve aussi Ludo, un ami de nos sérieuses (Ophélie) et déjantées (Bibi et Los Vatos Locos) années d’études. Il suit bien le blog et nous emmène donc logiquement goûter des nouveaux trucs dans un superbe resto : tofu soyeux, anguilles, divers raviolis, canard… tout est délicieux. Et le lendemain, c’est chez lui qu’on va faire d’autres raviolis maison et en manger à se péter le ventre en compagnie de sa famille qui vient tout juste de s’agrandir. Merci Ludo, t’es roux mais on t’aime beaucoup.

Hop, nous voilà déjà le 4 avril. Nous démarrions ce voyage il y a un an jour pour jour, hésitants, blafards et fébriles. Nous ne savions pas jusqu’où la route nous mènerait et le hasard fait qu’on peut célébrer cet anniversaire sur un beau bateau pour le Japon, chouettos non ?

img_2505

On vous racontera ça au prochain épisode, y’aura du rosé, du fromage, des cacahuètes et 2 anarchistes. Et le Japon évidemment.

IMG_2163

de quoi survivre quelques heures au Japon

Publicités

28 commentaires sur “Shanghai – 1 an – 15 000 km

  1. Heu…reux !, de vos récits bien sur mais un grand merci encore pour les vidéos (cadrages, images et sons ) , la suite bordel, pédalez plus vite, plus loin , longtemps ….

  2. Joli 🙂 Euh au Japon, achetez vous un compteur Geiger 😦
    Et evitez la cote du côté de Fukushima si vous voulez remonter en Hokkaido

  3. Z’avez remarqué ? Les Pieds, les Transats et les Cyclomigrateurs publient un article en même temps ! Quelle synchronisation à travers les pays et les fuseaux horaires, on est vraiment au top. Par contre, pour les lecteurs des trois blogs, ça fait un sacré paquet à lire…

  4. Mince alors pas de bol avec les Marathon Plus, je viens d’en recevoir 2 , j’espère que la qualité n’est pas en baisse.
    Sinon toujours TRES TRES prenant les récits , photos et vidéos, j’adore les vidéos (vous avez compris pour le prochain reportage).
    Bises Picardes à vous deux.

    • Les tests schwalbe sont formels : si tu poses une punaise devant ton pneu, à environ 10 cm, et que tu ne roules pas du tout, c’est increvable, IN-CRE-VABLE !
      Vivement la version indéchirable.

  5. Toujours aussi bons vos articles mais une question: Fred , c quoi cette coupe de cheveux à la Forest gump ? Un pari ? Ludo qui s est vengé ? Ophelie ? Un militant de la fondation Brigitte bardot ? Le revendeur des pneus marathon à Shanghai ?

    • Bien vu, c’est vrai que j’ai une coupe Ribéry en ce moment. J’ai dit au gars en Chine de couper bien court en prévision du Japon ou le coiffeur coute sûrement bien cher. La question est : est-ce qu’avoir une tête de trépané pendant 2 semaines vaut l’économie de 10 € ?
      Je te laisse réfléchir à ça mon cher Pierre Bonni mais je crois deviner ta réponse : « mais bien sûr Fred, avec 10 €, j’me paye une bonne bouteille de poppers, un tube de lubréfiant et une bonne soirée avec mes potes du rugby ! »
      Bisous

    • Pas déçus vu qu’on s’efforce de n’avoir aucune attente. Les gens ont toujours étaient sympa et attentionnés, parfois accueillant. Mais c’est vrai que c’est pas comme dans les pays musulmans, c’est moins chaleureux et la langue est trop difficile à maitriser.
      Prenons l’exemple de l’Allemagne que tu aimes tant, penses-tu que si tu ne savais dire que quelques mots et que tu ne trouvais aucun warmshower ni couchsurfeur, penses-tu que tu aurais eu autant de contact et d’accueil que tu en as eu durant tes nombreux passages ?

      • J’ai été déçu par mon passage en Grèce à cause du manque de « socialisation » avec les locaux, malgré les beaux paysages. Les paysages ça va bien un moment mais si tu ne fais que passer dans le pays sans pouvoir échanger, bof.
        Il n’y a que 2 pays où j’ai eu du mal pour communiquer: Roumanie et Hongrie mais cela n’a pas empêché les invitations et les belles soirées passées chez les gens, hors WS et CS.
        Et j’imagine bien qu’en Asie du SE, ce n’est pas trop dans la nature des gens d’inviter les voyageurs. Ce qu’il faut bien entendu respecter.
        Pour l’Allemagne, je botte en touche parce qu’avec de ‘si’, on peut refaire le monde.
        Dans tous les cas, je suis impatient de découvrir le Japon à travers vos coups de pédale.

  6. punaise ! où est le commentaire géant à base de liste à puces que j’ai laissé ce matin ? Je suis filtré ?

  7. Salut les jeunes
    Question : Si tu as réussit à détériorer un Marathon en 2500 km, combien de km seront nécessaire pour que le nouveau pneu chinois rende l’âme ? Tu aurais pu en prendre un stock d’avance. Ne pas oublier que plus une roue à un petit diamètre plus le pneu s’use vite.
    Nous avons eu la chance de croiser sur la côte est sous Bangkok vos amis Alice et Benoit en vélo couché qui remontaient vers la capitale pour un retour vers l’Allemagne et devinez de qui nous avons parlé ?
    Bonne route au Japon, ce n’est pas une destination banale, on vous suivra avec intérêt.

    • Salut Marcel !
      Le pneu chinois s’use très vite mais il fera certainement le job pour le japon et même au-delà.
      Bizarrement, nous n’avons jamais constaté d’usure plus rapide sur la roue avant de 20′, ni sur les pneus, ni sur les jantes. En amérique, c’est même la jante arrière qui avait rendu l’âme en premier au bout de 23000 km. Les pneus avant avait fait 15000 km sans usure majeur, on aurait pu les emmener à 20 000 sans problème, c’était des marathon classiques.
      Incroyable que vous ayez croisé Alice et Benoit, après les Cyclomigrateurs il y a qques années.
      On attend de vos nouvelles, vos dernier post est trop enigmatique

  8. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir pour vous lire. Le visionnage de la vidéo m’a permis de me plonger pendant 5mn dans un autre lieu authentique. Merci beaucoup pour ce plaisir des yeux. La vidéo permet de voir que vous êtes en très grande forme. Merci

  9. Pendant ce temps là, on remonte le fil de vos amis cyclovoyageurs. A ce rythme on va trouver Tartinator en teutonie et les terr’ailleurs à notre pot d’arrivée… on attendait votre ascencion de la muraille de Chine au milieux des touristes locaux mais ce sera pour une autre panarderie sans doute ! Bon vent

    • Ha ha! gros fantasme … mais ce choix parmi 445 fofredilovers montre que Madame est connaisseuse et a fort bon gout. Bisous.
      Et comme dirait Pierrot le Derr’ailleurs, si ca loupe en Teutonie, faudra le rejouer en Gauloiserie….

  10. 3 publications avec des AZUB en même temps ! me faite pas croire que c’est un hasard , tout ça c’est piloté par un lobbie basé en Rep Tchèque !
    D’ailleurs je me demande maintenant si vous êtes vraiment tous partis et que tout ca n’est pas un gros montage publicitaire 😉

  11. J’espère qu’avant de partir de Shangaï, vous avez claqué une bise à tous le monde histoire de ne pas laisser à penser que l’occidental est malpoli hein ! Quand je vois le monde, je me dis que finalement c’est campagnard la gare du nord…
    Bonne route, poutoux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s