La Norvège d’Hinävve

 

J 485 à 499 / de Bodo à Trondheim / 782 km et 8350 m de D+ 

  • du 02 au 16 août 2017
  • 11 étapes et 4 jours de repos
  • Des retrouvailles
  • De la graisse d’oie
  • Et de la pluie, finalement

 IMG_5388

 

  • Fred, criant à la vue d’un nouveau flord : « Hynävve ! Hynävve ! Hynävve !»
  • Ophélie : «Hein, quoi ?»
  • Hynävve ! Hynävve ! Hynävve !
  • Tu fais quoi bordel ?
  • Hynävve ! Hynävve ! Hynävve !
  • Mais putain, tu racontes quoi là ? (petite tape derrière la tête)
  • Aïe ! Bah, je scande Hynävve ! Je kiffe ce pays !! Je adoree pédaler ici !

– silence –

  • Ophélie : c’est qui Hynävve ? C’est le dieu du voyage à vélo ? Je croyais que c’était Schwalbe
  • Mais nan, c’est un jeu de mot : je scandinave / je scande Hynävve, c’est …
  • C’est nul
  • Mais non, c’est génial ! Une fois j’ai suivi le blog de camping-caristes déjantés qui ont voyagé en Norvège et …
  • Je croyais que tu détestais les camping-caristes
  • Je fais quelques très rares exceptions, arrête de me couper la parole stp
  • Je fais ce que j’veux, ce dialogue n’a jamais existé, il sort juste de ta tête cabossée
  • Même, faut pas couper la parole. Bref, y’a le gars qu’avait fait un super jeu de mot, euh, c’était quoi déjà ? Ah ouais, c’était avec une histoire sur un poète chinois qui disait un truc sur un truc, il s’appelle Näve et…
  • On s’en fout, et Näve ça fait pas vraiment chinois
  • Si si, c’est chinois des hauts plateaux apparemment… et, heu attends ça va me revenir, tu vas voir c’est super. En fait, le gars il a un proverbe qui…
  • J’m’en tape de c’qu’en dit Näve !
  • Ouais c’est ça ! A la fin c’est ça !
  • Et tu trouves ça drôle ?
  • Ouais c’est pas mal, humour de camping-cariste quoi
  • Ils devraient se mettre au vélo
  • T’inquiète, c’est prévu, c’est des fous, ils ont le fuego dans les jambes

IMG_5276

Nous aussi on a le fuego dans les jambes et les étapes se sont bien enchaînées sur la route côtière de ce pays magnifique.

  • 02 août  Bodo – route 17 = 62 km / +900m

  • 03 août  … – Enga = 70 km / + 860m

On repart de Bodo sous un ciel couvert mais tant qu’il ne pleut pas, on est content. Et puis même avec les nuages, c’est kikinou la Norvège. Les paysages sont toujours au top et n’ont pas grand-chose à envier aux Lofotens. En revanche, ça devient un peu plus physique et on finit la journée à près de 1000 m de D+ sur 62 km de montagnes russes. IMG_5242C’est toujours plus fatiguant de grimper plein de petites côtes plutôt qu’une bien longue. Le soir, on se pose sur un spot pas terrible, juste à côté d’une route, sans vue directe sur la mer mais avec des toilettes, une table et et et … UN SPOT DE PÊCHE ! Et oui les amis, être à proximité d’un coin de pêche fait désormais partie de nos critères de sélection de bivouac. Mais c’est pas trop compliqué en Norvège, faut viser pas loin des ponts ou en sortie de fjord. Le fond de fjord peut faire l’affaire si une rivière s’y jette, les saumons adorent. J’en chopperai sûrement jamais mais on les voit bondir parfois, des sacrés bestiaux.

Tente montée, Ophélie au tricot, je file sous le pont et revient 1 heure plus tard avec la canne pleine d’écailles et les doigts plein de sang, pas le mien mais celui de 2 beaux maquereaux et de 2 lieux noirs. C’était beaucoup trop, on n’a pas réussi à tout manger.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il pleut pendant la nuit mais ça cesse au réveil, parfait. Alors qu’on finit le p’tit dej’ un norvégien se pointe et nous offre des multas, des baies poussant dans le cercle arctique. Ça coûte une fortune dans le commerce mais celle-ci viennent de chez lui, sur une île. C’est un beau cadeau.IMG_5269

Le ciel se dégage dans la matinée et rend l’étape encore plus grandiose.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après un nouveau ferry, il est temps de monter la tente. Pour cela, un sympathique couple de norvégiens a indiqué un coin à Ophélie. Un chemin menant au bout d’une petite péninsule, une table, vue panoramique, grandiose, l’un des plus beaux bivouacs de l’histoire Panardienne.IMG_5318

  • Bon, j’vais chasser, tu veux quoi ? Saumon, maquereau, truite ?
  • Déjà, on dit «pêcher», pas «chasser»
  • Oui mais ça fait plus baroudeur de l’extrême, c’est comme porter une chemise à carreau plutôt qu’un t-shirt avec col en V
  • J’vois pas le rapport
  • Bref, tu veux quoi comme poisson ?
  • J’veux des galettes-saucisses !!!

Au premier lancer, une touche puissante. Ok, ça sent le méchant banc de maquereaux. Au 2eme lancer, le dîner : un maquereau largement assez gros pour 2 personnes. Je me baigne rapidement puis on découpe des filets comme on peut et on fait cuire dans du beurre pour honorer le poisson.IMG_5297 Nos norvégiens passent nous voir et on admire le coucher de soleil, qui même en ce début août, ne se couche toujours pas vraiment. Derrière brille le glacier de Snotinden à 1594m.IMG_5289

Ophélie s’essaye à la chasse pêche, ça mord encore une fois au 2eme lancer mais la bestiole nous embarque la cuillère. Maquereaux 1 – 1 Panardos.

IMG_5340

Le matin, notre couple passe à nouveau et on boit le café ensemble en regardant passer le Coast-Liner, le bateau de croisière cabotant de Bergen à Tromso. Ils ne sont pas venus les mains vides et on a le droit à des toasts de saumon fumé et de fromage sur du pain fait maison. Hynävve ! Hynävve ! Hynävve !

Ils nous annoncent que le temps va être au beau fixe pour les 5 prochains jours. On ressort les shorts et les t-shirts du fond des sacoches, on ne pensait pas les remettre. Hynävve ! Hynävve ! Hynävve !

IMG_5347

Pygargue à queue blanche, plus de 2m d’envergure. C’est un aigle pêcheur, on les voit parfois raser l’eau en quête d’une proie. Impressionnant

  • 04 aout … – après Oresvik = 86 km / +1090m

  • 05 aout … – Levang = 74 km / + 840m

  • 06 aout … – Offersoy = 62 km / +490m

  • 07 aout … – Skomo = 42 km / +320m

  • 08 aout  Skomo = retrouvailles et bricolage

 IMG_5361

4 étapes superbes avec toujours des fjords, des fjells (montagnes) spectaculaires, des ferries, du bivouac et du camping de temps en temps.IMG_5397 La pêche a été mauvaise mais des campeurs nous ont offert de la morue un soir, c’est meilleur que le maquereau mais ça n’a pas ce p’tit gout du c’est-moi-qui-l’ai-chassé-et-vidé-comme-un-sauvage.IMG_5383

J’arrive pas à choisir les photos, c’est trop beau, alors j’en mets plein.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A Skomo, après un petite étape, on monte la tente dans un camping désert. On attend de la visite pour demain, faut qu’on se prépare. Devinez qui vient nous voir ?

IMG_5551

L’eau froide, très bonne pour les varices

Mais oui ! Les Lapin Duracell, encore elles ! Je ne vais pas refaire les présentations, vous pouvez lire ou relire l’article PanarLapinade en Thaïlande. En gros, y’a ma génitrice et sa copine Marie-Andrée, qu’on appelle MAM. Quand l’une dit guestouze, l’autre la reprend en disant «mais non patate, on dit guouèste-house hi hi hi», et nous on est morts de rire.

Elles sont venues avec mon géniteur et Jean-Louis, le mari de MAM. Faut que je leur trouve des petits surnoms à eux-aussi, voyons voir… Laurel et Hardy ça serait pas mal, Itchy et Scratchy, c’est mignon, Quick et Fluck serait d’époque.

 

Mais je crois que je leur ferais plaisir avec Tango et Cash, alors on va garder ça.

fullwidth.93bae7cc

Donc les Lapins, Tango et Cash sont montés en voiture depuis la France et l’Auvergne, ont visité des trucs en chemin, ont flâné en Suède et les voilà finalement à Skomo pour retrouver leurs héros (nous).

On est très contents de les revoir, et pas seulement pour les tonnes de bouffe et le matos qu’ils nous amènent. Alors on se fait des bisous, on mange bien, on trinque et je m’attelle dès le lendemain à l’entretien des vélos, faut pas déconner :

  • Changement des amortisseurs à l’arrière, morts depuis au moins 10 000 km. Un grand merci à Azub pour le cadeau, sans même qu’on ait eu à le mendier demander. Le jour et la nuit, on a l’impression de rouler sur des vélos neufs
  • Changement de mon pneu avant, un délice de ne plus sentir cette hernie à chaque tour de roue
  • Changement complet du jeu de direction d’Ophélie, mort depuis aussi longtemps que les amortos. Au Japon, on avait même dû remettre des billes de roulement à la main lors d’un graissage pour cacher la misère. Impossible de trouver un roulement de rechange, où que ce soit. Du coup j’ai tout changé et je me félicite d’avoir tout monté à la graisse avant de partir, démontage facile avec les outils de terrain
  • Et enfin une nouvelle béquille pour Ophélie, bonheur., elle n’en avait plus depuis le Vietnam. Je me demande quelle tête elle aurait fait si, y’a 15 ou 20 ans, on lui aurait dit : «tu sais Ophélie, un jour on t’offrira une béquille de vélo et tu seras folle de joie. Ensuite tu pédaleras des jours et des jours sous la pluie».

Pour la pluie justement, mes parents ont ramené mes vieilles grosses godasses en Gore-Tex et un nouveau pantalon de pluie, l’ancienne veste imperméable d’Ophélie et des sur-moufles étanches. Les vêtements qu’on avait cousus nous-même étaient chouettes mais les bandes d’étanchéité se sont fait la malle.

Et, attention les amis, PartirLesPiedsDevant devient une marque désormais. Mon père a fait faire de magnifiques écussons brodés avec notre logo et toute la troupe arbore le sien sur leurs polos ou pulls, un vrai fan club, trop choupinou. Ils les ont thermocollés à la va-vite et ça se barre déjà. On en a une quarantaine, c’est une édition très limitée que nous proposons généreusement à nos followers. Le prix n’est que de 5 € auquel il faut ajouter 150 € de frais de port et 50 € de frais de dossier. 1 € sera reversé à la fondation de Bill Gates, cet homme est si généreux, on veut l’aider. Le reste servira à rerepartir les pieds devant, évidemment. Je mettrais une photo de l’écusson la prochaine fois, là j’ai la flemme, il est hyper classe.

Prochainement, nous aurons une gamme complète de produits artisanaux absolument uniques :

  • des stérilets en rayon de vélo (possibilité de faire du sur-mesure, me consulter sur ma boite mail perso). Top qualité, du Sapim strong inox 2mm, aseptisé au réchaud à essence. On ne plaisante pas avec l’hygiène intime.
  • Des préservatifs en chambre à air Schwalbe. Résistants, lavables et surtout réparables grâce aux rustines fournies dans le kit. Possibilité de renfort avec des bandes de Marathon Plus, résistant au verre pilé
  • Des extensions de poils pubiens en poil de yak. Soyez des précurseurs
  • Des buffs en t-shirt merino recyclé. 2 exemplaires seront réalisés avec les aisselles de mon t-shirt bleu, dépêchez-vous de pré-commander
  • Des menottes en chaîne de vélo, pour vos soirées coquines. Non lavées, pleines de cambouis pour les plus sales d’entre vous.
  • Une collection de pin’s des années 80. Rien à voir avec le voyage mais c’est le moment ou jamais de les refourguer
  • Des photos, au choix : nous avec les vélos, nous avec la tente, nous avec la tente et les vélos, nous avec de la bouffe ou juste de la bouffe. Imprimées sur du papier recyclé (PQ, essuie-tout, vieux journaux, tickets de caisse…). 20 € par tirage 15 x 10 (en mm), envoi gratuit sur l’aire cantilienne, 8 € pour la France, 14 € pour les Ardennes et l’Auvergne.
  • Des porte-clefs en patte de lapin. De vrais pattes de lapin.
  • Des fanions «Mehmet Buchannek» en caleçons troués. Authentiques, non lavés
  • Des post-it dédicacés, vous n’avez qu’à ajouter votre prénom
  • Des bouteilles de giclette pure. Au premier abord, vous aurez l’impression de vous être faits méchamment entuber en achetant une vieille bouteille de coca vide, mais ouvrez-là en collant votre nez au goulot, inspirez un grand coup, montez sur votre vélo et pédalez, vous verrez. Effet non garanti, sauf en descente vent dans le dos.
  • Des colliers en vieux câble de dérailleur. Personnalisable avec, au choix : une tranche de salami / un patin de frein V-Brake usagé / une boucle Ortlieb cassée / une rondelle d’oignon / un œil de chat (je ne peux pas préciser la race, dépend de ce qu’on croise sur la route)
  • Un bonnet en laine, tricoté main (17 mois de travail). Il sera mis aux enchères.
  • 2 Azub 5, bon état, très peu roulé. Vendus au poids, le prix au kilo est dérisoire mais faudra compter tout de même 4300 € par vélo (sans transmission, ni roues, ni câbles de freins). Un flacon d’huile vide sera offert pour l’achat des 2 vélos.

On ouvrira une boutique en ligne ou un compte de financement participatif «aidez-nous à être en vacances pour toujours».

 

09 aout … – après Lysfjord = 60 km / +480m

On repart dès le lendemain, on avait prévenu la troupe : «Vous pouvez nous rejoindre, c’est super, mais faut qu’on avance, on a un voyage à boucler nous. On ne peut pas refaire comme en Thaïlande, surtout en Norvège».

Ma mère fait l’étape avec nous et MAM les derniers 20 km, Tango et Cash sont en voiture. Ma mère avance fort sur un vélo, ce n’est pas la 1ere fois qu’elle nous accompagne. La dernière, c’était dans le Vercors, elle avait des sacoches et a cru mourir pour monter sur le plateau, en fin d’étape. Je sais pas comment elle fait, elle pédale en canard avec la selle trop basse et change rarement de vitesse. Elle a des genoux bioniques je pense. Elle ne se rend compte qu’elle a les pneus à plat seulement quand on lui dit.

IMG_5434

Elle porte un bas de survêtement avec une polaire rose et mon ancienne veste de pluie. Je lui dis qu’elle ressemble à une chômeuse roumaine, c’est important la franchise.

En route, on voit des saumons et je sors la canne. Cash est comme un dingue, «on va manger du poisson, on va manger du poisson !!». Du calme, c’est pas gagné.

Les saumons restent indifférents à ma cuillère, pourtant je la fais trémousser juste à côté d’eux, une vrai coquine et je les vois, ils s’en foutent ! Je perds patience (3 minutes), je lance n’importe comment et la cuillère se retrouve coincé dans un rocher. Une cuillère toute neuve à 7 €, donc je vais dans l’eau, vraiment pas froide, je décroche et quitte à m’être mouillé, autant pêcher un peu d’ici. Et hop, le plus gros maquereau de ma carrière ! C’est moins bon que le saumon mais au moins ça mord.

On repart, bouclons l’étape et on se le fait griller le soir au camping, cuisson à l’étouffé au BBQ, le must. Cash était un peu dégoutté quand j’ai tué le poisson à coup de pierre sur le crâne mais il n’a pas été le dernier à se resservir.IMG_5453

IMG_5456

Lapin 2 en admiration devant la technique de vaisselle sauvage d’Ophélie

Cette journée est également marquée par une rencontre incroyable : Kevin, un cyclo avec qui on avait passé quelques jours à Samarcande puis à Duchambé, il y a un an, presque jour pour jour. On le croise ici, en Norvège, en pleine campagne devant une supérette.

IMG_5447

retrouvailles 15000 km plus tard

Mon père lui offre un écusson, Kevin a du mal à réaliser qu’il vient de recevoir un cadeau à 205 €.

IMG_5466

 

  • 10 aout … – Flat = 67 km / +770m

  • 11 aout … – Namsos = 58 km / +300m

  • 12 aout … – après Malm = 75 km / +770m

 IMG_5484

Etapes pluvieuses, ma mère voulait pédaler avec nous à chaque fois mais on a dû l’en dissuader. J’imaginais la scène d’avance : ma mère trempée au bout de 2 heures de pédalage sous la pluie, la morve au nez, roulée en boule au fond d’un abri-bus

  • Je crois que j’aurais dû rester dans la voiture, pourquoi tu me laisses pas appeler ton père pour qu’il passe me prendre mon petit Fredounet adoré ? J’ai si froid…
  • T’as voulu venir, assume, faut aller au bout, c’est ça aussi le voyage à vélo
  • Mais on voit jamais de pluie sur le blog !!
  • T’as qu’à m’offrir un appareil photo étanche, crevarde
  • Je peux avoir du café au moins mon ange ?
  • Trop tard, on a vidé le thermos. Bordel, je crève de chaud, départ dans 30 secondes ! Tiens, attrape une tranche de salami
  • Merci mon prince. Tu me prêtes tes moufles, je ne sens plus mes doigts ?
  • Ça va pas, t’as vu comment ça caille ?

IMG_5478

Heureusement, il ne pleut pas en continue et on reste sec sous nos scaphandres, savourant nos supers moufles et nos pieds au chaud. Le soir, on retrouve mes parents dans leur cabanon dans des campings, on mange au chaud mais on dort tout de même sous la tente, on a nos petites habitudes. On crève de chaud dans les cabanes (c’est une façon poli de dire que mon père ronfle comme un goret).

IMG_5490

Le 12, c’est mon anniversaire et j’ai à cœur de le passer sur le vélo. On se bouffe de la pluie froide pendant 2 heures avant de s’arrêter dans un abris-bus pour un repas d’anniversaire très discount. Mais on a du bon pain frais et du beurre, ça fait toujours plaisir. Ah non, c’est pas du beurre en fait mais de la levure, c’est dégueulasse. C’était emballé dans du papier blanc et bleu à carreau, c’était trompeur.


Ophélie – 11h17 : « Moi je pleurerais si c’était mon anniversaire»


Moi je voudrais pas être ailleurs pour mes 2 x 18 ans mais j’aurais pas craché sur un hamburger géant.

IMG_5477

un élan

IMG_5475

« Fred…beste…man », faut que je traduise ? Quel accueil en Norvège, ‘sont forts les mecs

Lapin 2 et Cash passent sur la route et s’arrêtent pour venir nous voir. Je crois qu’ils n’ont pas vu le meilleur côté du voyage à vélo à ce moment-là mais y’avait tout de même 2 Panardos avec la banane et de la giclette plein les jambes.IMG_5504

On reprend la route sous la pluie mais elle cesse rapidement et on arrive sec pour se poser en bivouac. La troupe a dû rejoindre un camping plus loin, il n’y avait rien au milieu, on les retrouvera demain, dans 86 km.IMG_5501

Appel téléphonique de mon père, campings pleins, ils ont dû aller un peu plus loin. Vérification sur la carte, ils sont à 110 km. Vérification sur MapsMe, ils sont à 120 km.

 

13 aout … – Sortland (après Trondheim) = 122 km / +1540m

 

2 versions pour cette étape d’anthologie.

Ophélie, la mine réjoui = HORRIBLE !!!

Fred, les jambes en vrac = EPIQUE !!!

IMG_5532

Voilà une vrai journée d’anniversaire ! Hier c’était l’échauffement.

Réveil à 6h, petit dej’ sous la tente car il pleut, porridge dégueu mais il faut ce qu’il faut, remplissage du thermos, sur les vélos à 7h30 avec une éclaircie et à peine 9°C. Heureusement il fera plus chaud le reste de la journée : 11°CIMG_5512

Fort vent de face continu et nombreuses averses, de 2 minutes à une demi-heure. La pluie tombe parfois à l’horizontal, un délice.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La route monte et descend en permanence, on a mal aux jambes, on ne sait même pas si on arrivera à faire les 86 km d’origine. C’est usant cette météo.

IMG_5518

Pluie dans une minute

On profite d’une belle éclaircie pour une pause goûter et d’un abris-bus pour le déjeuner. Un café chaud et très sucré nous remet d’aplomb et on arrive au ferry au bout de 90 km. En tant que cycliste, on monte en priorité dans les ferries norvégiens et on ne paye rien dans celui-ci. Les voitures payent à l’entrée, les motards à bord et nous rien du tout, on passe incognito. On serait bien restés faire une sieste dans le canapé mais la traversée vers Trondheim est courte, juste le temps de se réchauffer en regardant passer les passagers avec des hot-dog à 6 €. Le hot-dog semble être le summum de la triste gastronomie norvégienne. Les pauvres, les rares fruits et légumes sont importés d’Espagne pour la plupart, donc insipides, et ils n’ont pas d’artisans : pas de boucheries, pas de charcuterie, pas de poissonneries, pas de pâtisseries, justes quelques très rares boulangeries hors de prix. Mais le pain est bon, partout, il faut le reconnaître. Pas de produits bio, à part les œufs bizarrement. Mais peut-être que c’est juste la coquille qui est bio.

La gueule du camping en plein vent, la perspective d’un bon repas chaud dans la hutte de mes parents et les 30 derniers kilomètres vent dans le dos nous font finalement remonter sur les vélos et on arrive complètement shootés au camping, à 20h30 après près de 9h de pédalage. Pas de pluie sur la fin, une belle traversée de Trondheim sur des pistes cyclables, une douche brûlante à l’arrivée, ça va. Ma mère a fait réchauffer du cassoulet au confit de canard, génial ! Ophélie déteste le cassoulet, tout est pour moi, doublement génial !!! Elle mangera ses pâtes au beurre, du vrai beurre. Tu peux pas être normande et ne pas vouer un culte au beurre, impossible.

IMG_5535

Et hop, 21 000 km

13-14 & 15 aout  Sortland = repos

On est défoncés le lendemain, des vrais zombies, mal aux jambes et mal dormi. On a fait l’erreur de pioncer dans la hutte, j’ai «crevé de chaud», Ophélie était au frais avec ses boules Quies. On n’avait pas eu l’énergie de monter la tente la veille.

On fête officiellement mon anniv avec du foie gras, du saucisson de renne et du champagne rosé qui nous assomme pour le reste de la journée. Lapin 2 et Cash m’offrent un super hamac ultra-léger, même pas la force de le monter pour tester, on file roupiller sous la tente. Lapin 1 et Tango (mes créateurs) m’offrent une canne à pêche, j’avais cassé l’autre en voulant remonter un vigoureux rocher. Ça va commencer à faire cher le maquereau cette histoire de pêche.IMG_5547

On reste au camping le lendemain, il fait beau, on se fait un bon gueuleton, les jambes ne sont pas prêtes et ça fait du bien de rester un peu au même endroit.

IMG_5544

Et puis finalement encore une journée car il pleut et qu’il reste du friton de canard. Et puis tiens, ça permet de mettre à jour ce blog.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour finir, je mets un petit poème de ma Tatarverne. Je le mets tel quel, je laisse la boulette à la fin. 2 X 18 = 36, même en Auvergne.


   Vivons heureux, vivons couchés

Comme Ophélie et Frédéric

croisant des animaux crevés

sur leurs drôles de petites machines.

 

De Chantilly à la grande Chine

par la Turquie et puis l’Iran

en pédalant par tous les temps

en conservant des bonnes mines.

 

Quand Frédéric a vu un ours

il a mouillé toute sa culotte

il a beau faire le tout foufou

il a vraiment eu la chocotte.

 

Revenez vite Fredophélie

vous régaler d’oeufs à la neige

et puis dormir dans des bons lits

en Picardie comme en Auvergne.

 

Joyeux anniversaire Fredé

tu me fais bien trop rigoler

avec ta gouaille et ta dégaine

mais oui mais oui t’en as 37

IMG_5344

Publicités

30 commentaires sur “La Norvège d’Hinävve

  1. Bon anniversaire de nos un an de rencontre Ophelie et Fred, en souvenir des bons souvenirs de Samarcande aussi, votre continuation donne envie à tous, je le crois.

  2. Bon anniversaire Fred!
    Et bravo pour tes récits de voyage qui me font bien marrer!
    On n’a qu’une envie en te lisant c’est de partir en Norvège sur nos montures.
    Des gros bisous à vous deux!
    Vive les vacances !!
    Ghislaine.

  3. Il fallait oser, faire un barbecue munis de parapluie…ils l’ont fait :o) En tous cas, des paysages à couper le souffle, et je dirai mention spéciale pour les retrouvailles qui m’ont bien fait rire

  4. Velosteph à résumé par cette phrase le plaisir de lire ce blog, Merci.
    Grosses bises pour ton anniversaire, et aussi grosses bises à Ophélie
    même si ce n’est pas son anniversaire.
    J-B le Parigot et Catherine la Picarde .

      • eh ben non ce n’est pas nous car nous ne nous sommes rencontré que deux fois sur une vélorizon bas de laine et sur une vélorizon chez Cécile et Denis à festubert.

  5. TRES TRES TRES BON !!!

    1 – Les dialogues schizos sont de mieux en mieux !
    2 – Ça nous replonge plus que jamais dans les randos norge …
    3 – Ophélie sera ravie d’apprendre qu’il y a une semaine, en arrivant à Nantes, j’ai cliffé deux galettes – saucisses … Une merveille de graisse saturée.
    4 – C’est dingue toute la mécanique qu’il faut faire chez Azub ! je me rappelle qu’une fois, … en 2013, euh non … en 2014 ! Ouais en 2014, j’avais changé les patins de frein sur les Nazca. C’est tout …
    5 – On vous prend deux écussons « Panardos ! c’est pas craignos ! » les prix sont honnêtes … En plus ça tombe bien, ça fait exactement la même somme que l’hébergement en pension complète de notre petit gîte de caractère ardennais !
    6 – Bien que tu n’es ni vraiment chômeur, ni vraiment roumain, la « chômeuse roumaine » m’a tellement fait marrer que je t’accorde une dérogation « droit de se moquer, même si on n’appartient pas à la communauté concernée … » Tu es tout proche du « droit sur les myopathes ».
    7 – Pourquoi les blagues les plus drôles concernent toutes Calamity M ?
    8 – La liste à puces, c’est out ! c’est pour les bolos ! la liste numérotée, ça c’est swag

    • MERCI !!!
      Bon, je vais pas répondre à tous les points, j’ai pas le temps, j’ai sieste. Donc :
      4 – Patience jeune Padawan, comme toi je ne changeais que les classiques patins de frein, pignons et chaînes jusqu’au km 20 000. Après c’est la débandade et faut surveiller les amortos et les jantes (on en a cassé une avant-hier d’ailleurs, 21550 km). A moins d’être le genre de gars qui change de vélo pour chaque voyage. Ah ah ah ah ! Grillé mec !
      5 – La vache, c’est cher la nuit en cabane dans les Ardennes. Pour le prix, on restera 3 jours et on repartira avec les draps et le grille-pain. Et compte pas sur moi pour pisser dans les chiottes, j’ai mes petites habitudes.
      6 – Je viens de m’octroyer le « droit sur les myopathes ».
      7 – J’y réponds dans le prochain article, ça devrait te plaire
      8 – nan mec, c’est la liste alphabétique qui fait le buzz en ce moment

      • Teuteuteuteu ! L’argument du changement de vélo n’est pas recevable :
        ^) 2 vélos sur 3 étaient des occaz ayant déjà bien roulé.
        &) Je suis obligé de changer car je suis la charte « Fuego et bogossitude ».
        #) On garde inchangé, sur tous les voyages, le vélo de Béa qu’on appellera : le « Nazca témoin ».

  6. Ah, énaurme, comme d’hab, ces dialogues cisellés au burin, ces traveling fous, cette lumière nordique, merki, merki !
    Poignant aussi ce témoignage sur les travailleurs détachés qui vous accompagnent sur les routes, c’est du journalisme de voyage, du vrai !
    Continuez à nous enchanter et nous faire rêver, c’est bon, c’est bô !

  7. Je suis convaincue que vous faites des photos montages (lol) . Vous nous donnez envie d’aller visiter ce pays. C’est tout juste énorme. Merci

    • Yes, c’est vraiment spectaculaire cette Norvège. Je ne retouche jamais les photos mais c’est vrai que les couleurs et les volumes paraissent parfois surréalistes. Le tout mis en valeur par notre bogossitude évidemment

  8. Bonjour, je lis votre blog depuis quelques mois. Le style d’écriture me fait rire à chaque fois, bravo !! J’en profite pour vous souhaiter en retard un bon anniversaire (12 août le même jour que mon mari, qui a aussi passé sa journée sur son TX 400 sous la pluie en baie de Somme … On débute dans le tourisme à vélo 😀 donc pas d’exotisme encore !) Vos expériences et vos histoires donnent envie, continuez encore à pédaler ! Hâte de voir l’écusson , le prix parait vraiment raisonnable .

  9. Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhrghhhhhhhhhh scrogneugneuuuuuuu ! (cri de desespoir du follower en manque / presque aussi flippant que le crac du pc écrasé dans un précédent article)
    Y’a pas de bouton Suivant sur cet article, mais que se passe-t-il ? Que lis-je, où vais-je, dans quelle étagère ?
    Ben oui, je decouvre votre blog avec un train (et 2 Azub) de retard, passée ici par hasard à la recherche d’infos sur le Japon à velo, j’ai trouve vos articles tellement bien que j’ai tout repris depuis le debut et termine juste la lecture de l’integrale de votre voyage. Et accessoirement vous m’avez vraiment donné envie de repartir en voyage et cette fois à velo, surtout que je rêvais d’un grand tour du Japon et que vos articles donnent encore plus envie (faut juste trouver l’organisation et les sous…).
    Bref soyons court soyons precis soyons clair (ce qui ne caractérise pas vraiment le commentaire ci-dessus) : votre blog est genial, ne changez rien !
    En attendant je ne vois qu’une solution : je m’en vais lire votre recit des Amériques ce qui devrait vous laisser le temps d’ecrire le prochain article !

    • Et paf direct dans le top 5 des meilleurs commentaires ! Merci Laure !
      Tu peux commenter quand tu veux, on adore ! T’as vraiment tout lu ? Sans vomir ? Sans brûler ton Bescherelle ni la Bible ?

  10. Bonne anniversaire Frédérique ! Mes vœux les plus sincères Frédérique ! Sans mentir, ton ramage n’a d’égal que ton plumage Frédérique !
    Et puis tiens, je vois que tu en as marre d’écrire ton blog sur un qwerty ! (j’ai découvert la cartomancie dans les marres de Macron !) T’embêtes plus, passe au Bépo ! Ou bien, si t’es rien qu’un petit prématuré, tu peux te contenter d’un azerty sur ton qwerty (je suis bien en bépo sur un azerty…). Depuis quand on a besoin de regarder les lettres sur les claviers ? Je pari que t’es du genre à regarder la télé allumée toi ! Un truc à choper la macronite ça !
    Beaux poutoux mon frangin, je t’aime bien quand même tu sais (mais rappelle à maman que je suis là et pas fermé au virement bancaire !).

  11. Encore un article excellent, même sous la pluie ça donne envie ! Et finalement ça ne vous prépare que mieux au climat de « l’été indien » façon El Niño que l’on se coltine ici…
    Encore un anniversaire sur la route, mais tu n’as pas eu de cadeau assez naze et inutile, ils n’´ont rien compris… ! Je ne sais plus comment j’avais vu que Kevin était sur la route vers la Norvège et je me demandais si vous alliez vous croiser. Le monde est tout petit, j’aime ça !
    À force d’étaler tout tes chiffres, tu vas finir par mettre Macron qui ne « cèdera rien aux fainéants » dans l’embarras : est ce que les fainéants qui font du vélo 9h par jour et plus de 20.000 km ça compte ? Font chier ces blaireaux qui montrent qu’on peut être heureux sans trimer 8h par jour pour un smic…

    • Heu il veut dire quoi pas « fainéants » l’autre banquier ? Il veut parler des gens qui font du pognon avec du pognon en profitant du travail des autres : les banques, les financiers, les spéculateurs, les optimisateurs fiscaux, les délocalisateurs, les gros actionnaires, l’OMC, le FMI, Balkany…
      Été façon El Nino = done

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s