Les Pieds en Terre de Feu – la vidéo

 

Tampons souvenir

Tampons souvenir

A l’heure ou vous lirez ces lignes, nous serons dans l’avion, entre 2 réacteurs brûlants, assis sur quelques milliers de litres de kérosène, à 10000m au-dessus de l’océan. Mais tant qu’il y a à manger, on n’aura pas de quoi paniquer.

P1060502

Ushuaïa se targue d’être la « ville de fin du monde » ou la « ville la plus australe ». Mouais, c’est du marketing ça puisque c’est Puerto Williams qui mérite ce titre. Les chiliens se sont bien fait avoir sur ce coup-là.

P1060550

Ushuaïa n’est pas très belle en elle-même mais les alentours sont impressionnants. Face au canal de Beagle, le pacifique est à 100 km à l’ouest, l’atlantique à 100 km à l’est, l’Antarctique à 1000 km au sud et la cordillère de Darwin juste derrière. Le p’tit surnom de la ville est « la dernière bite », sympa non ?

P1060369

Entre 2 parillas et 2 missions poubelles pour trouver des cartons d’emballage pour nos tanks, nous nous sommes offert une ballade en bateau. Un p’tit truc de 4h sur le canal de Beagle hein. J’vous parle pas des expéditions en Antartique qui coutent un bras : de 6000 à 25000 $ US pour une croisière de 12 à 25 jours. C’est pour les aventuriers de la Bourse et de Wall Street ce truc là.

P1060394

Albatros. Plus de 2 m d’envergure

P1060410 P1060412 P1060417

On a pu voir des lions de mer (mais pas de girafes ni de zèbres de mer, on était trop déçu), des otaries, des cormorans, des dauphins et des albatros.

P1060498

sur l’île de Bridge, face à la baie d’Ushuaïa

P1060476

le phare des éclaireurs

P1060423 P1060429 P1060448 P1060456 P1060479 P1060484

Et au port, coup de bol, c’est l’Armada avec des navires école impressionnants.

P1060517 P1060522 P1060528 P1060534 P1060536 P1060539

Voilà, 2-3 souvenirs et on se casse. En Espagne donc, si vous avez bien regardé jusqu’à la fin…

A+

Publicités

Les Pieds en Terre de Feu – 2eme partie

  • 07/03/14 Pampa Guanaco – près de l’estancia Menendez = 71 km
  • 08/03/14 … – Rio Grande = 47 km
  • 09/03/14 … – Tolhuin = 114 km
  • 10/03/14 … – Lago Escondido = 49 km
  • 11/03/14 … – USHUAIA = 59 km

 P1060194

…10 km nous séparent de la « ville » de Pampa Guanaco : 5 baraques et une mini-caserne de carabineros. On fait le plein d’eau et le gars nous file 7 petits pain. Comme on ne sait pas du tout nous rationner, nous les mangerons tous 20 km plus loin, à la frontière Chileno-Argentine.

les douaniers sont sympa et nous mettent une cabane à dispo pour manger

les douaniers sont sympa et nous mettent une cabane à dispo pour manger

Sympa comme tout ce passage de frontière : une rivière glacée à traverser pieds nus. Par soucis médiatique, j’enchaînerais 3 traversées et aurais l’impression de marcher sur des moignons à la fin.

1

On continue notre chemin, toujours dans cette pampa grandiose. Le vent est froid et nous pompe pas mal d’énergie. Dès qu’on s’arrête, la sueur nous glace.

P1060234 P1060246 P1060250

On se trouve un abri pour la nuit, un espèce de petit hangar ou des moutons doivent passer un sale quart d’heure. On relève brillamment le défi du montage de tentes tunnel sur un sol en béton !

P1060254 P1060266

La nuit, le vent souffle comme un dingue à plus de 100 km/h.

P1060275

Le lendemain, dernier kils sur cette belle piste. Nous rejoignons la route 3. Vers la droite : vent puissant dans le dos direction Ushuaïa. Vers la gauche : tempête de face direction Rio Grande qui, même à 15 km, paraît très moche. Malheureusement, on n’a plus rien à bouffer et sommes obligés de faire le détour, aaaarrggghh !!

Dur dur de repartir après avoir été envoyé sur le côté

Dur dur de repartir après avoir été envoyé sur le côté

Avec nos VC, nous mettons 1h30 pour faire 15 km. Tom et Flo mettront plus de 2h et devront pousser un peu. Le vent soufflait à 90 km/h avec des rafales à 120. De face c’était sport, de côté c’était de la voltige. On se faisait envoyer dans le bas-côté où nos pneus dérapaient. Quand les voitures nous doublaient, ça créait un trou d’air terrible et on était content d’avoir nos rétro pour anticiper. Bref, c’était dangereux mais marrant. Comme le jeu du foulard ou la roulette russe, ah ah.

Rio Grande est une ville affreuse et on ne traîne pas : une parilla pour se remettre de nos émotions, le plein de bouffe, hôtel, douche (trop bon après 5 jours), lavage de 3 calbutes et on s’écroule.

En repartant le lendemain matin (8h + 1°C + nordet = ambiance télésiège encore une fois), je réalise qu’on est à l’embouchure du Rio Grande (oui, le vent rend con), ce fleuve qu’on avait quitté au mois de décembre, le jour mémorable de nos 10000 km.

 P1060285

Ils ont l'air d'en être fier de leurs victimes

Ils ont l’air d’en être fiers de leurs victimes

On roule bon train sur cette route dangereuse. On est dimanche et les argentins roulent comme des cons, comme d’hab. On vise la panaderia (boulangerie) de Tolhuin dont pas mal de cyclo nous avaient parlé. On s’attendait à un petit boui-boui isolé en bord de route. En fait, Tolhuin est carrément une ville et sa panaderia est un must-go très réputé. Et ils aiment les cyclistes puisqu’ils nous mettent à dispo une chambre et une salle de bain, juste derrière les cuisines.

P1060289 P1060298

On s’installe et d’autres cyclos débarquent. Un couple de japonais et Jérémy, un ami de Tom et Flo que nous avions également rencontré sur le Salar d’Uyuni, en novembre ! C’est dingue la mémoire, j’oublie plein de truc mais je me souviens d’un gars à qui j’ai parlé 10 minutes, y’ 5 mois.

Ophélie – 10h24 : « J’ressemble à une pétasse de Courchevel »

Rapport à son bandeau rose (trouvé par terre sur la carretera australe)

 P1060300 P1060305

Les 2 jours qui suivent sont superbes. Nous roulons à 7, il y a moins de voiture, moins de vent et les paysages changent radicalement : plus d’arbres et plus de montagnes. Nous passons une nuit dans un bâtiment de la protection civile. C’est notre dernier bivouac. Alors que les autres dorment au chaud sur des matelas, nous préférons planter la tente dehors. On n’aime pas la promiscuité, des vrais sauvages.

P1060310 P1060312

La dernière étape est à l’image de notre voyage : géante !

Ça commence par une montée de col magnifique et ça finit sous une tempête de neige et 1°C. L’ambiance est terrible entre nous, on est tout content de rouler sous la neige même si on se caille bien en descente. Un finish façon Terre de Feu, extra !

P1060313 P1060326 P1060328 P1060335 P1060338 P1060340

On entre dans Ushuaïa par le port. C’est pas hyper beau mais ça a du charme.

Difficile de croire qu'il va neiger dans 5 minutes

Difficile de croire qu’il va neiger dans 5 minutes

On fonce au panneau « Fin del Mundo » (faut que je traduise ?) pour la photo. Pas le temps de faire ça bien sous une tempête de grêle !

P1060351

On se dépêche ensuite de trouver un hôtel. Ophélie prend les choses en main, c’est la spécialiste pour trouver les coins confortables et pas chers. Moi, c’est plus les bivouacs gratos mon truc.

Je précise qu'on est encore en été

Je précise qu’on est encore en été

Certains cyclo nous avaient dit qu’il n’était pas intéressant de poursuivre après El Calafate. Je dis le contraire. On a passé plus de 3 semaines géniales dans le sauvage. Aller jusqu’à Ushuaïa n’est pas seulement symbolique; les paysages, la faune et la flore valent vraiment le coup. Goûter au climat de la Terre de Feu est aussi quelque chose de mémorable.

 P1060355

Voilà, c’est la fin de notre aventure américaine. Est-on heureux d’être arrivé à Ushuaïa après ce long périple ? Oui et non.

Nous sommes fiers, c’est sur. Fiers de quoi exactement ? j’en sais rien. On n’a rien fait d’utile, on n’a rien construit, on n’a aidé personne. C’était juste génial de pédaler dans tous ces endroits nouveaux, de rencontrer des inconnus tous les jours, de s’immerger totalement dans des paysages et des façons de vivre, d’avoir ce sentiment de liberté incroyable qu’on a au guidon d’un vélo. Une chaîne bien huilée, le plein d’eau et de bouffe pour quelques jours, pas trop de pluie et on est les rois du monde.

L’arrivée à Ushuaïa n’est donc ni un soulagement, ni une victoire, ni un déchirement. Faut pas déconner, on est super content et comblé, mais c’est un truc qui s’achève là.

Le bonheur n’est pas au bout du chemin, le bonheur est le chemin. C’est ce qui donne tant de sens et de beauté au voyage à vélo.

C’était mon moment poète. Pouet Pouet.

 P1060359

Comme il fait un temps de chiotte, on profite de notre séjour ici pour geeker à fond : mise à jour du blog, montage vidéo, bilan matériel… donc il y aura encore quelques articles sympa à venir.

On voudrait également écrire un article/interview, donc envoyez-nous vos questions et nous y répondrons. Comme ça, en France, on n’aura plus à répondre à :

  • Alors, c’était bien ?
  • Tu fais comment pour faire caca dans la nature ?
  • Et pour manger ?
  • Comment on fait un nœud de cravate ?
  • C’est quoi un guanaco ?
  • Combien de vitesse sur les vélo ?
  • String ou caleçon ?
  • Fred, c’est qui la blonde sur toutes les photos ?
  • C’est bon le manchot ?
  • Vous allez prendre un prêt, acheter une maison, faire des bébés, faire vos courses à Auchan le samedi, des heures sup’, du tuning sur le Doblo, regarder les matchs de Ligue 2 et passer des vacances normales au Grau-du-Roi au mois d’aout ?
  • Mais la Patagonie, c’est au Chili ou en Argentine bordel ?

Allez-y, y’a moyen de rigoler.

Notre avion décolle le 16 mars et nous atterrirons le 17, tout prêt de chez nous.

A bientôt