Retour en Patagonie, sans les guanacos

  • 19/03/14 Mardrid – Manzanes El Real = 69 km (D+ = 840m)
  • 20/03/14 … – Segovia = 56 km (D+ = 1040m)
  • 21/03/14 Segovia = Frisounade
  • 22/03/14 Segovia – après Campaspero = 78 km
  • 23/03/14 … – Cubillas de Santa Marta = 68 km
  • 24/03/14 … – Sahagun = 93 km, étape de warrior
  • 25/03/14 Sahagun = repos, lessive, blog. Vive le printemps…
c'est qui à gauche ???

c’est qui à gauche ???

Après un p’tit dej’ monstrueux, on dit à bientôt à mon padre et on file sur la route. On s’est imprimé un super plan sur viamichelin, hyper détaillé avec toutes les indications possibles. Au bout de 2 tournants, je ne trouve plus la rue, ça me gonfle et je décide d’y aller en mode bourrin avec la boussole (qui ne marche plus en fait). Au bout de 10 minutes, on est paumés, cernés par des 3 voies et des 4 voies. Tant pis, on va se faire un peu d’autoroute, y’en a marre de chercher et de tourner en rond. Purée, c’était plus facile en Patagonie, y’avait qu’une route !
Heureusement, un cyclo espagnol nous voit galérer sur notre carte 1:800000eme et nous vient en aide. Comme c’est impossible d’expliquer comment sortir de Madrid en moins de 3 tomes, il décide de nous escorter… pendant 60 km ! Trop cool !

P1060566 P1060567

On passe par des pistes cyclables, dont celle qui fait le tour de Madrid sur 64 km. Ensuite, on en prend une qui va vers le nord. Ça monte, ça descend et on se fait griller par les très nombreux cyclos et leur vélos carbone. Cette piste est la seule bonne chose car les paysages sont horribles : que des routes, des lignes électriques et des banlieues dortoirs à moitié vides dans lesquelles je me taperais la tête contre les murs si j’y logeais.

P1060569 P1060572

Juan Carlos est sympa et me parle beaucoup. Avant qu’il me saoule pour de bon et que je passe en mode « j’dis oui mais j’t’écoute plus » (comme avec ma mère au téléphone ), j’apprends qu’il est rentier de quelques appart sur Madrid et donc ne travaille plus, le veinard. Après avoir passé quelques mois à faire la crevette aux Caraïbes, il se remet au vélo pour maigrir. Objectif : 20 kg. Ce bourrin en a déjà perdu 4 en 9 jours et 900 km. Il fait 100 bornes sans manger, puis se contente de légumes et de viande maigre. Avec Ophélie, on se demande déjà comment c’est possible de faire plus de 50 km sans manger, alors 100…
Il nous quitte à une bifurcation et nous filons vers un camping.

P1060574 P1060580

Les paysages sont maintenant plus sympas et les toits des villes sont envahis de cigognes. Elles préparent leurs nids, c’est le gros rush.

Ophélie : « Tu veux du sel dans tes pâtes ? »
Fred : « Ouais stp »

Fred : « oh puis non, tu peux l’enlever stp ? »

On était bien naze et nous dormons 12 heures. Au matin, le temps est comme la veille : soleil et rapidement 25°C, c’est vraiment génial le réchauffement climatique ! Les verts n’ont rien compris.

P1060585

On s’attaque à un col que Juan Carlos nous avait décris comme hyper balèze et glacial. Mouais, ça monte tranquille sans dépasser du 8 %, sur un beau goudron. On arrive en haut en short et t-shirt au milieu des skieurs, il fait 9°C, nous sommes à 1860 m. Excellent.

P1060588 P1060590 P1060592

On met nos tenus de martien (bonnet, gants, pantalon coincé dans les chaussettes, cache-cou) et on enchaîne avec la descente.

P1060595 P1060600

En bas, on retrouve le soleil et… et…et… devinez qui ? Un grand brun avec des scandales noirs, élu bouclette d’or depuis plus de 25 ans, follower du mois de Janvier : Frisounette !! Alias Pascal !

Frisettes aux vent

Frisettes aux vent

Le hasard a fait que nos dates concordaient, lui descendant vers le Maroc, nous remontant vers la France. Le hasard fait bien les choses.
C’est un costaud le Pascal. Pour un gars qui se dit pas sportif pour un sou, il vient de boucler plus 400 bornes en 4 jours, avec une étape de 145 km et 1300m de D+. Vu le poids de son vélo, ça équivaut à un ironman.
Il nous attend devant le camping de Segovia…fermé, damned ! On descend donc vers le centre-ville le long du magnifique aqueduc. Très jolie.

P1060606 P1060607

Je demande à une touriste nippone de nous prendre en photo mon boyfriend et moi. Elle me dit que j’ai de la chance, elle s’y connaît en bouclette.

P1060618 P1060642 P1060648 P1060652

On se trouve un hôtel et restons 2 nuits, histoire de passer une journée dans cette belle ville avec Frisounoux. On lui offre un pot de Dulce de Leche et ça le rend tout foufou, même si le pot est en verre. Il fait gaffe au poids qu’il transporte le Pascal car avec des pneus à 1 kg pièce, une guitare, 3 kg de pâte de datte dégueu, des bigoudis, 8 peignes en os de sangliers, une Hilleberg et un Azub Max de compet’, il frôle le PTAC d’une bagnole.

P1060653 P1060662

de gauche à droite : Harry Potter dans 20 ans, la mouche et le skinhead

de gauche à droite : Harry Potter dans 20 ans, la mouche et le skinhead

Après cette journée de pause, on se fait des poutoux-poutoux dit au revoir. Il prend à droite, on prend à gauche. Pour ceux qui connaissent Pascal, vous savez à quel point ça a dû lui faire mal de virer à droite.

Avec Ophélie, on s’est offert un super atlas routier Espagne-Portugal afin de circuler sur les petites routes (les jaunes et les blanches, surlignées en vert si possible). On quitte Segovia et atterrissons enfin dans la grosse campagne déserte. On ne sait pas ce qui nous attend, on a vraiment préparé notre itinéraire à l’arrache. Objectif : remonter plein nord puis obliquer à l’est en longeant la côte de plus ou moins loin. On pense déjà aux saucisses qui nous attendent chez Céline dans le pays Basque, baaaahhhh. Peut-être qu’on verra la mère Pinouille aussi.

P1060666 P1060671

Aaaarghh, on voit jamais le vent sur les photos !!

Aaaarghh, on voit jamais le vent sur les photos !!

On se fait 3 étapes très éprouvantes. 3 jours de vent très fort, entre 60 et 80 km/h en continue, en provenance de l’ouest ou du nord-ouest. De face, de ¾ ou de côté dans le meilleur des cas. 3 jours de froid avec une température ressentie négative la plupart du temps. Une nuit, en bivouac, il fera 0°C sous la tente. Bivouac mémorable d’ailleurs : on s’était posé dans une mini-forêt à 500m d’un élevage porcin. A part l’odeur de lisier, c’était un coin sympa, le seul à l’abri du vent à 30 km à la ronde. Et a part les cris des cochons que des gars chargeaient dans un camion à 3 heures du mat un samedi soir, Ophélie n’aurait pas flippé et on aurait super bien dormi. Pour nous venger, on mangera plein de chorizo.

Fred : « Le vent a pas intérêt à tourner quand on arrivera vers la côte ! Sinon j’me suicide ! »

Un matin, nous roulons 2 heures, sous la pluie, vent de face avec 5°C, ignoble. Côté paysage, c’est pas la joie, ça ressemble vraiment au plateau Picard : d’interminables champs, la mono-culture intensive dans toute sa splendeur.

On est peinard aux emplacements tentes

On est peinard aux emplacements tentes

Longue pause sous un abri-bus

Longue pause sous un abri-bus

P1060679

Pas de haies, pas d’arbres, des sols qui resteraient stériles sans l’apport massif d’engrais. On traverse beaucoup de village, tous les 10 km environ, ça brise la monotonie. Ces villages sont déserts : volets fermés, pas de commerces, 2 ou 3 p’tits vieux. On ne croise aucun ravito pendant ces 3 jours, heureusement qu’on avait fait le plein.
Bref, on a vraiment des conditions de merde mais tant qu’il ne pleut pas, ça va, on est bien équipé avec nos supers doudoune et nos duvets de l’espace. Pour la 1ere fois depuis l’altiplano, nous dormons dans les duvets, au lieu de les mettre en couverture.

P1060682

Dans ces conditions, on vise les rares camping ouverts. Nous croisons souvent le chemin de Compostelle et on pourrait squatter les refuges pour pèlerins mais ils sont tous fermés. De toute façon, on n’est pas des pèlerins, on est des putains de galériens en ce moment.

P1060691

Malgré tout ça, le moral est bon et on apprécie toujours le voyage. Demain, c’est normalement la dernière étape dans ces plaines pourries avec un vent de face à 50 km/h. Ensuite, on attaque des massifs d’après la carte. Il devrait y avoir des arbres, des virages et le vent fera moins le malin.
On pourrait se dire que la Patagonie nous a endurci et qu’on est plus fort mais non. La Nature est balèze ici aussi et elle nous rappelle bien qu’on est toujours des petites merdes. Patagonie ou pas, c’est toujours l’aventure.

Sinon, en vrac :

  • On mange bien en Espagne et ça coûte vraiment pas cher
  • Les espagnols sont froids au premier abord, puis sympas. Comme les chiliens
  • Les douches sont bien chaudes !!
  • Au camping, on croise des retraités en camping-car qui viennent de passer des mois au Maroc. Ça nous donne drôlement envie ce qu’ils nous en racontent.
  • Il y a des vieux chateaux partout
  • Une nana du camping de Sahagun (d’où j’écris pendant qu’Ophélie ronque et qu’il grêle) a eu pitié de nous et nous a ouvert une de ces tentes accrochées aux caravanes(vous savez ? le truc des vacanciers à l’ancienne) : table, chaises, chauffage d’appoint et électricité ! Nickel.
  • On ne croise personne sur les petites routes, parfois aucunes bagnoles pendant 1 heure.
  • ça fait bizarre de ne plus rouler avec Tom & Flo

Et finissons par ce qui me saoule aujourd’hui :

 

  • mon guidon tourne dans le vide : ça apporte un peu de piquant dans les descentes mais c’est fatiguant à la longue. Je ne peux plus resserrer l’expandeur, tout est rouillé. Merci à Azub d’avoir mis une pièce ferreuse/foireuse ici. Si ça ne se débloque pas avec le WD-40, va falloir bricoler.

P1060685

  • Nos fourches avant sont mortes, ou presque : celle d’Ophélie ne remonte plus et la mienne va au taquet rapidement, même durcis à fond. Rageant sur une option à plus 300 boules.

P1060687

  • Le vernis des bômes et porte-bagages s’est complètement barré. C’est juste esthétique mais bon, faut bien que j’dise un peu de mal de nos super vélos de temps en temps.

P1060688 P1060689

Publicités

29 commentaires sur “Retour en Patagonie, sans les guanacos

  1. Salut Les jeunes,
    je vois que les vélos souffrent comme les nôtres !
    J’ai mon cadre complètement bouffé par le dual drive dont l’axe n’était plus bloqué à cause d’une rondelle (pas la mienne Fred) pas assez solide…
    Le vernis se barre sur le trike noir, trop de soleil, je pense 🙂
    On avait bien aimé l’Espagne. Tu peux chopper les cartes topo assez complètes sur le site freizeitkarte-osm.de si tu as un garmin.

    voilou, bisous d’Athènes de la fameuhly en attente de pièce pour réparer le vélo…

    • J’adore quand tu me donnes des nouvelles de ta rondelle. Et comment va ta bôme ?
      On n’a pas de GPS mais on a trouvé un super Atlas 1km = 3,4 cm, c’est parfait.
      Bonne continuation les amis, on vous suivra de près en rentrant, z’avez intérêt à pédaler !

  2. heuuuu, le Frisounette il déménage? 6 sacoches plus un sac sur le vélo tout ça pour aller dans le sud? Ma parole, il ne manque plus que la galerie avec le frigo et quelques malles dessus.
    Je crois que ce tronçon d’Espagne vous fait pester plus que n’importe quel trajet dans votre parcours en Amérique. Peut être aussi parce que ça sent l’écurie et la fin de l’aventure.
    Étonnant que vos plateaux paraissent avoir des dents toutes neuves. Difficile de croire que vous ayez pédalé en douceur. par contre le pneu avant sent le pneu lisse. (peut être est ce la photo). A ce sujet quid de ton amortisseur arrière?

    • Il trimballe une guitare le Pascal, ça explique un peu le chargement. C’est un costaud.
      Oui, c’était pas marrant le début de l’Espagne, mais tu vas voir qu’on a été largement récompensé.
      Pour les plateaux, c’est vrai que ça ne s’use pas très vite, surtout le grand qu’on utilise jamais. C’est quoi la durée de vie des plateaux ? 30, 40000 km ?
      Le pneu avant d’Ophélie est encore bon. Je pense qu’il peut tenir 20000 km. C’est un marathon de base pourtant.

      Pour l’amorto, j’en ai un nuf qui m’attend à la maison fourni gracieusement par Azub, contre un article pour leur site… Le mien fera l’affaire jusqu’au bout. Il pompe juste quand la pente dépasse 6%. Ce qui m’inquiète, c’est les fourches Meks, j’espère qu’on pourra les réparer

  3. Et bien, je vois que c’est trop fastoche pour vous, beau temps, plus plat que mon nez, tente chauffée… De mon côté, c’est toujours vallonnée et je bars régulièrement mes d+ ! Dernier en date,un peu plus de 1500m… Bon, ça commence à être plus bas, le temps se dégage un peu plus chaque jour, y’à plus qu’à attendre que le vent se fasse la malle… Aujourd’hui pitite étape, 30 bornes pour souffler et rejoindre Porto Peña (en dessous de Peloche, à côté de Herrera del Duque, à la même hauteur que Ciudad Real (en gros)). Bonne chance pour la suite, et viva Che Guevara ! Poutoux.

  4. Très bonne idée de longer la côte basque!!
    Si vous pouvez, l’ermitage de San Juan de Gaztelugatxe (Biscaye) vaut la peine de s’y arrêter ainsi que les falaises de Zumaia (Gipuzcoa).
    Pour info, si vous avez envie de vous arrêtez au Guggenheim à Bilbao, c’est Yoko Ono qui expose en ce moment.
    Bref, vous faites ce que vous voulez et si vous avez besoin d’info sur la partie basque de votre périple n’hésitez pas!!
    En tout cas, je n’ai qu’une seule chose à dire : vous avez garder le meilleur pour la fin 😉
    adi

    PS : Fred, l’usage du « bahhhhh » requiert des compétences bien spécifiques afin de pouvoir l’utiliser au bon endroit dans les phrases, parce que là, ça ne veut rien dire!!! Le stage intensif approche, tu vas en entendre de partout!

    • Non mais je crois savoir ce que ça veut dire. « Baahhhhh » = « vraiment ? », « c’est vrai ? ». C’est une marque d’étonnement qu’utilise encore ton peuple. Ça remonte à l’époque des grottes.
      On passe bien à Zumaia et pour le reste, on verra. On prépares pas grand-chose, comme ça on a la surprise quand on tombe sur un super truc comme les Picos de Europa en ce moment.
      On pense venir chez toi le 10, ça te va ?

      D’ici là, penses à acheter de la farine, des oeufs, du lait, du beurre, des pommes et du sucre. T’auras le droit au crumble et aux crêpes d’Ophélie. A moins que tu préfère un délicieux tiramisu (mascarpone + oeuf + speculos)

      A bientôt

      • Merci Phire de venir à .on secours ! N’empêche, elle a réanimée Elvis (c’est pour ça que certain le croise encore de nos jours…), en plus de certains cyclistes qu’auraient baisés mes pieds pour profiter de ses bienfaits ! Djeunes amnésique va…

  5. salut pour la peinture je peut te réconforter : mon trike de 1 an et 1 trimestre a déjà aussi perdu plein de peinture, et il est loin d’avoir été en Patagonie!

    • Attends attends, la Belgique en hiver, c’est bien pire que la Patagonie ! Ils ont inventé les baraques à frite et la Chimay pour pas que les gens ne se suicident pas de septembre à juin (les bonnes années)

  6. Super les photos….je pense que tu devrais de recycler comme photographe..j’adore la fiat 500 jaune et le reste noir et blanc…cool…Il est vrai que sur les photos on n’apprécient pas autant le vent que vous …tu es sur que ce n’est pas une photo montage …

  7. J’ai mis mes kleenex au placard pour le moment, puisqu’on a droit a un bonus. Saveur différente, cette fois. Bien sur, les photos montrent que vous n’etes plus au milieu de nulle part, et ça fait un peu moins aventure, mais ce n’est qu’une illusion ! Et puis si si, mame si la nature est balaise, vous etes quand meme des durs a cuire. Enfin, je préfere vos vélos rouillés, cabossés, sans vernis, ça renforce l’idée de dur a cuire, des vélos d’aventuriers quoi. En revanche, au niveau mode, c’est pas l’top, les pantalons qui s’arrêtent aux genoux, c’est dans Tintin ! Heureusement Ophélie assure avec son bonnet andin. Allez, bonne route !

  8. A great read guys. We are super impressed you made it all the way to Patagonia. It must have been awesome out there. We are still in Central America and loving our time on the road. It would be awesome to share some more recumbent touring with you guys. Stay in touch. Love totallytandem.

    • Hi TotallyCrazyTandemBuddies ! We’re sure you love the nice weather you have there. Be careful if you plan to go in Patagonia !! We’ll follow you closely when we’ll be back home.
      Have lot of fun and don’t hesitate to use a lot the can opener from Costa Rica !

  9. Vivement que se lève le vent du sud qui amènera à mes narines l’odeur acre des pieds de mes chers Frédéric et Ophelie .
    Bonne route même sans guanacos !

    • Si y’a pas de vent du sud, on fait quoi ? Ah je sais, on te garde des peaux mortes et des rognures d’ongle. Ca te fera un p’tit sachet « senteur » pour les fois ou tu penses à nous, et que tu vas pas manger juste après.

  10. Ouais, pour nous aussi ça fait bizarre de plus pédaler avec vous les amis…Bon, en fait, on pédale plus, on a fini !!! Et vous nous manquez vachement. Si, si ! On vous fait la bise, bande de fainéants toujours couchés ! Allez, feu patates, on pense à vous et à une prochaine sortie ensemble sur nos belles routes de France.
    Tom et Flo.

    • Yo le poteaux ! Bon courage pour le retour à la vie réelle, celle ou tu te pisses pas dessus, ou tu te laves presque tout les jours, ou t’es au chaud, ou t’as pas à tout plier/déplier/ranger/replier tout le temps, mais ou tu te fais un peu chier des fois quand même. Bientôt notre tour. Flo, te venges pas trop sur tes patients. Tom, reste concentré sur la route, même si la nana en mini-jupe à côté de toi crève de chaud.
      A+

  11. Passez vous dans le bordelais, les cigognes se posent quelques jours pour prendre des forces alors, vous êtes les bienvenus. Je suis à Limoges jusqu’au 10 avril et n’hésitez pas de me contacter je vous hébergerai quelques jours voir quelques nuits. Courage et encore merci pour ce partage de vos aventures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s