Karakol en tête – Tadjikistan – Acte 3

 

  • 07/09/16  Murghab – 15km avant le col à 4655m = 61 km / +580m
  • 08/09/16  … – 12 km avant Karakol = 57 km / + 580m
  • 09/09/16  … – en haut du col à 4200m = 54 km / +420m
  • 10/09/16  … – Sary-Tash (Kirghizistan) = 70 km / +400m
  • 11/09/16  Sary-Tash = repos et changement de programme
  • 12/09/16  Sary-Tash – Osh = en taxi Fast & Furious…
  • 13-14-15/09/16  Vacances françaises à Osh

img_7122

C’est parti pour le dernier bout de Pamir. On a des sentiments partagés dans ces moments là, entre la hâte d’en redescendre pour retrouver un climat confortable et plus d’oxygène et déjà un brin de nostalgie pour ces grands espaces et ce silence si rares dans le monde.

On commence par du faux-plat montant dans des lignes droites interminables. Une petite averse de grêle vient rompre la monotonie, juste avant une pause à côté d’un troupeau de yaks. Ophélie est sur les rotules, sa toux d’altitude l’affaiblit en permanence. Benoît a retrouvé la forme, la gastro et lui c’est une longue histoire, il est rodé. Quant à Alice, elle n’est pas en pleine confiance et son rouleau de PQ reste à portée de main.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le reste de l’étape se déroule tranquillement, on grimpe en douceur pour s’approcher au maximum du col de demain, point culminant de notre Pamir et probablement de notre voyage : 4655m

img_6873

on fait le plein d’eau ici = + 12 kg

Le soir, on se dégote un beau spot du style paysage lunaire. On a juste le temps de monter la tente et de manger en vitesse avant que la nuit ne tombe. Nous sommes à 4200m, ça caille bien sa race.

Le lendemain, c’est parti pour l’ascension. On s’attendait à un truc facile mais on se bouffe quand même 2 ou 3 km à plus de 8% avec, en bonus juste avant le finish, un petit virage en épingle à 14%. Dans la montée, on a eu la chance de croiser un yak mort. Alors, oui, évidemment, je l’ai pris en photo pour ma petite collection personnelle (plus tard, je me ferais une pièce spéciale dont les murs seront recouverts de « mes animaux du monde », avec des cierges et tout et tout). Cependant, je ne voulais pas la diffuser, par respect pour ma chère mère mais surtout parce qu’elle était vraiment pas assez gore. Or, un follower m’en a réclamait une, donc là voilà. Je suis dévoué à mes followers. Damien, voici ton yak mort.p1100850

Bref, on est en haut et on est bien content, surtout Ophélie qui a monté ça au courage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour fêter ça, on sort notre dernière boîte de pâté, la highlander des boîte de pâté, celle qui a survécu à toutes les autres. C’était bon mais il manquait la baguette croustillante.

img_6920

Quelques jours plus tard, j’ai envoyé un mail à Hénaff pour leur raconter cette petite anecdote, c’est pas tous les jours qu’on bouffe un de leur pâté à plus de 4000m au Tadjikistan. Avec Ophélie, on avait le vague espoir de se faire offrir notre poids en pâté. Toujours pas de réponse à ce jour. Ils doivent sûrement préparer le colis.

On enchaîne ensuite avec une courte descente, de la piste en tôle ondulée et un régal de pente bitumée vent dans le dos avec vue sur le lac Karakol. On stoppe dans un décor lunaire à 4000m, on se garde Karakol pour demain, il reste 15 km et il se fait tard. Malgré un vent fort qui nous oblige à manger sous la tente, on apprécie le moment. C’est trop beau.img_7001

Vers 20h30, alors qu’Ophélie commence déjà à comater dans son sac de couchage, le vent tombe et, chose exceptionnelle, je ne suis pas complètement crevé ! Alors je sors m’amuser avec le mode Manuel du petit reflex.img_6965img_6988

Au matin, le ciel est limpide et on descend rapidement vers le lac.

img_7045

petite séance photo flinguante pour les cuisses. Vous noterez que le bogosse se reconnait aisément à sa veste rouge et à son pantalon gris

Avec le soleil qui grimpe, sa couleur change devant nous, passant d’un bleu-vert pâle à un bleu profond.

Voilà, c’est mignon tout ça mais il est temps de parler d’une chose sérieuse et importante. C’était une sorte de tradition lors de notre précédent voyage et je constate qu’elle n’a pas perduré. Il est temps qu’elle revienne. Mesdames et Messieurs, il est donc temps d’élire :

MISS PAMIR 2016

Pour la 1ere fois de son histoire, le jury n’a pas réussi à se départager et on le comprend. Tant de beauté d’un coup en aurait rendu aveugle plus d’un. C’était un choix impossible, comme être devant un pot de rillettes d’oie et un pot de rillettes de canard, n’importe qui prendrait les 2. C’est donc, sans grande surprise finalement, que le titre revient à nos 2 princesses du jour : Ben et Fred, bien plus connus dans certains pays sous les noms de Mahmoud et Mehmet.img_7079

Je dois dire qu’on a été ému. On savait qu’on était beau, mais pas à ce point là. C’est donc logiquement qu’on a réinterprété un numéro du cirque du soleil, ici, au bord du lac Karakol, sous les regards impressionnés d’Alice et Ophélie.

img_7076

des mois d’entrainement

Voilà, revenons à la frivolité et au voyage. On arrive ensuite au village de Karakol. Sous un certain angle et en faisant abstraction de l’odeur de mouton crevé, on dirait un village du Péloponnèse (en Grèce bande d’inculte). Le Péloponnèse de chez Lidl quand même.img_7098

On achète du pain et filons plus loin prendre notre pause déjeuné dans un endroit que le gars du Lonely Planet aurait qualifié de « désert de sable comme y’en a partout, même à Ermenonville ».img_7111

On reprend les vélos pour une lonnnnnnnngue montée avec fort vent de face. C’est pas facile mais je crois qu’on se régale tous. La vue est magique, on est presque seuls au monde, tout est sublimé par l’effort, on vit à fond.

Les derniers kilomètres nous tuent les cuisses avec une pente à plus de 10% et un plein d’eau fait juste avant. On est enfin au col à 4200m mais il est déjà trop tard pour redescendre. Pas une bonne idée de camper en haut, c’est là ou le vent souffle le plus fort et aujourd’hui, on peut dire qu’il est en forme. Alors on avise les ruines d’une ferme abandonnée et plantons les tentes à l’intérieur, façon Tetris Candy Crush, sur un moelleux tapis de bouses de yak. C’est pas ce qu’on a fait de plus beau mais ce vent froid allait nous rendre dingue. On se dit qu’on aura moins froid entre ces murs et, effectivement, il ne fera que -3°C sous la tente le matin, limite canicule.img_7134

Le lendemain, grosse descente dans une vallée martienne. C’est notre dernier jour dans ce massif, on espère croiser enfin son animal emblématique : le Marco Polo, un mouflon majestueux, l’un des plus beaux animaux du monde après Ben et moi. Mais comme on en verra pas, on le rangera dans la même catégorie que la licorne, le dahut, l’homme politique intègre, la reprise de la croissance et la sacoche Ortlieb indestructible.

img_7138

p1100923

dernière montée du Pamir

On sort du Tadjikistan, passons un dernier col à 4282m, redescendons au milieu des cris de marmotte et nous voilà au Kirghizistan, le pays le plus chiant à épeler au monde. Mais la douane la plus cool, 2 minutes montre en main pour passer. Pas de visas, rien à payer ! Et un « Welcome in Kirghistan » en prime.

img_7145

ici, les panneaux de col sont en bas

On pic-nique juste après avec une vue impressionnante sur ce qu’on vient de traverser

Dans la descente, on croise une famille d’Australien en tandem qui n’a pas froid aux yeux, ni ailleurs. A eux 5, ils ont moins de bagage que 2 d’entre nous. Peut-être qu’ils font comme les kangourous et qu’ils rangent plein de truc dans leur ventre.

p1100929

Juste après, alors qu’on discute tranquillement avec Alice dans une zone de nid-de-poule et que je me dis que ça va passer à 25 km/h sans freiner, le vélo décolle et je me vautre comme une loque. Glissade latérale, le vélo et le pilote sont indemnes grâce aux gants. Une sacoche aura besoin d’être rebouchée, encore 2 ou 3 chutes comme ça et elle ressemblera à Mickey Rourke.

p1100936

Un berger Kirghize, aussi fier que jeune

La descente jusqu’à la civilisation est longue et les nuages menacent, s’entassant sur la chaîne de montagne en face. On atteint enfin Sary-Tash et passons la nuit dans une guesthouse à la tenancière aussi souriante qu’un yak mort. Avec Ophélie, notre plan était de filer en Chine dès le lendemain mais on apprend que la frontière est fermée pendant 10 jours (du 10 au 20 septembre). Alors on sait pas quoi faire et on prépare nos vélos le lendemain matin comme si on était décidé à aller quelque-part, ce quelque-part étant un détail encore à définir. On discute avec un couple de Belge en tandem et ils nous disent que Osh est sympa et reposant. RE-PO-SANT, je crois que c’est ce qu’il nous fallait à ce moment là. Donc, gros changement de plan : au lieu de filer à Kashgar à quelques 200 km à l’Est d’ici, on monte à Osh passer quelques jours puis Bishkek (tout au nord du Kirghizistan), puis Almaty pour enfin enter en Chine et rejoindre Urumqui. Soit 2000 km, la moitié en taxi, vu qu’on doit entrer en Chine avant le 1er Octobre, car la frontière ferme à nouveau entre le 1er et le 6…

Il est déjà trop tard pour partir aujourd’hui alors on reste une nuit de plus dans la guesthouse du sourire. On fait un déjeuner d’adieu avec Alice et Benoit, nos compagnons de route depuis… Teheran !! On a fait un sacré bout de chemin ensemble et les bons moments ont été nombreux. La légende des 4 Azub 5 se sépare ici, les Transatos vont réaliser un de leur rêve : faire du cheval dans les montagnes Kirghize. Enfin c’est surtout le rêve d’Alice. Les rêves de Benoit implique généralement une Playstation, des Flammekueche et Jennifer Lawrence.

La Transpanardos prend fin ici. Comme Brad et Angelina, les plus beaux couples finissent par se séparer.

Alors on se dit au revoir ou à plus tard qui sait et trinquons avec une demi-bouteille de bière et des kit-kat. Bonne route les amis, que le dieu Schwalbe vous protège.

Après une nuit légèrement fiévreuse et une fatigue générale que j’ai du mal à admettre, on est prêt pour 3 jours de vélo direction Osh. Et puis les plans changent encore quand on croise des cyclos anglais qui prennent un taxi pour s’y rendre. « Et si on faisait pareil ? » que me dit Ophélie. Dans mon dénie de la fatigue, je refuse d’abord. Mais on se retrouve rapidement à charger les vélos dans un break après avoir négocié le prix.p1100946

Pendant le début du trajet, je me mord les doigts et me dis qu’on est trop con. La route est magnifique et ça descend presque tout le temps pendant 200 km. On prend le taxi pour descendre !!! Rhhaaaa !!

p1100948

je vous laisse imaginer en cas d’accident

Le mec roule fort et on est souvent à 120 km/h avec même une pointe à 150, sur une simple 2 voies. Et hop, 220 km en 2 heure. On rejoint une guesthouse apaisante comme tout et y posons la tente, question de budget. On retrouve l’été, un taux d’oxygène normal et j’admets enfin qu’on a bien fait de prendre le taxi. On est crevé, enrhumé et affamé. Il était de temps de faire une longue pause avant la suite, assez chargée en kilomètres.

On se lie tout de suite d’amitié avec 2 autres français :  Camil, géant franco-hollandais organisateur d’expédition en 4×4 et Renaud, le bienheureux boucher basque amateur de sommets. On passe 3 jours soudés ensemble, entre visite du bazaar (le plus grand d’Asie Centrale parait-il, 1 km de long), brochettes au barbecue, sauvignon, crêpes, crumble d’Ophélie et papotages. Des moments simples qui n’ont pas de prix. Merci les gars.

 

img_7184

Camil bricolant son 4×4.

img_7199

Renaud au BBQ

img_7219

3 kg de crumble pour 4. Normal

A bientôt pour la suite, au Kazakhstan puis en Chine.

Publicités

24 commentaires sur “Karakol en tête – Tadjikistan – Acte 3

  1. je sais pas bien … rien écrit depuis un certain temps mais je vous lis toujours…
    Magnifiques paysages, n’en plaise au gars du loonley et peut être les plus beaux, pour moi depuis le début de ce deuxième voyage. Je n’écris pas second car on ne sait jamais si un troisième périple dans le sens boréal > austral vous prenait l’envie en 2018.
    Les températures ne rigolent pas dans le coin et – 3° c’est vrai que c’est un peu la canicule.
    Beravo Ophélie de t’accrocher comme ça, la volonté, la ténacité il n’y a que ça pour avancer et là t’a grimper aussi bien qu’au Pérou.
    Je serais curieux de savoir combien de prises il a fallu pour réaliser la photo où vous sautés tous les 4. quand je me souviens des 20 prises qu’il nous a fallu pour en faire une à deux…. Chapô!
    Franchement le taxi pour la descente vaut sont pesant de cacahuètes… et l’on sent bien sur la photo que la traversée des pays pro macho précédents à laissé des traces. Mahmoud à l’avant bien confortable et Fatma à l’arrière coincée entre les vélos et les bagages… Rrrrrâh!
    Allez bon coups de pédales pour entrer dans le pays des nems et des canards laqués…

    • Merci Pat !
      Yes, elle est bien soumise Ophélie maintenant. J’ai dû insister pour qu’elle veuille bien monter à l’arrière car au début, elle voulait laisser sa place pour mon vélo et monter dans le coffre

  2. Putain je suis dégoûtée je voulais ouvrir le futur article kirghize par une référence à la séparation qui a fait trembler le monde en septembre… et voilà que c’est maintenant une pâle copie des pieds devant… grrr. Tout comme notre soirée barbecue à Osh. Non vraiment, heureusement qu’on a choisit des chemins différents car j’ai peur que nos amis et famille abandonnent définitivement notre blog… Ben a créée un album remplit de chiottes sales et/ou dangereuses et animaux crevés pour rendre l’absence de l’être aimé moins difficile…

    • Oui bah heureusement qu’on a un peu d’avance dans nos récits car ma mère ne lirait même plus mon blog, car, je la cite, « Alice et Benoit ont un regard différent et décrivent de manière plus complète. Et puis y’en a marre des animaux crevés ».

  3. Mais pourquoi ?…pourquoi ? Quelle tristesse d’apprendre cette séparation malheureuse ! Nous nous étions habitués à vous retrouver tous les 4 au fil de cette aventure, et voilà, patatra… vous cassez tout, comme Brad et Angelina, vous dézinguez le couple le plus glamour de tout l’histoire de la glamourité ! Enfin bref. On espère que la séparation n’a pas été trop difficile. On va essayer de continuer à suivre votre périple même si sans vos compagnons, votre récit ne sera plus aussi intéressant…
    Mais non, allez, on rigole… Bon vent les amis, vous nous manquez toujours autant. Faites attention à vous 2.

  4. Et voilà, quelles magnifiques étapes seuls au monde ….. Une difficile séparation et puis vous caracolez en tête , premiers à entrer en Chine à bride abattue . Maintenant le dialogue sera hardu et la débrouille à la Tintin vous guidera vers le soleil levant , bonne route (tirs un peu inquiet, je riz jaune par foie )….. Bises

  5. D’abord je suis ravie pour Tom et Flo et le bambin qui pédale déjà dans le cocon maternel.
    et pas au revoir aux transats que je followe, je suis sûre que vous vous retrouverez, le monde est petit , la preuve il se parcourt en vélo!
    Continuez à chiner, vous nous en mettez plein les mirettes, et on se marre bien .

  6. J’adore le désert!
    Bravo!
    Je pense bien à vous et vous lis toujours avec beaucoup de curiosité et de plaisir. Je ne connaissais pas ces coins! Mais pas du tout! : ))
    Ici la couture a repris ses droits sur l’emploi du temps.
    Bises à tous les deux.
    Cécile

  7. Purée quelle poilade encore ! Merci pour ces moments de bonheur 🙂 sinon j’ai passé une semaine avec les frogs on wheels, d’autres azub 5, vous les connaissez ils me semblent …

  8. Ahhh ! Bien la photo du yack sans tête ! Heureusement qu’il y a encore les sabots pour comprendre où sont le devant et le derrière. Brave bête, elle rentre désormais dans la postérité. De mon côté j’ai vu un écureuil et un hérisson écrasés, c’est moins original. Mais peut-être qu’un tadjik est passé en vélo et les a pris en photo pour les publier sur son blog. Et peut-être qu’un de ses followers lui réclamera la photo d’un chat ou d’un chien écrabouillé. Je sais pas pourquoi mais ça me console cette idée pour toutes ces braves bêtes. Dans un autre registre j’aime beaucoup la photo avec la boite de pâté. C’est beau le reflet des visages dans les lunettes. Si jamais vous n’avez pas de réponse d’Hénaff, je propose que ses dirigeants soient condamnés a faire du jogging sur les plages bretonnes et a manger du brocolis cuit à la vapeur pour le restant de leur pitoyable vie (comparée à la vôtre).

    • Damien, tu prouves là qu’on peut être un poète et aimer les photos d’animaux morts. C’est un honneur de t’avoir comme follower. Si je ne croise plus d’animaux sympas, comptes sur moi pour les écraser moi-même.

    • Salut JV, les conditions n’étaient pas dures, juste froid la nuit et un peu de vent. Et puis on a pas résisté puisqu’on a chopé un petit rhume avec Ophélie. Un peu de morve au pif, rien de méchant

      • Ah Ah je vois que tu m’as démasqué malgré mon nouveau pseudo imparable. En tt cas chapeau c’est époustouflant votre truc. Quelle sacrée expé! Tu sais, c’est con à dire, mais devant un pareil exploit, on se sentirait presque un peu fier de vous connaitre. Biz à vous 2.

  9. Ahahah ! Alors comme ça vous faites du taxi ! Ne me fait pas rire Fred, je sais que c’est toi qu’a craqué ! Par chez nous c’est un coup de train quand on a les jambes plus longue que les yeux et là-bas, c’est le taxi ! Mais bon, d’un autre côté ça vous permettra peut-être d’être en Thaïlande avant 2017…
    Nota : Merci, j’étais en manque de miss et maintenant que vais-je faire ? Elle sont si loin de moi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s