Kazakhstan Express

 

  • 16/09/16  Osh – Bichkek = 700 km en « taxi »
  • 17/09/16  Bichkek – qqpart au Kazakhstan = 79 km
  • 18/09/16  … – 50 km avant Almaty = 111 km
  • 19/09/16   … – Almaty = 71 km
  • 20 & 21   Almaty = on mange
  • 22/09/16  Almaty –  qqpart = 93 km
  • 23/09/16  … – gorge de Kopek = 80 km
  • 24/09/16  … – = 107 km
  • 25/09/16  … – 15 km avant la Chine = 90 km
carte

cliquez pour agrandir et voir tout le parcours. Alors Béa, heureuse ?

 

Yo yo yo les potos !! Vous vous doutez qu’on est en Chine maintenant ! En Chine bordel, à vélo ! Presque 6 mois de voyage et presque 7500 km de vélo au compteur et nous voilà dans l’empire du milieu, trop bien. On va avoir des trucs à vous raconter car on entre dans un autre monde là. Mais d’abord, laissez-nous vous conter ces quelques 600 km au Kazakhstan, au grand galop (ceci est un indice pour « l’animal des routes du monde » du jour).

img_7209

à Osh, ça les fait bien marrer notre Futuroscope. Ici, ils ont le cinéma en 10 dimensions

On quitte Osh à reculons car on était peinard avec nos potes Camil & Renaud & le supermarché juste à côté. Mais ils se barrent aussi (sauf le supermarché) et on a un bout de chemin à faire avant la deadline pour la Chine. Alors on enfourche nos vélos, sortons de la ville, posons les vélos et levons le pouce. On tente l’auto-stop entre Osh et Bichkek car plusieurs cyclos nous ont dit l’avoir fait sans problèmes dans l’autre sens. On se dit que ça sera marrant de passer 15h avec un chauffeur routier dans un poids lourd. Mais ce qui marche dans un sens ne fonctionne pas forcément dan l’autre et on poireaute 1h30 pour voir passer 3 pauvres camions qui ne s’arrêtent pas. Un gars s’arrête pour nous dire qu’on devrait aller un peu plus loin, genre juste après l’intersection où la moitié des véhicules bifurquent, et il nous écrit Bichkek en russes sur une feuille A4. 15 minutes d’attente, zéro camion.

Un gars en break s’arrête et nous propose de nous emmener à Bichkek pour 25 €, soit le tiers d’un taxi normal. Y’a quand même 11h de route, 700 km et on squatte toutes les places avec nos p’tits culs bombés et nos enclumes à roulette. Ok, on lui fait bien confirmer que c’est 25€ pour nous 2 avec les vélos et c’est parti. On sait même pas si c’est un taxi dans ce pays où chaque voiture semble être un taxi. Au bout de 30 minutes de trajet, il nous fait comprendre que c’était 25€ par personne. Ça, c’est la technique Kirghize : ils t’annoncent un prix, effectue ou commence la prestation puis le tarif augmente, pouf, comme ça, par magie. On a eu le cas chez le coiffeur et chez une couturière qui m’a changé le zip d’une veste (ma belle jaune pleine de pipi d’Ushuaïa avec l’écusson du Paris-Dakar trop classe). Pour notre chauffeur, on lui dit que c’est mort, j’avais bien écris « 2000 » (en monnaie locale) sur sa vitre arrière crasseuse, ça a pas bougé, j’ai une preuve mon coco !

Mais on est pas chien, on lui filera 10€ de plus en se rendant compte que le trajet a bu plus de 20€ de gasoil. Le mec était sympa et on a roulé d’une traite sans pause histoire de pas arriver trop tard à Bichkek. Heureusement qu’on avait des bananes et des biscuits sinon on bouffait les sièges. Heureusement qu’on lui en a donné sinon on finissait dans le fossé, avec un pédalier dans le crâne.

Donc le mec est sympa mais c’est un boulet, on a tiré le gros lot avec lui. Mes doutes sur le fait qu’il soit taxi se renforcent quand il me demande où aller aux 3 premières intersections. Il est bien connu que les touristes français connaissent les routes Kirghize par cœur. Bon, je sors le GPS et le guide. Y’a environ 3 routes bitumées dans ce pays, faire Osh-Bichkek est moins compliqué qu’un Chantilly-Senlis, ou qu’un Thiers-Brioude (pour les cul-terreux qui nous lisent).

Ensuite, il roule en sous-régime, surtout en côte, pour moins consommé qu’il nous dit. N’importe quoi, ça me rend dingue, pire que quand ma mère s’arrête en passant directement de la 4eme au point mort. Du coup, on grimpe souvent entre 20 et 40 km/h et on se fait doubler par les Kamaz tout pourri. En descente, il nous fait flipper en roulant au point mort, surtout qu’il adore rouler sur la voie de gauche. On lui gueule aussi dessus quand il double sans visibilité, mais il semble avoir l’habitude que des gens crient dans sa voiture. Bref, on flippe un peu et on reste aux aguets, surtout quand il commence à bailler.

La nuit tombe quand on attaque les routes de col et qu’il allume son phare. Je précise bien son phare. On voit que dalle. Heureusement c’est la pleine lune et d’autres voitures devant ouvrent la voie. Mais on hésite franchement à descendre, quitte à camper et à faire du stop le lendemain. L’inconsciente doublée de flemme nous fait tout de même de rester au chaud avec notre ami.

Les paysages sont magnifiques, comme on peut s’imaginer le Kirghizistan : des petits plateaux d’altitude à l’herbe rase au milieu desquels coule des rivières, bordés de montagnes et parsemés de yourtes et de chevaux. Je ne prend aucune photo, ça n’a clairement pas la même saveur que quand on pédale pour y arriver. Faudra revenir dans ce pays.

On finit par arriver à 23h30 dans la capitale Kirghize, devant le 1er hôtel repéré sur le GPS. 40$ la nuit, le braquage. Malgré une vessie à 2 doigt d’exploser, Ophélie fait baisser à 28$. Toujours cher mais on rentabilise en dévalisant le buffet du petit déjeuner.

A 9h, on est sur les vélos et c’est le drame. Le vrai drame, atroce. Pire que si on s’était fait écrasé par un bus, pire que si on s’était fait violé par des yaks, pire que de manger du gras de mouton, pire que de manger du gras de mouton en se faisant violer par un yak. MON RETROVISEUR a disparu !!! Niaaaaaarrrggggghhh (cri de douleur). Mon petit retro… 35000 km ensemble sur les routes du monde… mon seul élément de sécurité… celui qui me prévient quand un camion va me tailler un short ou qu’un salaud de cycliste va essayer de me doubler… mon 3eme œil, celui qui veille sur la blondasse derrière (Ophélie). Il a dû se décrocher dans le taxi et j’ai rien vu en déchargeant dans le noir. Tant pis, je ferais sans pendant quelque temps et tournerais la tête quand nécessaire. J’ai la même souplesse cervicale que Robocop, c’est très pratique.

p1100953

Voilà, sans transition ni avertissement, passons à la séquence « jeune et décontractée » des animaux (morts) du monde. Sur ce cliché, au delà d’une démarche clairement artistique avec une mise en scène digne des plus grands psychopathes, vous noterez tout de même un profond respect témoigné envers l’animal. En effet, les traces sanglantes sur la route démontrent que la victime a été violemment heurté par un véhicule de taille respectable. L’animal, probablement mort sur le coup avec un belle calandre Kamaz imprimé sur le flanc, a ensuite été trainé sur le bas côté pour y être proprement débarrasser de ses chairs comestibles et de sa belle robe lustrée. Sa mort n’a pas été vaine, elle remplira le ventre d’une famille entière pendant le rude hiver Kazakh. Comme c’est beau.p1100954

Je dédie cette photo à Alice, à Spanghero et à tous les amoureux des chevaux.

On arrive rapidement à la frontière et ça passe tout seul. On entre au Kazakhstan sans visa, le coup de tampon nous permet d’y séjourner 15 jours gratuitement. On grimpe sur un faux-plat toute la journée dans un paysage sec où seul la route est bordée d’arbre. On campe juste après le col dans un jolie petit coin, bien rincé et avec, chose exceptionnelle, mal au cul ! Un comble en vélo-couché. Les 11h de bagnole la veille…img_7225

Le lendemain, c’est beau bitume et vent dans le dos, on se régale. Alors on profite et on enquille bien. Le paysage est forcément un peu fade après la Pamir, on doit réapprendre à partager la route avec les voitures (sans rétro…) mais on est bien ici.p1100955p1100950 Le midi, on s’arrête sur une aire de stationnement et avons la surprise de trouver un resto Turque, trop bon ! Et comme en Turquie, on rencontre des gens sympas dont un qui nous file un saucisson.

img_7261

ok, je vais peut-être autoriser un achat de gants

A 16h, on se trouve un chouette spot en bord de rivière et on se dit que les conditions sont parfaites en ce moment : journée chaude (30°C max), temps sec et nuits fraîches (8 à 10°C). On espère profiter de l’été indien pendant les 3 prochaines semaines.

30 km nous séparent alors d’Almaty, plus grande ville du pays, capitale de tout sauf de l’administration. On y arrive tôt mais on tourne 20 km de plus pour trouver un hôtel potable. Pas facile de rouler dans cette ville : des gros SUV partout, des feux rouge à gogo et des pentes à 4%. Je ne sais pas comment on aurait fait sans GPS, tout est planqué et rien n’est signalé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On finit par dégoter un appart avec cuisine, frigo et lave-linge et restons 3 nuits, histoire de flâner, de glander et des gouter des plats presque oubliés : hamburgers, cheesecake et pizzas !! Ça coutait une blinde mais ça fait du bien !! Dans un supermarché, on trouve même des trésors : camembert (Président, on fera avec), sardines Connetables, moutarde de Dijon et même du Mascarpone pour faire des Tiramisu.img_7248

C’est donc en pleine forme qu’on quitte Almaty, direction la Chine pour environ 400 km. On pensait y aller tranquillement en 6 étapes mais ça s’est fait en 4. Ça roulait bien et fallait pas gâcher le beau taux de globules rouges qu’on a dans le sang en ce moment, alors autant en profiter.

On a beaucoup apprécié ces 4 étapes, entre vallée se parant déjà des couleurs d’automne, gorges arides, beaux bivouac et plaines semi désertiques, nous ramenant quelques années en arrière, dans la pampa argentine. Pampa, donc, qui, un soir en fin d’étapes se rappellle à notre bon souvenir avec 30 putains de kilomètres tempête de face. C’est là qu’on rencontre le 1er cyclo depuis des siècles : Tristan, jeune britannique parti depuis 10 mois d’Australie. On décide rapidement de camper ensemble et pendant qu’il cuit les pâtes, je fais sauter les légumes. Et Ophélie dans l’histoire ? Elle admirait ces 2 beaux mâles modernes, s’acquittant sans sourciller des tâches ménagères après une journée harassante à vélo.img_7257

On a fait 107 km aujourd’hui et on est assez fier, surtout avec le vent pourri sur la fin. Mais on a un gros bourrin avec nous ce soir et il nous raconte qu’il a fait 4300 km en 27 jours en Chine, à cause d’un visa trop court et d’une envie folle de tout faire à vélo. Aujourd’hui, il s’est reposé en faisant seulement 100 km. On est sur le cul, le mec a fait entre 10 et 14h de vélo par jour pendant 1 mois, avec un record à 330km en 1 jour… Dire qu’on a l’impression de passer la journée à pédaler quand on y passe 6h… L’exploit physique mérite le respect mais ça nous laisse circonspect (hop, 2eme mot de 3 syllabes en 6 mois). Qu’a-t’il pu voir de la Chine à part son guidon, l’asphalte et des sachets de noodles ?

1 mois qu’il n’a pas pris de douche. Je lui demande : « Même pas de toilette dans une rivière ou avec la gourde ? ». Même pas.

Son voyage continue, il prévoie de rejoindre Londres avant Noël, soit au moins 8000 km en 3 mois. Chapeau. On lui file de la monnaie Ouzbek qui trainait dans nos affaires, il me file une gourde chinoise violette qui puera le rat crevé 3 jours plus tard. On passe une belle soirée. Les moustiques aussi.p1100975

Le lendemain, c’est déjà notre dernière étape au Kazakhstan. Malgré 600km parcouru, ça représente une infime parti du territoire. Rouler dans les steppes plus au nord doit être une sacré expérience, traumatisante en été, mortelle en hiver.

img_7254

Heu…je me rends compte que mon vélo apparait sur la moitié des photos. Ok, j’ai un problème

On campe au bord d’un champs de maïs avec vue sur les montagnes enneigées. La T°C chute rapidement après le coucher du soleil. Depuis quelques jours, on voit les feuilles de arbres jaunir et commencer à tomber, l’automne approche à grand pas et on se réjouit d’y assister. p1100979Demain, le réveil sonnera à 6h30 et nous admirerons le levé du soleil. Demain nous remonterons avec plaisir sur les vélos. Demain, nous entrerons en Chine. Demain, nous nous battrons avec des mémés kazakhs.

p1100977

Publicités

21 commentaires sur “Kazakhstan Express

  1. Merveilleux
    J’ai lu l’article dans le train avec le puy de dôme en ligne de mire et en vous imaginant de l’autre côté de la planète
    Gros bisous

  2. un bon plan pour le stop aurait été de laisser Ophélie le faire pendant que toi tu te planques. Hop le camion s’arrête et toi tu apparait en disant que t’était parti pisser… ;-))) ouai même dans une steppe où il n’y a rien… tu réussirais à te planquer, c’est sûr!

    好了,我走了。
    下回见。

  3. 20 € de gasoil pour 700 Kms ! C’est incroyable ou alors j’ai mal compris bonne continuation c’est cool les reportages je les attends avec impatience et je passe un bon moment en les lisant mais dis moi Ophélie tu n’as pas soulagé ta vessie avec le freestyle ,?,,,,,,je vous embrasse

    • c’est pas cher l’essence au Kazakhstan. Ophélie a une vessie de compétition mais dans cette voiture, le vrai défis était de ne pas se chier dessus

  4. Tu a encore atteint des sommets avec cet article dans différents domaine !
    Dans celui ci , le thème animaux mort a pris encore une autre dimension !
    Tu est définitivement mon maitre .

  5. Nous avons ouvert un dossier photo à ton nom, symptôme post-traumatique lié à la séparation, on n’arrive plus à passer devant des bêtes crevées et des chiottes invraisemblables dans l’indifférence…

  6. Super!!! C vraiment top, vous arrivez en Chine!!! Sacré parcours. Ca va etre une étape très sympa et encore très différente. Hate de vous lire et voir les photos. Bisous

  7. Hola les amis !
    Pas facile de rebondir sur des événements qui datent déjà de plusieurs semaines, pour vous… Ce serait un peu comme faire une chronique sur le duel « Chirac/Balladur »…
    Mais c’est vrai que le Kirghizistan et le Kazakhstan ont vraiment l’air de mériter plusieurs mois à eux seuls.
    J’ai hâte d’avoir des infos « Panardos » sur l’arrière pays chinois ! Est-ce que le ciel est toujours gris ? Est-ce que les chinoises chaussent du 18 ? Est-ce que tous les restaurants servent du 36, du 54 et du 71 ? Qu’est-ce que c’est exactement que le « communisme libéral » ? Peut-on crier « Vive le Tibet libre ! » en imitant De Gaulle et expliquer aux flics que c’était pour rire ?
    J’espère que vous pourrez répondre à toutes ces questions et à bien d’autres encore !
    Au plaisir de vous lire bientôt, et de vous voir dans un peu plus longtemps…
    Biz.

    • Quoi ??!! Et on se fait même pas mettre en pièce parce qu’on a fait 700 bornes en taxi ?
      Pour la description de la Chine, tu devances ce que je comptais écrire dans le prochain article !
      On peut crier « Vive le Tibet libre » et même « Mao était une fiotte », pas de problèmes, personne ne parle français.
      Au plaisir de se voir aussi, les Ardennes sont sur le chemin du retour il me semble.

      • Ouais, c’est vrai… J’avoue avoir cherché quelque chose à dire sur le taxi… Mais finalement, j’ai laissé tomber. Je ne trouvais rien à dire d’aussi drôle que le fait même que vous fassiez 700 bornes en taxi !
        Pour le passage dans les Ardennes, ce sera avec grand plaisir ! J’ai hâte de vous faire goûter mes spécialités (toutes à base de crème fraîche, de gras, d’oignon, et de fromage fondu…) le tout arrosé de bière belge !

  8. Les culs terreux vous souhaitent à tous les 2 de bien en profiter en attendant mes représailles et celles de Mirette suite aux photos irrespectueuses des ses frères animaux.

    • Mais t’imagines pas le respect que j’ai pour les animaux crevés. Des fois je freine en descente pour les photographier, tu te rends compte ? FREINER en DESCENTE !

  9. J’ai eu des suées froides. Oui, j’avoue, en regardant avidement les photos avant de lire le post, j’ai d’abord cru que c’était toi qui avait fait cette composition éphémère de tête de cheval. De là à dire que je suis rassurée quant à ta santé mentale, faut pas exagérer non plus.
    Merci, merci pour la carte. Ça sublime encore plus vos efforts.

    Biz les cadets

    • Donc y’a bien des désaxé(e)s qui regardent les photos avant de lire, en quête de « l’animal de la route du jour ». C’est vrai que c’est utile la tripline, merci de nous avoir relancé là-dessus

  10. La séquence « jeune et décontractée est impressionnante, mais ce que j’ai apprécié, c’est les « vrais »valeurs que vous garder malgré tout…je parle bien sur du camembert président entre autre …Bonne continuation

  11. Mouais ! Camembert Président et autre joyeuseté du coin ! Je commence à douter de votre blog !! Va falloir faire les photos avec la une de la gazette du coin et du jour pour redevenir crédible à mon goût ! Et puis, il serait souhaitable de faire un article un peu technique sur les dix dimension du cinoche pour ne pas laisser au moins un folower avec des nœuds dans le cerveau…
    Nota : profitez de la chine pour nous ramener des tour Eiffel en direct du producteur et autre chinoiserie souvenir…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s