10 000 km – Vientiane

 

J 234 à 245 / de Luang Prabang à Vientiane / 424 km

  • 24/11/16 Luang Prabang – Namming = 57 km / +1100m
  • 25/11/16 … – Phouleuy = 47 km / + 1450m
  • 26/11/16 … – Hot Spring = 49 km / + 870 m
  • 27/11/16 … – Vang Vieng = 82 km / + 450 m
  • 28/11/16 Vang Vieng = balade de 30 km
  • 29/11/16 Vang Vieng – Hin Heup = 63 km / + 280m
  • 30/11/16 … – Vientiane = 96 km / + 360 m – 10 000 km !!
  • 01 au 05/12 Vientiane = en attendant le visa thaïlandais

 

Le système organique du cyclo se décompose en : circulation respiratoire, circulation sanguine, et circulation routière, celle-ci commandant les deux autres.

img_8383

L’article précédent se terminait dans un suspense insoutenable avec une histoire de fièvre tropicale pécolesque et on espère que vous avez été nombreux à paniquer dans vos humbles chaumières, vous rongeant les ongles, au bord de l’ulcère, tenant fébrilement votre smatphone dans l’attente du ding-dong signalement l’arrivée d’un nouvel article, ne pouvant – c’est tragique – suivre qu’à moitié Plus belle la vie et ne donnant même plus à manger au chat.

Mettons un terme immédiatement à votre supplice : après une nuit de repos et une autre suée nocturne, Bibi est d’aplomb pour se recoucher sur son drôle de vélo. Même Bibette est contente de repartir et d’aller bouffer un peu de montagnes.

Au bout de 20 km plus ou moins plat, on commence une ascension qui nous prend des heures à notre rythme d’escargot. L’humidité a monté d’un cran et les t-shirt sont mouillés en permanence. Au col, c’est magnifique et on regrette de ne pas pouvoir y camper par manque d’eau.img_8346 Alors on descend, forcément, c’est rare que ça monte après un col. En bas, on a le très vague espoir de trouver une guesthouse ou un coin d’herbe pour poser la tente en bord de rivière. Que dalle, le village est charmant mais on doit continuer un peu, remonter un peu et demander à des habitants si on peut poser la tente dans leur cour.

Ça fait du bien de camper à nouveau, le voyage a beaucoup moins de charme quand on va de guesthouse en guesthouse. Et il était temps de déballer le matos car ça commençait sérieusement à moisir avec l’humidité ambiante, la tente se transformait tranquillement en champignonnière. On profite d’un robinet pour se laver à grandes eaux, sans choquer les Laotiens qui ont l’habitude de se laver en slip devant tout le monde. Le spot est sympa, la forêt est étonnamment silencieuse (très peu d’oiseaux), les moustiques discrets, et la nuit apporte rapidement sa fraîcheur.

On se lève à 6h30 pour être à 8h sur les vélos. Aujourd’hui, le ciel se dégage très rapidement et on sue tout de suite « like a whore in a church » comme dirait la Reine d’Angleterre. Ça grimpe pas mal et lors d’une pause cacahuète-tête-sous-une-source-d’eau, nous somme rejoins par Brigitte et Nico, partis un peu plus tard que nous la veille.p1110406

Ces 2 là, c’est des monstres, ils font 2000 kilomètres par mois depuis leur départ de France début mars, ils ne se reposent jamais. Alors on est tout content quand on constate qu’on grimpe presque à la même vitesse et on se fait une très belle étape ensemble, clôturé par un bivouac 10 millions d’étoiles.

Le lendemain, c’est l’étape de rêve dans les plus beaux paysages du Laos, avec des villages toujours aussi jolis et des gens toujours aussi souriants. Arrivés en haut de la montagne, un panorama incroyable fait de massifs karstique se dévoile devant nous. img_8414On se régale les yeux mais ça remplit pas l’estomac, alors on file dans un resto un peu plus bas. En bon cyclo, on étend les toiles des tentes mouillées au soleil avant d’aller manger.

Une longue descente et une courte montée assassine nous amène ensuite à une source d’eau chaude, l’endroit est magnifique et on peut monter les tentes dans des cabanes sur pilotis, sous les cocotiers. Ouais, c’est une putain de journée. img_8432Après un long bain seuls dans les sources, on se fait un concert de réchaud et un bon gueuleton : patates sautées, poêlée d’aubergine et fondue de courgette coco-curry-aneth de la part de nos compagnons de route. Les patates sautées, c’est vraiment le truc qui nous manque le plus je crois. On en refera plus souvent, faudra juste qu’on trouve une plus grande poêle qui laisse pas 1 cm de croûte brûlée au fond.

Le lendemain, on se lève tôt et filons… 15 mètres, Brigitte a un pneu à plat, le 1er en 17000 km. En démontant, Nico se rend compte qu’il y a d’autres trucs à réparer et on démarre sans eux. Alala, ils ont trouvé un sacré prétexte pour ne pas avoir à avouer qu’ils n’arrivent pas à nous suivre ! Mais on a vu clair dans leur jeu ! Alice et Benoît avait déjà fait pareil avec des prétendus « chiasses », comme ils disaient, moi je trouve ça très vulgaire.p1110424

La route est toujours aussi belle même si c’est un poil moins impressionnant que la veille. Lors de notre pause banane sous une paillote, ils nous rattrapent tout de même (m’étonnerait pas qu’ils aient fait du stop) et on repart ensemble pour arriver assez tôt à Vang Vieng.

Vang Vieng, c’est le summum du tourisme classe au Laos : jeunes australiens, français ou anglais bourrés dans la rue en pleine après-midi, nanas en string rapportant leur bouée après du tubing sur le Mekong, occidentaux perdus en quête de drogues pas chers regardant de vieux épisodes de Friends dans les bars et quelques quinquagénaires pris de fièvre jaune. Oui, je généralise un peu, certains regardaient The Big Bang Theory.

On trouve une agréable guesthouse dans nos prix et pendant qu’Ophélie nous enregistre, nous pouvons admirer TOURISTATOR, un magnifique japonais réalisant un super-combo, dommage que j’ai pas eu le temps de prendre une photo :

  • T-shirt BeerLao (équivalent local de Kronenbourg)
  • sarouel motif éléphant
  • tongs
  • appareil reflex à 2000 € en bandoulière
  • sac banane

Grandiose, il manquait juste le chapeau « I love Thaïlande » et le badge « HardRock Café – Melun ». Et un porte-clef Hello Kitty.

On est écœuré par tout ça et renonçons rapidement à un quelconque tour organisé, alors qu’on était plutôt partant pour une petite descente en kayak suivi d’une visite de grotte. Mais ça fait trop usine alors on zappe. Peut-être que le voyage à vélo rend asocial, sûrement qu’on l’était déjà pas mal avant de partir mais on n’a pas du tout envie d’être assimilé à cette minorité de touristes donnant une drôle d’image de l’occident.img_8535

Alors le lendemain, pendant qu’Ophélie profite du balcon de notre chambre pour faire son activité favorite (la lessive) et que Brigitte et Nico filent (z’avaient dit, ils se reposent jamais), je pars faire une boucle à vélo à l’ouest de la ville. Les «  20 km peinards, j’en ai pour 1h » sont en fait 30 km sur une piste parfois bien défoncée sur laquelle je suis obligé de dégonfler les pneus. Mais ça vaut le coup, c’est beau, sauvage, paisible et il n’y a personne en dehors des buffles et des habitants des petits villages. J’aurais su, on serait venu planter la tente dans le coin, au bord d’une rivière.

Sur la toute fin, je croise des hordes de chinois en buggy brisant la quiétude des lieux. Dommage que j’avais pas ma herse, ou quelques clusters.

img_8510

j’ai eu un prof de physique-chimie qui avait à peu près la même tête, en moins avenant

Le soir, on tombe par hasard sur une pizzeria tenue par un français et on est pas passé loin de l’orgasme en y dînant avec Tim, notre nouvel ami australien. On s’entend toujours au poil avec les australiens, surtout côté bouffe.p1110443

Le lendemain, on reprend la route avec Alessio et Binh, un couple italiano-franco-vietnamien avec qui on était plus ou moins en contact, ayant un ami (Chantal The Baroudeur) en commun. Le courant passe très bien, forcément, surtout qu’Alessio était chef d’un resto étoilé à Paris. Ce mec s’est donné pour mission de goûter à tout, tout le temps, même dans un petit village paumé il arrive à nous dégoter des brochettes d’escargots grillés pour la pause du midi, avec l’inévitable sticky rice (riz collant).

p1110451

spot de camping en face !! STOOOOOP !!

En début d’après-midi, en passant sur un pont enjambant une superbe rivière, Alessio et moi pilons devant la vue d’un spot de bivouac de fou. Il ne nous faut pas longtemps pour convaincre les filles et Tao (un chinois qui voyage avec nous, adorable même si on ne peut pas communiquer) de se poser là. Papotage autour des tentes, longue baignade, petite lessive et repas au bord de l’eau, la belle vie de cyclo.img_8578

img_8564Vers 20h30, alors qu’on est tous sous nos tentes, les paupières lourdes, des flics à scooter débarquent avec des lampes de poche. L’un d’eux a une kalachnikov en bandoulière dans son dos. Ils nous expliquent qu’on ne peut pas rester ici, que c’est dangereux à cause du pont, que après-demain c’est un jour férié, que mon cul sent la groseille, que blablabla… c’est pas clair, on comprend rien. On leur demande pourquoi ils sont pas venus avant alors qu’on était là avec nos tentes depuis 15h, qu’on est fatigués, qu’on a trop la flemme de tout plié et qu’on n’ira pas dans une guesthouse, sauf s’ils payent pour nous (et qu’ils nous apportent des croissants au petit déjeuner suggérera Ophélie, toujours à l’affût). On discute calmement, on sent bien que les mecs font juste leur taf, ils sont plutôt sympas mais au bout d’une heure de palabre, on se résout à les suivre et plions les tentes déjà trempées pour les remonter 500m plus loin, juste à la sortie du pont très très dangereux, va comprendre. Ophélie a le pneu avant à plat et un bar karaoké juste en face fait trembler le sol, ambiance. Mais on se trouve un coin d’herbe moelleux, les flics nous disent au revoir, le bar ferme et on passe une bonne nuit au calme finalement.p1110459

Levé à 6h30, comme d’hab, déjeuner très copieux, comme souvent, et nous voilà repartis. On avait prévu de prendre une route secondaire et d’atteindre la capitale Vientiane en 2 jours mais cette histoire de jour férié nous oblige à filer afin de faire notre demande de visa Thaïlandais à temps. La route est plate, les paysages beaucoup moins intéressants, alors on se met en mode Pedalators avec écouteurs dans les oreilles, s’offrant tout de même quelques pauses gourmandes, surtout quand on arrive à repérer les stands vendant du jus de canne à sucre. Avec un peu de citron vert, j’vous raconte pas.

Et hop ! 10 000 km au compteur ! Enfin virtuellement puisqu’on a plus de compteur mais on sait où on en est.

On arrive à Vientiane rapidement et rejoignons une guesthouse qu’Ophélie avait repéré sur internet. Oui, en ce moment, le repérage de guesthouse est sa 2eme grande passion après la lessive. Pour le coup, elle a vu juste et on s’offre 4 nuits dans une ancienne villa coloniale fleurie avec petit déjeuner inclus et… piscine !! Des vrais vacances en attendant nos passeports qui resteront 5 jours au consulat Thaïlandais à cause de 2 jours fériés et du week-end.

Dans notre villa (prononcez nôôôôtre villââââ), une française nous laisse des affaires qu’elle ne ramène pas chez elle, dont un somptueux maillot de bain une pièce.

img_8712

Vientiane n’est pas le pire endroit au monde pour rester bloqué 5 jours, la ville est petite, aérée et agréable. Entre siestes et baignades, nous retrouvons chaque jours nos amis cyclos autour d’assiettes de Pad Thaï, de saucisses laotiennes, de riz sauté et de soupes de nouilles. Le soleil des derniers jours nous a explosé les lèvres et le mélange épice / citron vert nous donnerait presque envie d’être nourri par intraveineuse.

img_8605

Nous allons également visité le musée de la COPE, une organisation à but non lucratif venant en aide aux survivants d’explosion de sous-munitions : création de prothèses, rééducation et sensibilisation. Le bombardement du pays a été tellement massif que la vente des résidus de bombes aux ferrailleurs est toujours un vrai business. Aux risque de leurs vie, des laotiens, souvent enfants, arpentent les forêt en quête de bout de métal.

Les restes de bombes servent également dans leur vie quotidienne : pilotis pour leurs maisons, ustensiles de cuisine, échelles, divers outils…

D’après ce qu’on a appris, la dépollution du Laos serait le 1er employeur du pays avec environ 5000 salariés, juste devant les brasseries Beerlao.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans une salle, on peut visionner des interviews de victimes de sous-munition de par le monde : Laos, évidemment, mais aussi le Maghreb, l’Arménie, le Tadjikistan, le Liban, l’Afghanistan… la liste est très longue et les témoignages bouleversants. Je retiens celui d’une femme arménienne qui a perdu d’un coup son mari et 2 de ces fils lors d’une explosion dans un champs. Encore sous le choc, elle ne voit pas partir sa fille à vélo. Demandant à un de ses autres fils où elle est, il lui répond qu’elle voulait voir les corps, restés sur place. 10 minutes plus tard, elle entend une nouvelle explosion…

On est un peu secoué en rentrant et alors qu’on marche dans une rue tranquille, un gars déboule et passe juste à côté de nous en courant, pieds nus et menottes aux poignets, suivis quelques secondes plus tard par des policiers armés. Le mec vient de s’enfuir d’un commissariat ! Notre petite troupe tourne au coin de la rue quelques mètres plus loin et nous entendons 2 coups de feu espacés. Je vais jeter un œil mais ils sont déjà loin, ils ont dû le manquer, vu la pétoire qu’ils avaient, ça serait pas étonnant. On l’espère.

Bon, on ne peut pas finir cet article sur des notes si sombres. Alors voici quelques clichés en hommage aux quelques Lady-boys qu’on a croisé jusqu’à maintenant. L’occasion aussi de vous présenter Miss Vientiane 2016. J’aimerais comprendre un jour pourquoi j’aime tant me ridiculiser.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Demain, on entre en Thaïlande.


Petite précision : si je ne m’occupais pas de lire entièrement les guides de voyage des pays que nous allons visiter, nous ne n’aurions pas beaucoup d’info sur les sites sympas à visiter, hôtel et restaurants … Chose qui ne passionne guère le Responsable d’Expédition de ce voyage mais qui a de l’importance pour trouver des endroits bucoliques …

Ce n’est pas ma seule passion dans la vie ! A bientôt chers lecteurs

Petit message personnel pour mon grand-père dont c’est l’anniversaire le 06/12.Bon anniversaire grand père !!!

Ophélie


BONUS

Rubrique santé et animaux, cette semaine, nous vous présentons :

  • un œdème à la main dû à une morsure de fourmi
  • Un rat tatouille de toute beauté. Je sais que notre lectorat est en manque d’animaux crevés. Y’a même un sociopathe de l’Aisne qui m’a envoyé les photos d’un chat mort en nous écrivant « petite pensée pour vous ». Vianney, ce rat est pour toi.img_8350
  • Et un animal mystère. Il était encore chaud.img_8549
Publicités

20 commentaires sur “10 000 km – Vientiane

  1. Je ne regrette pas d’être venu faire un tour, les photos et commentaires sont magnifiques et étonnants. Par contre, je ferai plus attention aux fourmis que je croise…impressionnant. Au plaisir de vous lire à nouveau.

  2. chouette ce Laos, et ce fut un plaisir de découvrir avec vous cette route que nous n’avions pas prise en partant de Luang…
    Vous êtes en pleine forme maintenant à vous la jungle thaïlandaise..

  3. Hello Ophelie 😉 miss Vientiane est très belle 😉 elle a tout ses chance pour les miss France ;). Je vois que votre voyage avance bien 😉 la villa à l air sympas et les photos du Laos son magnifique.
    Merci d avoir pensé à mon anniversaire. Moi ca va il fait encore très beau chez nous il y a de la neige sur les montagnes les paysages son très sympas. Samuel va venir quelque jour en janvier . Maman est papa vont bien. Willfried va bien il ses juste bloqué le dos…. est la couroi de son camion la lâcher à Paris lol gros bordelle. Looping est en forme il a fait une mega chute dans l escaliers on n’a eu très peur mais tout ca bien. Il ne ses pas fait mal voilà sinon le job tout va bien ca va faire 1ans aujourd’hui que je suis en poste la bas 🙂 je vous embrasse fort profité a fond Laetitia

  4. Hi Fred.. I am parked up in my truck outside CNH lep1, its about 1°c outside (freezing) and I’m reading all about your trip with a big smile on my face. The photos and stories are just amazing, my favourite so far has to be you in the swim suit posing by the pool, I nearly split my sides laughing at that one and will for sure be discussing them with Corrine later this afternoon!! 😂😂😂.. stay safe Fred. Look forward to reading the next instalment of your big adventure.. today you have bought a big smile to my face👍👍😬

  5. La bestiole, ce ne serait pas un washer rat ? Bon OK : je traduis pour les mal-comprenants. Un « Procyon lotor », ou raton laveur…

  6. Cet article nécessite trois rectifications (et donc une liste à puces…) :
    1. Même en mode colonel moutarde on vous suivait à la trace. Vous n’avez reussi à vous debarasser de nous qu’au prix d’une traversée express du kirghizistan en taxi, faut-il le rappeller ?
    2. J’en déduis donc à la lecture des éléments que les transatos en pleine possession de leurs moyens sont plus forts que les mercatour. Simple logique mathématique. La lenteur est un choix, une philosophie.
    3. Nous, nous n’avons pas de compteur de « chiasses » (je cite) sur notre blog.

    • Très belle liste à puce, ça fait plaisir. Je réponds :
      1. C’était pas vraiment un taxi d’abord.
      2. Les Transatos peuvent écraser un Mercatour, facilement
      3. Bah heureusement sinon les gens vous auriez croulé sous les dons de caleçons et culottes (+ qques strings pour Benoit, je pense que vous avez aussi qques psychopathes followers)

  7. Chapeau bas pour les 10.000 et merci encore de prendre le temps de partager ce beau voyage. Ca doit pas toujours être facile quand on un une main qui triple de volume, le bide en vrac, le nez dans la gamelle ou la fatigue d’une journée de grimpettes. En lisant cet article, je me disais que décidemment l’homme a un vrai talent pour pourrir tous les coins de paradis sur terre, et les peuples qui y habitent. Pourtant les laotiens sont restés pacifiques et n’ont pas l’air de garder une rancune envers les occidentaux. Mais bon tout ça c’est du passé, on est tranquille aujourd’hui avec des Trump, Poutine ou Kim Jong-Un au pouvoir…

    • Merci pour ton message. C’est bizarre cette corrélation entre tes commentaires et les photos de bêtes crevés (je t’enverrai celle du cheval, dédicacée).
      Oui, on est tranquille aujourd’hui. En plus y’a Mélanie Laurent qui va sauver la planète (entre 2 avions et 2 campagnes de pub pour l’Oréal)

  8. Approchez !!! Venez voir ! Le phénomène de foire !!! En tournée dans l’Asie du Sud Est, l’incroyable « HOMME-HOMARD » !!! Alors que chez un homme normal, l’appendice, corps caverneux, capable de gonfler jusqu’à 4 fois sa taille initiale se trouve entre les jambes, chez l’HOMME-HOMARD, cet appendice se situe au bout du bras !!! Ne manquez son passage sous aucun prétexte ! Cela ne vous coûtera qu’une boîte de pâté Hénaff et un pot de Nutella !
    Hey Fred ! My friend ! C’est vraiment à toi cette main ? Si oui, t’as pas besoin d’un Crieur-Bateleur pour ton numéro ? Je me sens chaud là !

    Bon, si c’est ta main… j’espère quand même que ce n’est pas trop douloureux (sans doute moins que la perte du compteur) et que ça ne te gène pas dans tes cascades vélocipédiques…

    Sinon, j’ai adoré votre récit et vos photos sur le Laos ! Vous m’avez vraiment donné envie d’y passer quelques semaines ! J’espère que la Thaïlande sera à la hauteur.

    Abrazos

    • La vache, on ferait un numéro du tonnerre. Il nous faudrait une femme à barbe aussi. Ophélie, c’est mort. Ça donne quoi Béa sans son Gillette Mac 3 ?

      Je viens de faire un petit oedème aux lèvre, l’homme-homard a failli devenir l’homme-Emmanuelle-Béart. Ca a déjà dégonflé malheureusement. Vivement la prochaine piqure, j’porte plus de caleçons…

  9. je lit l’article avec un peu de retard .
    Mais comment tu fait pour faire des sauts aussi haut ! c’est truqué ou quoi ?

    Bon j’ai voté pour la photo Azus , je sais pas ou ça en est, mais il manquait un peu de votre marque de fabrique , je sais pas moi , une tête de cheval sur le coté de la route .. , un plat de bouffe gargantuesque .. fred en jupe

  10. Les quoi ? Les pieds par là ? Quelque part sur la colline ou bien derrière l’oreille ! Je sais pas trop bien ce qu’il font. Y’a une légende qui dit qu’ils cherchent un Rohloff pour rejoindre leur idole dans sa quête sans fin de vider les ressources terrestre et terminer enfin cette organisation aussi désorganisée qu’incompréhensible.
    Et bien moi mossieur, je les ai rencontré ma foi ! Même qu’il me reste un vieux canapé où ils posèrent naguère leur fesses légendaires les soirs d’open-tartiflettes ! Oh, il vaut pas tripette, mais j’aime à m’y frotter les joues quand la mélancolie me glisse lentement en dedans sous ses oripeaux de trader effarouché. Qu’est-ce que vous voulez, ça me réconforte un chouia d’être en quelque sorte au contact direct de leur passé, passé par ici à peu près à l’époque où leur égo occidentalo-centré n’était pas parti se perdre à la conquête de coquettes groupies tel une croquette cherchant son chat ! Ouais, ce sont devenu des stars en quelque sorte ! Et comme telle, ils se doivent de satisfaire leur public. Oui je sais, je leur pardonne un peu facilement cette vie clinquetante ! mais que voulez-vous ? Leur en vouloir serait comme effacer de ma mémoire le houblon lentement descendu ici bas et je ne peux m’y résoudre non !
    Alors, certaine nuit, j’enfourche une pale copie de leur monture à la recherche d’artefacts de leur passage près de la plèbe ! Et je trouve dans quelques sombres lieux, qui un agenda à feuilleter, qui un doblo adoubé, ou plus simplement, une gratuité au bon goût ! Et puis j’hurle à la lune, scandant leur retour comme deux messies même si je sais bien que l’espoir est vain, tant j’ai fini par comprendre depuis l’autre zig, qu’une fois que t’es monté au firmament, t’as plus trop envie de redescendre mettre tes panards dans la gadoue !
    Allez, à chao les gens, et puis je vous pardonne tout, je ne vais pas consumer le passé tout de même !
    Nota : et puis je laisse la porte ouvert au cas z’où ils viendraient à manquer de chemises…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s