Honshu : vélo, mangas et kimonos

J 421 à 429 / de Hiroshima à Kyoto / du 30 mai au 7 juin 2017

 

  • 5 étapes
  • 435 km
  • 3 bivouacs et un accueil VIP
  • 1 ours blanc et 2 renardeaux
  • des pneus neufs

Aller, commençons par une vidéo de ces 2 derniers mois au Japon. La qualité n’est pas terrible mais ça met un peu dans l’ambiance.

La sortie d’Hiroshima est rendu pénible par les nombreux feux rouges puis par la circulation, on avait oublié qu’on était dans un pays très peuplé.  On en échappe tantôt grâce aux berges aménagées d’une rivière, tantôt grâce à des routes parallèles. Il fait très chaud, on recommence à rouler en manche longue, le reste du corps tartiné de crème solaire, histoire de préserver le peu de capital soleil qu’il nous reste.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le midi, on fait la pause sur un banc à l’entrée d’un magasin discount hyper glauque au milieu de nul part, genre un Netto dans la banlieue de Melun. Y’a un ours blanc empaillé, un vrai. Sa présence ici m’échappe un peu. Au Japon, Toyota utilise l’ours blanc pour une campagne de pub « sauvez les ours blancs, roulez en Prius ». C’est génial la voiture hybride, j’imagine que l’électricité est produite par des petits lutins magiques et que les batteries sont éternelles et fabriquées avec de la poudre de fées.

P1120310

 

 

 

Un gars nous offre 2 boissons énergisantes, on devait avoir l’air un peu entamé.

Pour le soir, on flippe un peu de ne pas trouver un coin potable pour camper, notre standard est désormais très haut. Mais alors que c’était pas mal urbanisé toute la journée, on a un méchant coup de bol en rejoignant la côte et tombons pile quand il faut sur un petit parc avec des toilettes, des bancs et de la pelouse. Douche à la poche à eau.

 

 

Grosse étape le lendemain, rien d’autre à faire que de rouler d’agglomérations en zones commerciales. La route se transforme parfois en 2 x 3 voies mais il y a systématiquement une piste cyclable protégée ou bien une petite voie parallèle. C’est bien foutu. On passe devant un coiffeur, 8 euros la coupe, parfait. Ophélie feuillette un Dragon Ball Z (combat contre Freezer sur Namek, au top) pendant que je me transforme en Super Saiyan de la bogossitude.  Plus tard, en route, une nana en scooter nous arrête, nous prend en photo et nous invite chez elle. On la suit et on se retrouve à boire de l’eau fraîche dans son salon. On serait bien resté faire dodo mais ça s’arrête là et on repart. Elle avait une jolie maison avec un jardin traditionnel, très zen.

 

On s’arrête au bout de 106 km au bord d’une rivière. C’est le bon plan à chaque fois, même dans les grandes villes, les rives sont toujours aménagées avec une belle pelouse bien plate et personne ne dit rien si 2 beautés de l’occident viennent y dormir du sommeil du juste. Un ado vient en courant nous offrir des petits paquet de chips, trop mignon. Il veut savoir d’où on vient, ou l’on va. Tout en japonais alors il dessine une carte du japon et on trace le parcours.

P1120330

 

Pluie pendant la nuit, ciel dégagé au réveil, parfait. On quitte enfin les villes pour plus de campagne et la route devient à nouveau très belle en bord de mer avec un bon petit vent dans le dos très addictif. Première possibilité de bivouac dans un parc au bord d’un port , non, Ophélie veut de la plage. Soit. Deuxième possibilité dans un jolie petit parc en bord de plage et d’un port, non, la plage ne convient pas à Madame la Princesse. Soit. On arrive finalement au bord de la vrai plage, le temps se couvre, il n’y a qu’un petit espace pour poser la tente au milieu des bâtiments d’une station balnéaire vide. Bon, on a merdé, c’est pas grave. Alors qu’on s’apprête à prendre notre douche comme des sauvages, devant les passants, avec le robinet qui sert à s’enlever le sable des pieds, une nana nous interpelle. « Where are you from ? » – « Mont St Michel and Paris », là je vous cache pas que ça fait toujours son petit effet, les japonais sont dingues du caillou normand. Et Paris ça marche à tous les coups dans le monde entier sauf la France.  » Waouh !! You look tired » qu’elle dit en regardant Ophélie, moi je look pas tired, j’ai la grosse patate. Ophélie répond, pas innocemment du tout, elle sent le bon plan, « yes I need a good shower ». Elle a une couche épaisse de crème solaire sur le visage et les bras, Roswell est de retour, ça fait des coulées par endroit avec la transpiration.

Ni une ni deux, la nana nous invite à prendre une douche dans son hôtel super classe, elle nous fournit des serviettes moelleuses et demande si on préfère un bain ou une douche. La douche ça ira, on reste des baroudeurs de l’aventure non mais.

Pendant qu’Ophélie bouche la station d’épuration avec sa crème, on m’installe à une table et on m’apporte un plateau avec un thé et des biscuits. Une fois lavés tout les 2, on demande si ça ne pose pas de problème si on monte la tente devant leur hôtel, là, sur le petit bout de pelouse grillée avec le vent violent venant de la mer. Non non non, hors de question !! On est invité à dormir et les voilà qu’elles s’affairent à nous installer des futons et à mettre des draps en faisant des petits pas pressés si caractéristiques. Adorable.P1120336

On mange ensuite avec leurs 2 enfants, riz au curry, j’adore, j’engloutis 2 grandes assiettes. La fillette en met partout sur son t-shirt, ça me rappelle une alsacienne avec qui on a roulé de l’Iran au Tadjikistan.

 

Ils nous invitent alors à aller nous coucher et on n’est pas contre. On regarde un peu de base-ball à la TV, idéal pour s’endormir. Leur fils nous monte alors 2 bières bien fraîches, vive le Japon.

La générosité continue le matin avec un p’tit dej traditionnel : triangles de riz et soupe miso. Ophélie demande s’ils n’auraient pas du café par hasard et hop du vrai bon café avec des sucres La Perruche, de France !

On offre à nos hôtes une écharpe qu’on trimballe depuis la Thaïlande, fallait faire quelque-chose et on n’osait pas leur refiler un Caillou Bio et Sans Gluten du Mont St Michel.P1120349

On retrouve nos vélos dans le hall de l’hôtel alors qu’on les avait laissé dehors avec toutes les sacoches dessus et des antivols aux roues avant. Le mari les a rentré tout seul pour les mettre à l’abri de la violente pluie de la nuit ! Il a dû les porter ! Voilà un vrai Super Saiyan.

On repart ému, on ne s’habitue jamais à tant de gentillesse et d’hospitalité, heureusement.

On quitte le bord de mer et grimpons un peu dans la campagne, belles routes entre villages et rizières.P1120356P1120357

Bivouac au bord d’un petit étang avec une famille de renards peu farouches. On met les sacoches de bouffe et les chaussures à l’abri, on sait que ces bêtes là ont tendance à piquer tout ce qui traîne. Pendant la nuit, des tortues en rûte font de drôles de cris et, au matin, on retrouve nos renardeaux chassant la grenouille.

 

Dernière étape pour rejoindre Kyoto à une soixantaine de kilomètre. Davy Crockett n’est pas mort les amis, et il roule en Harley.

P1120352

Ce chef d’œuvre est composé d’un cerf, de 2 faons, de 2 renards, d’un veau et de 3 sioux. Peut-être même que les fontes sont tapissées de fourrure de bébé pandas. C’est si doux.

P1120399

On s’arrête en route pour réparer une crevaison et un retraité vient nous parler en anglais. Il nous offre un livre sur l’art japonais et des bonbons, 2 chacun, pas de bagarre.

P1120375

 

 

On arrive rapidement à Kyoto et nous arrêtons dans 2 magasins de vélos -y’en a partout c’est génial, pas besoin de chercher – pour trouver des pneus neufs. Le 2eme contient des vélo bizarres comme les nôtres et on apprend que ce magasin est le pionnier du vélo-couché au Japon. Le patron nous apprend qu’Optima a cessé ces activités, dommage, c’est avec eux que j’avais commencé le vélo pour feignasse en 2006. Azub a bouffé le marché du VC de voyage, pas étonnant avec les bogosses qui pédalent dessus à travers le globe.

P1120400P1120402

On rejoint notre logement, AirBnB à nouveau, à défaut de warmshower ou d’un camping. On veut rester quelques jours dans ce que les guides qualifient de plus belle ville du pays. Après 4 jours sur place, on confirme, même si on a vu très peu de ville.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

IMG_3622

IMG_3671Il y avait une boulangerie-pâtisserie juste à côté de l’appart, et pas hors de prix pour une fois, bonheur. De la vrai baguette ! Ça faisait une éternité !P1120438

P1120435

Kyoto, ville de vélo


Visite du musée international du manga

Une collection impressionnante, ce qui arrive en France ne doit représenter que quelques pourcents de la production nippone. On s’amuse à retrouver les Dragon Ball, Jeanne et Serge, Olive et Tom, Ken le survivant, One Piece… Il doit y avoir un bon paquet de nanard dans le lot, le manga est une industrie ici. Certains dessins exposés sont magnifiques, il y a beaucoup de style différents, ce ne sont pas seulement des écolières aux gros nichons et aux yeux de chatons larmoyants.

IMG_3627

On ne résiste pas à se faire faire le portrait par une artiste, ça fera un super souvenir

IMG_3688

Oui, je ressemble à un elfe gay et Ophélie à… euh…à…euh bah à Ophélie mais avec des grandes oreilles. Elle a déjà une tête de manga à la base.


 

Visite du centre du textile

Ophélie aime la couture, donc les tissus. On retrouve les même métiers à tisser qu’au Laos.

 

Puis défilé de kimono avec des femmes pour les porter. Un kimono ne peut pas se déplacer tout seul.

 

Ophélie avait dans l’idée de s’en offrir un mais faut reconnaître que c’est importable, même en pyjama. Imaginez-vous en pleine nuit avec une grosse envie de pisser. Déjà t’as du mal à te lever parce que les manches ont fait des nœuds, puis tu te casses la gueule en voulant faire de trop grand pas. Et arrivé devant le trône, tu galères avec la ceinture et tu finis par tout déchirer avant de sentir un truc chaud couler le long de tes cuisses.

Et je vous raconte pas le bordel pour faire du vélo, c’est un coup à mourir. Donc,non, pas de kimono.


 

Visite du palais impérial

Kyoto était la capitale du pays jusqu’en 1868, donc l’empereur avait sa bicoque ici. Un truc tout simple avec un jardinet. On est loin du faste d’un Versailles, d’une villa moyenne de Chantilly ou d’Achgabat. Là c’est simple, dépouillé et très zen, comme d’habitude.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La visite est rapide, c’est pas très grand.

IMG_3687


 

Visite du jardin impérial

IMG_3715

Un peu plus au nord, très jolie. Des roses, des bambous, des érables, des bonzaïs et quelques kimonos.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.


 

Grosse journée glandouille

On reste une journée de plus à cause de la pluie. La météo se trompe rarement, il pleuvra en effet toute la journée. Donc blog et patates sautées !

Au milieu de tout ça, j’ai bricolé les vélos. On va s’envoler avec des nouveaux pneus en 1.5 de large, gonflé à 6 bars. De simples Marathons. Nos Marathons Deluxe et leurs 18 000 km avaient encore une bande de roulement en bon état mais les flancs ultralight commençaient à devenir ultra-susceptibles de se déchirer . On a trouvé un seul Marathon en 20 x 1.5, je le laisse à Ophélie et je récupère son Marathon Plus avec sa hernie qui donne l’impression d’écraser un chaton à chaque tour de roue. Tellement confiance dans ce pneu que je trimballerais une chinoiserie de secours.

P1120431


 

alexisloireau1Juste avant de ranger nos sacoches et de quitter Kyoto, on apprend avec stupeur, tristesse et une pointe de rage sourde, le décès d’un des redacteurs de Carnet d’Aventure, Alexis Loireau, amoureux d’escalade et de voyage nature. On l’avait rencontré au festival CCI de 2013 avec celle qui allait devenir sa femme.

Il a su bouffer la vie à pleine dent mais -bordel !!- 38 ans…

Ça nous rappelle pourquoi on voyage, pourquoi on fait ce qu’on peut pour changer le sable du temps en poudre d’escampette, comme dirait Tesson.

Je vous invite à lire ce très bel article : alexisloireau

Une pensée pour ses proches, ceux qui le connaissaient, l’équipe de Carnet d’Aventure et  tous leurs lecteurs.

 

Publicités

21 commentaires sur “Honshu : vélo, mangas et kimonos

  1. L’ensemble de l’article donne une impression de zénitude !! Aucune image de foule piètonne ou automobile , ni d’hyperactivité humaine.. est-ce un choix ou la réalité vraie ??

  2. moi aussi je tique : vous rencontrez des gens super gentils mais a coté de cela ils font peter les centrales nucléaires ….

    • Oh toi j’suis sûr que t’as collé sur ton vélo des stickers « ce qui devait arriver areva « . Et puis « ogm non ! « . Saleté d’altermondialiste !

    • Bah, les centrales nucléaires, un peu comme chez nous, c’est pas franchement certain que la population les ai choisis après un débat argumentée… C’est tout le problème un peu partout, on s’est laissé endormir et guider par des fous…

  3. « On retrouve nos vélos dans le hall de l’hôtel alors qu’on les avait laissé dehors avec toutes les sacoches dessus et des antivols aux roues avant. Le mari les a rentré tout seul pour les mettre à l’abri de la violente pluie de la nuit ! Il a dû les porter ! »

    On voit l’efficacité des antivols ! N’importe qui peut emmener tout le fourbi, suffit d’être motivé et musclé.
    Voilà aussi pourquoi on n’a plus qu’un antivol, on a jeté l’autre : Gain de poids, et on attache toujours les vélos l’un à l’autre. Il faut être deux fois plus motivé et deux fois plus musclé 😉

    • L’antivol ne sert à rien au Japon, ni en NZ je pense. On les avait mis ce soir là juste pour mieux dormir. Mais on se sert souvent des 2 pour laisser les vélos dans les endroits craignos, avec attache à un point fixe. Là faut être motivé et avoir une disqueuse

  4. Merci pour les récits qui sont toujours au top, et merci pour le lien sur Alexis qui est très émouvant.
    Nous sommes au pays du sourire et on est passé aux endroits où vous avez été, hé bien félicitations car ça monte dur et très chaud BRAVO à vous deux.
    JB et Catherine.

  5. Terrible la vidéo. Surtout les plans avec les chevaux, la montagne en arrière plan et la musique de Ghost in the Shell. Magique !
    Mais ôtez moi d’un doute, vous n’avez qu’un plateau sur vos vélos thèques ?

  6. Salut les jeunes

    Si vous êtes encore sur Kyoto, aller dormir dans un temple, c’est très ZEN, et on sent pleinement la zenitude,

  7. Fin de la vidéo à 8,15: une pépite! Géniale cette petite japonaise au grand chapeau sympa.Bravo pour cet art de dénicher des super points de vue sur tous les plans. Un vrai plaisir renouvelé à chaque article! Chapeau l’artiste.

  8. Et voilà encore de belles rencontres au pays du matin calme …. Vivre vite, même arrêté au bord du chemin, pour tout comptempler, comme le disait si bien Alexis 🕊

  9. Comme d’hab magnifique reportage photos et commentaires ciselés :o) Et merci de nous faire partager ce témoignage poignant d’Alexis Loireau .

  10. Ah ouais, je me souviens de cette fille trop dégueulasse !!! Ah ces alsaciennes, heureusement que les jeunes filles de l’ouest comme moi sont beaucoup plus distinguées…
    J’ai adoré vos récits du Japon, ce pays semble rassembler tout ce qui fait le bonheur du voyage à velo : rencontres de folies, paysages de folies, bivouac de folies (et confort), bouffe de folie. Et poneys. Vous nous avez donné envie d’y poser nos roues, quand on aura de nouveau beaucoup de temps et un peu d’argent.
    L’article sur Alexis Loireau m’a déchiré le coeur. J’avais suivi le blog de Coralie et on lit carnet d’aventure. Je pense à ce qu’il a traversé et au vide qu’il laisse dans sa belle petite famille. Il faut vivre ici et maintenant.
    Portez vous bien

  11. UN BON ANNIVERSAIRE A NOTRE PRESIDENTE (il est 23h ici je ne suis pas en retard 😋) !!!!!!!
    Enorme pensee pour toi Ophelie !!! 🎂🍾
    GROS BISOUS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s